Une leçon de réalisme

Le résumé

 

Le match commence sur les chapeaux de roues et les deux équipes se livrent. Le public est derrière son équipe et sera certainement un acteur majeur de la rencontre. Cabaye frappe dès la première minute de l’extérieur du pied, bien qu’excentré : le ballon passe à quelques centimètres de la lucarne opposée de Carrasso. Des espaces, du jeu vers l’avant, avec des duels physiques mais réguliers : un vrai match anglais, dans un bon état d’esprit ! Dans cette atmosphère, Bordeaux développe son jeu. 6ème minute, belle combinaison avec un centre de Plasil côté gauche : Obraniak est seul dans l’axe à la réception mais sa tête décroisée finit au dessus des buts anglais. Obraniak remettra ça une minute plus tard d’une frappe de 25 mètres ; facilement captée par le portier adverse. Des approximations défensives et une erreur de placement feront que Cabaye aura l’occasion de tirer un coup franc à l’entrée de la surface dans les secondes qui suivent : ce dernier termine dans le petit filet de Carrasso.

 

12ème minute, nouvelle bonne combinaison côté gauche. Tremoulinas est parfaitement décalé : son centre au second poteau trouve la tête de Gouffran au duel : à côté. Trois minutes plus tard, Bordeaux continue de pousser avec une offensive cette fois-ci côté droit. Centre intelligent de Mariano à l’entrée de la surface. Gouffran est à la réception, se décale côté gauche et frappe : sur le portier anglais. Une minute plus tard, à la 16ème minute donc, long ballon anglais sur le côté gauche à destination d’Obertan. L’ex bordelais travaille, crochète et accélère dans la surface pour terminer sur un centre latéral… pour Ameobi qui n’a plus qu’à la pousser ! But pour Newcastle ! Au départ, Mariano se fait enrhumer. Henrique dézone. Planus laisse passer. Tremoulinas est en retard. La défense a tout faux sur ce premier but. Il faudra ensuite attendre la 28ème minute pour une réaction bordelaise. Mariano centre pour Jussiê dans la surface qui contrôle dos au but avec une belle technique, pour au final mettre en retrait pour Gouffran : frappe du gauche encore, contrée en corner. 33ème, la nouvelle tête de Gouffran sera contrée dans la surface. Sané voudra tenter sa chance à la 38ème minute de très loin : belle frappe repoussée difficilement par Elliot.

 

 

 

 

Puis, coup de théâtre. Alors que Bordeaux domine, sur un des rares ballons anglais et un centre anodin (Bordeaux est en surnombre dans sa surface), Henrique tacle vers son but pour dégager ce centre… alors que Carrasso allait capter sereinement le ballon… La déviation du brésilien va directement dans ses propres buts… Bordeaux est alors mené 2-0. 43ème minute, Bordeaux se laisse un peu aller et est à la limite. Anita récupère un ballon dans la surface et frappe : belle parade de Carrasso qui repousse des deux mains.

 

 

MT. Contre le cours du jeu ; Bordeaux est mené deux à zéro face à une équipe de Newcastle extrêmement réaliste. Bordeaux a même le ballon, produit du jeu : mais en face, c’est un bloc, qui défend, et qui attend de contre-attaquer… à merveille. Pourtant, physiquement, Bordeaux a eu même le dessus à plusieurs reprises, jouant le jeu anglais, sans commettre de faute. Un exploit individuel sur le premier but. Un CSC avant la mi-temps. Bordeaux est logiquement abattu à la fin de cette première période. Francis Gillot, au vu du match face à Brest dimanche, va alors faire quelques changements au retour des vestiaires avec les entrées de Diabaté et Nguemo, à la place de Plasil et Obraniak. Bordeaux repasse donc à cinq derrière avec Sané qui recule d’un cran. De l’autre côté, changement de gardien…

 

 

47ème minute, Bordeaux veut réagir. Et vite. Mariano centre pour Saivet au premier poteau. Le jeune bordelais tente une Madjer mais est un peu loin : le gardien anglais dégage tout de même du pied en corner. Et puis encore une fois, on s’en mord les doigts. La minute suivante, Fergusson a tout le temps de centrer pour Cissé parti dans le dos de Sané, replacé en défenseur central. La finition est parfaite : une demi-volée croisée qui finit sa course sur le poteau et rentre dans les buts d’un Carrasso resté sur place… Newcastle 3, Bordeaux 0. Au ralenti, Cissé est hors-jeu et ce troisième but n’aurait pas dû être accepté.

 

 

 

 

Newcastle gèrera la fin de match. Bordeaux ne réagira que timidement ou avec ridicule.. A la 73ème, Bellion a 15 mètres d’avance, lancé dans la profondeur, sur les défenseurs anglais. Il attend tout bonnement leur retour pour frapper : parade de Harper. Les c*** osent tout. C’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait : il tentera une talonnade aérienne des 18 mètres à dix minutes de la fin. Enfin, seule une frappe de Nguemo animera – un peu – pas du tout – cette fin de match : frappe repoussée par le portier anglais, à la 87ème minute.

 

Au final, un premier but encaissé par inattention. Un deuxième juste avant la mi-temps contre notre camp. Et un troisième – bien que hors-jeu – deux minutes après le retour des vestiaires. Des faits de jeu défavorables, un réalisme anglais à toute épreuve. Complètement l’inverse côté bordelais. Nos girondins ont eu la plupart du temps le ballon, ont beaucoup travaillé et essayé de construire. Pour une finition malheureusement au niveau du néant. Mais pas d’inquiétude ! Bordeaux jouera de la même façon à domicile, et ce sera une toute autre histoire, avec de la réussite.

 

Bravo aux supporters qui ont fait le déplacement ! En particulier notre Christophe National que l’on a vu avec un joli pull couleur bordeaux, et une belle écharpe marine !

 

 

Allez Bordeaux !

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso n’a pu se manifester qu’à la 40ème minute : une parade sur une frappe d’Anita dans la surface. Sur le premier but, le ballon passe devant lui. Sur le deuxième, il doit capter le ballon si Henrique ne coupe pas sa trajectoire. Sur le troisième, entaché d’un hors-jeu, il reste stoïque tant la demi-volée est parfaitement effectuée.

Mariano est coupable sur le premier but : il se fait littéralement enrhumer par Obertan. Il tenta de se rattraper par son apport offensif. Mais ses centres ne trouveront pas preneur. Benoit Tremoulinas est aussi en retard sur le premier but et n’est pas au marquage d’Améobi. Il a ensuite beaucoup participé au jeu offensif mais de la même façon que Mariano, personne à la réception pour concrétiser. Marc Planus a soufflé le chaud et le froid. S’appliquant dans son placement et faisant admirer ses tacles glissés, il s’est aussi parfois fait prendre de vitesse. Il a également manqué d’attention et de justesse à certains moments. Carlos Henrique dézone sur le premier but et laisse la porte ouverte dans l’axe. Il inscrit le deuxième but anglais contre son camp. C’est au poste de latéral droit qu’on aurait dû l’aligner tant il a fait souffrir Obertan lorsqu’il était au duel avec lui.

Lamine Sané, placé en tant que milieu défensif en première période. De l’impact physique, de l’envie et de la justesse : une prestation solide. Placé en revanche défenseur central d’une défense à trois en seconde, il laisse partir Cissé (bien que hors-jeu) dans son dos, et inscrire ainsi le troisième but anglais. Jaroslav Plasil a beaucoup donné dans la construction du jeu en première période, se retrouvant souvent milieu offensif. Solide lui aussi dans les duels, il a beaucoup donné avant de sortir à la mi-temps. Ludovic Obraniak n’est pas dans une bonne période ces derniers matches. Il se procure pourtant la première occasion de la rencontre côté bordelais avec cette tête décroisée qu’il n’ajuste pas. Peu d’impact par la suite bien que participant aussi aux duels aériens –sans réussite -. Remplacé lui aussi à la mi-temps, en espérant qu’il ait un peu plus la main sur le jeu face à Brest. Henri Saivet a tenté de percuter, jouant aussi de sa technique et de sa vitesse. Il a souvent tenté d’alterner au niveau de son jeu : provoquer, passer, courir, faire l’appel ou frapper de loin. Malheureusement, peu de réussite, surtout sur ses centres, très approximatifs.

Vieira Jussiê n’a pas été mauvais, non. Mais il n’a pas apporté grand-chose non plus. Il fut utile lorsqu’il décrocha pour repartir de l’avant. Mais c’est tout. Yoan Gouffran a beaucoup donné lui aussi et a été le bordelais frappant le plus au but. Des frappes la plupart du temps du pied gauche, contrées ou arrêtées par le gardien. Des courses intéressantes et une bonne possession de balle, aussi.

 

 

Cheick Diabaté n’a strictement rien apporté. Deux hors-jeu. Un mauvais placement. Des pertes de balle. Aucune frappe. Aucun épuisement de la défense. Par contre, 100% de réussite quant à notre épuisement, devant l’écran. Landry Nguemo est toujours en phase de reprise. Il n’est pas encore à 100% et ses gestes ne sont pas encore surs à 100% non plus. Il faut que ça revienne ! On en aura besoin ! Enfin, David Bellion… une grosse occasion vendangée alors qu’il avait quinze mètres d’avance. Et une aile de pigeon sortie de nulle part aux vingt mètres. Puis, fatigué à ne plus pouvoir courir lors des dix dernières minutes. Fatigué, et fatiguant, lui aussi.

 

 

 

 

 

La feuille de match

Ligue Europa – 2ème journée, Groupe D

Jeudi 4 Octobre 2012 à 21h05

Stade St James’ Park (Newcastle)

Arbitre : M. MATEU LAHOZ Antonio Miquel

Newcastle 3 – 0 Bordeaux

Buts : Ameobi (16ème), Henrique (40ème, CSC), Cissé (47ème)

Cartons jaunes : Tiote (20ème), Anita (43ème), Perch (88ème) – Henrique (12ème), Nguemo (72ème)

Newcastle : Elliot (Harper, 46ème) – Ferguson, Perch, Williamson, Simpson – Tioté (Gosling, 71ème), Cabaye (Bigirimana, 61ème), Anita – Obertan, Schola Améobi, Papiss Cissé.

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Planus, Henrique, Tremoulinas – Sané, Obraniak (Diabaté, 46ème), Saivet, Plasil (Nguemo, 46ème) – Jussiê, Gouffran (Bellion, 67ème).

 

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 5

Mariano : 4

Tremoulinas : 5

Planus : 5

Henrique : 4

Sané : 5

Obraniak : 4

Saivet : 5

Plasil : 6

Jussiê : 5

Gouffran : 6

 

Diabaté : 0

Nguemo : 5

 

 

 

Crédit photos : 20 minutes, foot01, nufc.co.uk, eurosport, ouest-france, goal.com.