La douche froide …

 

 

Le résumé du match :

 

 

Les pluies diluviennes, qui sont tombées sur Bordeaux aujourd’hui, n’ont pas empêché la rencontre entre girondins et lillois de se dérouler au Stade Chaban-Delmas, sur une pelouse détrempée. Vous l’aurez compris, des conditions loin d’être favorables au beau jeu. Qu’à cela ne tienne, les Girondins de Bordeaux ne sont pas reconnus comme une équipe offensive, pratiquant un jeu léché …

 

Pour composer sa feuille de match, Francis Gillot devait compenser les absences de Carlos Henrique (suspendu) et Benoit Tremoulinas (deuil familial). L’entraîneur bordelais était alors contraint à un retour à une défense classique, composée dans l’axe par Marc Planus et Lamine Sané, épaulée par Mariano et Florian Marange. Malgré son retour tardif de sélection, Ludovic Obraniak était bien titularisé au milieu de terrain, en compagnie de Landry Nguemo, Jaroslav Plasil, Nicolas Maurice-Belay et le brésilien Jussiê. Yoan Gouffran se retrouve seul à la pointe de l’attaque girondine.

 

 

 

 

 

 

Dès les premières minutes du match, les bordelais tentent de prendre l’ascendant sur leur adversaire, en combinant dans chaque couloir, et obtiennent à la deuxième minute, le premier coup-franc de cette partie. La première tentative nordiste intervient à la 6ème minute de jeu. Nolan Roux récupère le cuir et sert son coéquipier Dimitri Payet, qui place sa frappe très largement au dessus du but de Cédric Carrasso. Une seconde frappe lilloise de Salomon Kalou vient flirter avec le poteau du gardien bordelais à la onzième minute. La réaction girondine ne tarde pas, puisqu’une minute plus tard, sur un service parfait de Mariano, Yoan Gouffran élimine son défenseur, et place une frappe croisée qui trouve le poteau gauche de Michael Landreau … mais n’entre pas dans le but. Dommage.

 

Deux minutes s’écoulent, et le premier fait de jeu de cette rencontre intervient. Les supporters bordelais sifflent et réclament un pénalty pour une main de Marko Basa dans la surface de réparation, toutefois peu évidente. Le défenseur serbe semble toucher le ballon avec le haut du torse, et non le bras. A la 17ème minute, les lillois sont de nouveau à l’œuvre sur un centre de Nolan Roux trouvant Dimitri Payet, qui place une nouvelle fois sa tête en dehors du cadre. Et c’est finalement Bordeaux qui se montre décisif une minute plus tard. Lancé dans la profondeur par Jussiê, Mariano décoche un centre parfait pour la tête de Ludovic Obraniak au premier poteau, et trompe Michael Landreau. L’ancien lillois frappe encore, en inscrivant son 4ème but contre son ancien club.

 

 

 

 

 

 

 

De multiples tentatives girondines se succèdent ensuite (Maurice-Belay (21ème) et Gouffran (22ème) notamment), se soldant néanmoins par des frappes beaucoup trop écrasées pour inquiéter le gardien nordiste. Cédric Carrasso réalise de son côté sa première intervention décisive à la 23 ème minute, en s’interposant sur une tête de Salomon Kalou, bien servi par Florent Balmont en première intention. L’arbitre de la rencontre, Ruddy Buquet, sort le premier avertissement à l’encontre de Florian Marange, pour une faute sur Matthieu Debuchy. Le coup-franc ne donne rien pour les lillois. Laissant depuis plusieurs minutes la possession du ballon au LOSC, Bordeaux procède en contre, et réalise notamment de beaux dédoublements, qui nécessitent l’intervention d’Aurélien Chedjou pour les annihiler. Le défenseur des Dogues est encore présent pour gêner Landry Nguemo à la réception d’un centre en retrait de Maurice-Belay. A la 32ème minute de jeu, première friction entre Nolan Roux et Marc Planus.

 

Omniprésent, Yoan Gouffran se retrouve encore en position de frappe à la 34ème, mais manque toujours de puissance pour inquiéter Landreau. Florent Balmont n’est pas plus en réussite dans les minutes qui suivent. A la 39ème minute de jeu, Salomon Kalou se retrouve en bonne position dans la surface, et place un sombrero sur le gardien des Marine et Blanc, très avancé dans sa surface. La frappe de l’ivoirien est finalement contrée par la défense girondine, avant que Balmont ne récupère le ballon et place une frappe détournée par Carrasso au ras du poteau. Le corner est dégagé sans soucis. Il faut une excellente intervention de Plasil deux minutes plus tard, pour empêcher Marvin Martin de filer vers le but girondin.

 

Confirmant sa prestation, Yoan Gouffran récupère un nouveau ballon aux abords de la surface lilloise à la 42ème, élimine un premier défenseur, avant de placer une frappe croisée trop écrasée, sous la pression d’Aurélien Chedjou. La menace lilloise s’intensifie en cette fin de première période. Mariano et Lamine Sané doivent notamment s’employer. De son côté, Marc Planus subit une obstruction sur le côté gauche de la défense bordelaise, et réagit avec un coup de pied envers son adversaire. En conséquence, il est averti d’un carton jaune, mais Bordeaux conserve la possession du ballon. Dans le même temps, Lamine Sané, resté au sol, se plaint des adducteurs, et laisse planer un doute sur sa participation à la seconde période à quelques secondes du coup de sifflet de l’arbitre.

 

 

 

 

 

 

Finalement, le défenseur central est bien présent au coup d’envoi de la seconde période. Du côté du LOSC, le ton est monté dans le vestiaire durant la pause. Rudi Garcia ne peut alors s’empêcher de communiquer sa frustration au micro de BeIn Sport, se montrant très critique envers ses joueurs : “Mais comme nous n’avons pas envie de marquer”.

 

 

Les prochaines minutes ne seront qu’une succession de fautes, tout d’abord dans un duel aérien avec Jussiê, ensuite un tacle de Marvin Martin sur Landry Nguemo, sur lequel l’ancien sochalien reçoit également un avertissement. Franck Beria est également l’auteur d’une obstruction sur Jussiê, de nouveau sur un duel aérien. Le coup-franc qui en résulte est conclu par une frappe de Florian Marange à la 50ème, captée par Landreau. Une minute plus tard, les Dogues subtilisent le ballon aux girondins, et lancent une contre-attaque, qui se termine par une frappe croisée de Matthieu Debuchy. Mais Cédric Carrasso réalise une parade dont il a le secret, et détourne en corner. Enchaînement de fautes dans les minutes suivantes, tout d’abord sur Yoan Gouffran (53ème), qui réalise un gros travail de conservation. Ensuite, Franck Béria est à son tour averti par M. Buquet, pour une obstruction sur Jussiê (56ème). Enfin, Dimitri Payet stoppe Nicolas Maurice-Belay, alors que ce dernier filer vers le but de Landreau (57ème). Se produit alors le second fait de jeu de cette rencontre. Sur un centre de Franck Beria, Marc Planus se retrouve au duel au premier poteau. Voulant dégager ce ballon dangereux, le défenseur bordelais le détourne du bras. Les lillois s’empressent de réclamer un penalty auprès de Rudy Buquet, mais n’obtienne pas gain de cause.

 

 

 

 

 

 

Rudi Garcia décide d’apporter du changement à son équipe, et provoque la sortie de l’ivoirien Salomon Kalou, plutôt timoré ce soir. Il est remplacé par Ryan Mendes. Deux minutes plus tard, Francis Gillot l’imite, et remplace le buteur Ludovic Obraniak, exténué, par Gregory Sertic. A la 62ème minute, Landry Nguemo se prend pour Nicolas Maurice-Belay, et se lance dans une percée plein axe. Le camerounais est stoppé illégalement par Marvin Martin. Déjà averti, l’arbitre décide de ne pas sanctionner le joueur d’une exclusion, qui aurait pourtant été méritée. Le coup-franc obtenu ne donnera rien.

 

Bordeaux laisse la totale possession du ballon au LOSC et procède principalement en contre, ce qui aurait pu porté ses fruits à la 64ème minute. Dégagé par Lamine Sané, le ballon revient dans les pieds de Maurice-Belay, qui cherche Yoan Gouffran dans la profondeur. Toutefois, cette passe est interceptée par Aurélien Chedjou. Sur son côté droit, Mariano n’hésite pas à prendre sa chance, et bénéficie d’un contre favorable à la 65ème minute, pour placer une frappe, qu’il ne cadre pas cependant. Nouveau changement pour Lille, avec l’entrée de Tulio De Melo à la place de Dimitri Payet.

 

Œuvrant en contre-attaque, les bordelais se montrent toutefois maladroits dans le dernier geste, et multiplient les passes approximatives. Pour preuve cette ouverture parfaite de Jussiê sur le côté gauche pour Maurice-Belay, mais dont le centre en retrait est finalement contré. La pression nordiste se fait de plus en plus ressentir au fil des minutes. Il faut d’ailleurs une intervention solide de Lamine Sané à la 70ème pour contrecarrer les plans de Ryan Mendes. A la 73ème minute, Gouffran se retrouve en position de centre sur le côté droit, mais ne trouve personne dans la surface de réparation. Nicolas Maurice Belay s’arrache pour récupérer le ballon et adresse un superbe centre pour son capitaine, Jaroslav Plasil, qui manque de peu de doubler la mise pour Bordeaux. La reprise du tchèque est bien détournée par le gardien international français. Yoan Gouffran est tout proche de reprendre une frappe manquée de Marange sur le corner obtenu.

 

 

 

 

 

 

Deuxième changement pour Francis Gillot à la 75ème minute, avec le remplacement de Nicolas Maurice Belay par l’international Espoir Henri Saivet. Dans la minute qui suit, Aurélien Chedjou laisse traîner la semelle sur Jaroslav Plasil, mais n’est pas averti par l’arbitre. A la 80ème, Cédric Carrasso doit s’employer pour boxer un coup-franc lillois et écarter le danger sur son but. Il se montre une minute plus tard en captant une tête de Tulio De Melo. A la 83ème, les esprits s’échauffent au terme d’une succession de fautes de part et d’autre. Et c’est Yoan Gouffran qui s’illustre, en récupérant un nouveau ballon sur le côté droit, conserve le ballon intelligemment et patiente jusqu’à l’arrivée d’Henri Saivet, qui ne parvient pas à frapper, mais obtient un corner. Aucune réussite sur les frappes lointaines ce soir, à l’image de cette tentative de Sertic à la 86ème. Gillot procède alors à son dernier changement, et décide de lancer Cheick Diabaté sur la pelouse, en lieu et place de Jussiê. A la 87ème, Nolan Roux s’essaye lui aussi à l’exercice périlleux des frappes lointaines, et n’est pas loin de réussir son pari, sans la magnifique intervention de Cédric Carrasso. Dès la minute suivante, le jeu se retrouve dans le camp lillois. Lancé dans la profondeur, Henri Saivet déborde sur le côté gauche, et centre en retrait pour Plasil, qui frappe malheureusement au dessus du but de Landreau.

 

Le temps additionnel étant particulièrement traumatisant à domicile, Cédric Carrasso tente de rassurer ses troupes en captant un coup-franc. Mais ce qui devait arriver, arriva finalement dans les dernières secondes. Pourtant impeccable défensivement jusque là, Henri Saivet concède une faute au poteau de corner. Michael Landreau s’empresse d’apporter sa présence dans la surface girondine en compagnie de ses coéquipiers. Et sur un marquage totalement inexistant, Marko Basa a le loisir de reprendre ce coup-franc au second poteau, et égaliser dans cette rencontre, non sans dommage. Le défenseur serbe se blesse également au visage sur cette action.

 

 

Frustrant … Révoltant … Voilà un scénario qui se répète encore à domicile. Cette malédiction se poursuit, et continuera donc de peser dans les têtes des joueurs à l’avenir.

 

 

 

 

 

 

 

Les joueurs :

 

 

Cédric Carrasso nous habitue depuis plusieurs mois à des prestations de haut vol. Il est toujours présent pour réaliser la parade nécessaire afin de décourager ses adversaires. Une intervention fébrile en s’éloignant de sa ligne de but … sans conséquence toutefois.

 

En l’absence de Benoit Tremoulinas, Mariano avait le loisir d’animer son couloir droit sans risque de déséquilibrer la défense girondine. Il a encore démontré toutes ses qualités de centre, et il est notamment récompensé par une passe décisive sur le but d’Obraniak. Le poteau de Gouffran vient également d’une sublime ouverture du brésilien. De l’autre côté, Florian Marange s’est principalement contenté de défendre, réalisant une prestation sérieuse. Quelques fautes auraient pu être évitées. Dans l’axe, Marc Planus n’a pas été pris à défaut par les offensives nordistes. On a senti toutefois une pointe d’énervement dans son comportement, réalisant notamment ce geste d’humeur avec ce coup de pied. Heureusement, il n’écope que d’un simple avertissement. Replacé en défense centrale avec la suspension de Carlos Henrique, Lamine Sané a délivré une prestation convaincante. Le sénégalais n’a laissé aucune chance sur les ballons aériens, et s’est montré intraitable dans ses interventions.

 

 

 

 

 

 

 

Seconde titularisation consécutive pour Landry Nguemo. Le camerounais a vécu un début de match plutôt compliqué avec un festival de mauvais choix en première période. Recadré par son entraîneur, il n’a perdu au final que très peu de ballons au cours de ce match. Il a également été la cible de nombreux contacts rugueux de la part des lillois. Jaroslav Plasil n’a pas dérogé à sa réputation. Le capitaine bordelais été la plaque tournante de son équipe, réalisant un travail de l’ombre tout en sobriété. Dommage d’avoir manqué de ce brin de finition (et de réussite) pour conclure certaines occasions. Ludovic Obraniak était exténué ce soir. Et pourtant, l’ancien lillois a réalisé une excellente première période, ponctuée par ce but de la tête à la dix-huitième minute. Il aurait été dommage de se passer du franco-polonais, à qui son ancien club réussit plutôt bien. Ne manquant pas d’envie, il s’est effacé en seconde période, avant d’être remplacé. Le brésilien Jussiê a délivré ce soir quelques ballons précieux, permettant de lancer les offensives girondines. Assez peu présent toutefois sur le replacement défensif, il a obtenu des coup de pieds arrêtés qui ont pu soulager son équipe, à défaut d’amener le danger. Nicolas Maurice-Belay est finalement la petite déception du jour, apportant rarement ses qualités de provocation et de percussion, qui ont fait sa réputation à Bordeaux. De nombreux mauvais choix également, mais il ne manquait pas d’envie.

 

Yoan Gouffran a réalisé une excellente prestation ce soir. Omniprésent, il a récupéré de nombreux ballons grâce à son pressing sans relâche. L’attaquant girondin a causé de nombreux problèmes dans la défense nordiste, et aurait mérité d’être récompensé par un but, notamment sur cette frappe qui termine sur le poteau.

 

De retour de blessure, Gregory Sertic avait pour mission de remplacer Ludovic Obraniak. Il a pris place auprès de Landry Nguemo dans l’entrejeu, n’ayant toutefois pas l’impact de ses précedents matchs. Henri Saivet provoque malheureusement le coup-franc qui amène l’égalisation de Lille. Il avait pourtant réalisé une entrée convenable, proposant des solutions dans la profondeur. Cheick Diabaté est entré en fin de match, pour quelques minutes.

 

 
Les buts en vidéo

 

 

 

 

 

La feuille de match

 

 

9ème journée de Ligue 1

Vendredi 20 octobre 2012 à 20h45.

 

Stade Chaban-Delmas

19884 spectateurs

Arbitre : M. Ruddy Buquet

Bordeaux 1-1 Lille

 

Buts : Obraniak (17ème) – Basa (90+3)

Cartons jaunes : Marange (27ème), Planus (45ème), Martin (49ème), Beria (54ème)

 

 

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Sané, Planus, Marange – Nguemo, Obraniak (Sertic, 62è), Plasil, Maurice-Belay (Saivet, 76è) – Gouffran, Jussiê (Diabaté, 87è).

 

Lille : Landreau – Beria, Basa, Chedjou, Debuchy – Pedretti, Balmont, Martin (Klonaridis, 74è) – Payet (De Melo, 65è), Kalou (Mendes, 60è), Roux

 

 

Les stats de la rencontre

 

Bordeaux – Lille

Possession : 38 – 62

Tirs : 14 – 12

Tirs cadrés : 4 – 5

Hors-jeu : 0 – 4

Corners : 4 – 4

Centres : 15 – 25

Fautes : 15 – 18

 

 

 

Les stats de nos bordelais :

 

 

Mariano est le joueur bordelais ayant le plus touché le ballon ce soir (52), précédant d’une unité Jaroslav Plasil et Florian Marange (51). Présent au duel, Lamine Sané a subtilisé 24 ballons, loin devant Florian Marange et ses 17 ballons. Ce dernier est aussi le joueur bordelais ayant perdu le plus de ballons (16), devançant Mariano (15) et Sané (14). 88% de passes réussies pour Jussiê, mais également Henri Saivet, entré en cours de partie. Marc Planus et Landry Nguemo suivent avec 86%.

 

Yoan Gouffran est le joueur bordelais ayant le plus frappé au but (4 tirs), n’en cadrant qu’une seule. Seul Ludovic Obraniak a tenté de centrer plus de deux fois (3). Landry Nguemo a subi les obstructions lilloise à 4 reprises, juste devant Mariano, Jussiê et Yoan Gouffran (3)

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

 

Carrasso : 8

Mariano : 7

Planus : 6

Sané : 7

Marange : 6

Nguemo : 6

Plasil : 7

Obraniak : 7

Maurice-Belay : 5

Jussiê : 6

Gouffran : 8

 

 

 

Crédits photos : Eurosport, Fifa, Metro, Foot01, Reuters