Une addition corsée

Le résumé

Pas de grand changement côté bordelais, si ce n’est l’entrée en tant que titulaire de Grégory Sertic qui remplace Sané ou un milieu offensif, au milieu de terrain. Invaincus depuis trois journées, les Corses savent avant de débuter le match qu’il y a un coup à faire contre Bordeaux, qui ne perd pas, mais qui ne gagne pas non plus. En neuf matches de championnat, Bordeaux a gagné trois fois pour six matches nuls. Mais ce sera sans un homme en forme devant côté corse, en la personne d’Anthony Modeste. Le défenseur central titulaire Gaël Angoula ne sera pas non plus de la partie, étant suspendu pour quatre rencontres.

 

Sous l’impulsion et les consignes de leur coach, les bastiais entament leur match tambours battants. Dès trente secondes de jeu, Henrique est trop laxiste lors de son dégagement et se fait contrer ! Le ballon est centré mais Carrasso se couche pour annihiler l’action. 6ème minute, Mariano se fait crocheter dans son couloir. Le corse centre dans la surface : Obraniak est à la réception et se précipite… le ballon atterrit directement sur Thauvin qui ne se fait pas prier et crucifie Carrasso, semblant partir au second poteau ! Bastia mène 1 à 0. Le gros pressing de nos adversaires nous gène terriblement. Bien que défendant et nous attendant, les bastiais continuent de presser et de nous contrer. L’arbitre de la rencontre se mettra en avant à la 16ème minute. Obraniak tire un coup franc sans que ce dernier n’ait sifflé : carton jaune ! Il n’y avait pourtant aucune mauvaise intention… Sur sa seconde tentative, le ballon est dégagé par la défense corse. Maoulida part dans la profondeur et est servi ! Il arrive dans la surface, crochète Planus qui se laisse prendre, frappe ! Carrasso repousse mais dans l’axe : Thauvin est à l’affut, Henrique est en retard, et l’attaquant bastiais pousse le ballon au fond ! Bastia double la mise. 2 à 0. Au vu du ralenti, Maoulida, qui fait le plus gros du travail, est hors-jeu au départ du ballon… Nouvelle distinction des arbitres pour la journée de l’arbitrage. Bastia est libéré. 20ème, Rothen centre de loin. Planus dégage mais le ballon revient sur Marchal seul au centre : heureusement, nettement au dessus ! 24ème, Bordeaux reprend du poil de la bête. Récupération de Maurice-Belay aux abords de la surface, qui décale Gouffran. La frappe de l’attaquant bordelais est contrée en corner, qui verra la tête d’Henrique passer nettement à côté.

 

 

 

 

A la demi-heure de jeu, Bordeaux retrouvera de la réussite ! Au terme d’une belle action collective, Obraniak tire un corner. Gouffran est à la retombée : sa reprise de volée est sortie par Novaes ! Mais le ballon lui revient dessus et la deuxième tentative sera la bonne ! Bordeaux revient au score ! 2-1. Des suites de ce but, Bordeaux a de nouveau la possession de balle et le contrôle du jeu. Mais il faudra attendre la 39ème minute avec une frappe de Sertic du gauche aux 25 mètres, repoussée et captée en deux temps par le portier corse. La dernière occasion sera à mettre à l’actif des Girondins. Mariano est au centre, Gouffran à la retombée. L’attaquant bordelais conserve le ballon dos au but et remet en retrait pour Obraniak : frappe instantanée, forte et enroulée ! Juste à côté !

 

Les deux équipes rentrent au vestiaire sur le score de deux buts à un. Bastia, avec une grosse volonté et un gros pressing a déstabilisé l’équipe girondine d’entrée de jeu. Avec en plus la réussite et les erreurs d’arbitrage, Bastia a l’avantage sur tous les tableaux. Réduisant le score à la demi-heure de jeu, Bordeaux aurait pu égaliser s’ils avaient eu autant de réussite que leurs adversaires du soir. Francis Gillot tentera un coup à la mi-temps en faisant rentrer Bellion et Saivet, en lieu et place de Sertic et Nguemo, laissant ainsi la récupération à Plasil et Obraniak, évoluant donc plus bas. Et Maurice-Belay dans le couloir gauche.

 

Choix payant dès la première minute avec Bellion. Lancé en profondeur, arrivant dans la surface, l’attaquant bordelais crochète par deux fois son vis-à-vis et se présente face à Novaes. Sa frappe est malheureusement repoussée par ce dernier ! Déjà un tournant dans ce match ! Dans la continuité, cela repart de l’autre côté ! Une transversale arrive pour Khazri qui reprend de volée : de peu à côté ! Même si au ralenti on voit que Carrasso est en fait à la parade. 55ème minute, ce sera à nouveau Khazri qui se mettra en évidence. Un coup franc aux 25-30 mètres est parfaitement frappé : enroulé au dessus du mur, fort, retombant vite ! Et Bastia triple la mise ! 3-1. Gros coup de massue pour les Girondins… 68ème, NMB joue de sa technique à droite de la surface : feinte de corps et centre en retrait pour Gouffran dans l’axe, mais Cioni tacle et contre sa frappe. 75ème, après une faute provoquée par FBK qui efface trois joueurs, Obraniak tire directement le coup franc excentré qui lui est proposé ! C’est le poteau qui repoussera sa frappe !

 

La fin de match sera clairement bordelaise… Plasil, par deux fois sur coup franc (80ème et 83ème) verra ses ballons captés ou dégagés par Novaes. Le portier bastiais réalisera ensuite deux exploits face à Bellion. Le premier, à la 90ème. L’attaquant bordelais profite d’une incompréhension de la défense bastiaise et surgit pour ensuite pousser son ballon et frapper : détourné donc par Novaes d’une belle parade ! Le second duel aura lieu deux minutes plus tard sur une passe de ce même Bellion qui se transformera en tir car déviée, détourné une fois encore par Novaes…

 

 

 

 

Sur un terrain difficilement praticable (mais pour les deux équipes comme le rappelle Bellion en interview d’après-match), Bordeaux a failli dans son début de match cette fois-ci, en encaissant deux buts très rapidement. Dès lors, ce fut la course à la remontée, et le troisième but bastiais achèvera définitivement les espoirs des supporters bordelais. Le premier but est une erreur individuelle. Le deuxième est entaché d’un hors-jeu. Et le troisième est à ce moment du match, la seule façon pour Bastia de marquer : sur un somptueux coup franc. Un maximum de réussite donc pour nos adversaires du soir. Un bon gardien aussi avec autant de réussite que ses coéquipiers. Mélangez tout ça, et on obtient une défaite presque annoncée de nos bordelais.

 

Et les matches s’enchainent avec ce déplacement en milieu de semaine à Montpellier, pour le compte de la Coupe de la Ligue ! Il faudra surement penser à faire tourner car l’effectif titulaire semble montrer quelques signes de fatigue voir d’inattention lors des débuts/fins de match. Il s’agit cela dit seulement de la première défaite de la saison, alors, pas d’inquiétude !

 

Allez Bordeaux !

 

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso, pour son retour avec une absence d’un match, n’a pas flambé. Sur le premier but, il anticipe et plonge sur son second poteau, sans raison. Sur le deuxième, il relâche le ballon dans l’axe et, pas aidé par sa défense, il offre le doublé à Thauvin. En revanche, sur le troisième, il ne peut rien tant le coup franc est parfaitement tiré.

Mariano a connu une belle activité tout au long de la rencontre avec plusieurs montées et combinaisons. Plusieurs centres très intéressants, qui trouvaient preneur mais qui n’ont pas été bonifiés. Défensivement, il ne se fit dépasser que sur le premier but et un crochet. La prestation de Benoit Tremoulinas est quasi identique à celle de Mariano, à l’exception près qu’au niveau défensif, il n’eut pas grand-chose à faire, le jeu étant de l’autre côté. Toujours disponible, il continue d’aligner les performances sans baisser son niveau de jeu. Carlos Henrique a mal débuté son match en perdant bêtement un ballon au bout de trente secondes, trop laxiste. Il est ensuite en retard sur le deuxième but bastiais. Puis, il commet la faute qui amène le coup franc sur le troisième but. Une soirée noire. Marc Planus a bien tenu Maoulida, son adversaire du soir, dans l’ensemble. A une exception près, sur le deuxième but, où il se fait crocheter trop facilement et glisse ensuite. Mis à part cette action, il a réalisé une partie assez complète et sérieuse.

Landry Nguemo s’est montré très disponible tout au long de sa première mi-temps. Souvent sanctionné pour des fautes inexistantes, il a réalisé une partie correcte en harcelant ses adversaires, bien que le danger en face venait de partout. Pourtant, il sera remplacé à la mi-temps. Plus libre et plus haut, Jaroslav Plasil jouera lui toute la rencontre. Débutant devant les caméras en frottant ses mains et paraissant frigorifié, il partait sur de mauvaises bases pour cette rencontre. Un peu partout, un peu nulle part, il ne se montrera dangereux – et encore – qu’en fin de match sur deux coups francs, deux centres. Grégory Sertic prenait le rôle de Plasil ce soir. Avec autant de réussite. Pas un mauvais match au niveau de la débauche d’énergie, mais aucun impact sur le jeu, malgré une bonne frappe du gauche. C’est toujours mieux que son capitaine, remarquez. Ludovic Obraniak est en phase de régression depuis quelques matches, fatigué, surement. Il donne le premier but bastiais dans la précipitation, et a aussi perdu bon nombre de ballons importants au milieu de terrain. Mais il arrive tout de même à amener le but de Gouffran sur corner quelque part, à réaliser une frappe au ras du poteau, et aussi à toucher le montant sur un coup franc excentré. Sans être bon, il arrive tout de même à se montrer décisif ou se créer de grosses occasions. Nicolas Maurice-Belay a connu le même début de match que face à Maritimo, sauf qu’il débuta cette fois-ci beaucoup plus haut, au poste d’avant-centre. Pas dans une grande forme donc dans ce début de match. On ne le vit réellement que dans le dernier quart d’heure du premier acte. En seconde, il fut replacé milieu offensif gauche, sans réussite. Il se montrera finalement à droite sur un centre en retrait pour Gouffran.

Yoan Gouffran, justement, est encore buteur et inscrit son troisième but de la saison en championnat. Il aurait pu aussi être passeur décisif à plusieurs reprises. Tantôt attaquant de pointe, tantôt décrochant pendant ce match.

 

 

David Bellion, dès entré en jeu, s’est procuré à lui tout seul une très belle occasion en crochetant deux fois son vis-à-vis dans la surface, pour finalement faire briller Novaes. Il se créera deux occasions en fin de match également. La première, avec altruisme, où il fera de nouveau briller Novaes. Puis sur un centre tir que le portier bastiais repoussera une fois encore on ne sait comment. Plus que des occasions, on retiendra un coup de rein retrouvé, et un sens du but intéressant. Serait-il enfin sur le bon chemin ? Ça tombe bien, on en aurait bien besoin ! A l’inverse, Henri Saivet n’a quasiment rien apporté en une mi-temps, malgré trois centres. Enfin, Fahid Ben Khalfallah, de retour de blessure, semble être sur le chemin de son bon début de saison, et c’est de bon augure. Encore dans les têtes le moment où il efface trois adversaires et provoque le premier carton jaune bastiais. Puis plusieurs initiatives vers l’avant très intéressantes, dans l’axe comme dans son couloir.

 

 

 

 

 

 

La feuille de match

10ème journée de Ligue 1

Dimanche 28 Octobre 2012 à 17h00

Stade Armand-Cesari (Bastia)

13 552 spectateurs

Arbitre : Sébastien Moreira

Bastia 3 – 1 Bordeaux

Buts : Thauvin (6ème et 17ème), Khazri (55ème) – Gouffran (30ème)

Cartons jaunes : Marchal (74ème), Cahuzac (80ème) – Obraniak (16ème), Plasil (70ème)

Bastia : Novaes – Harek (Yatabaré, 78ème), Marchal, Choplin, Cioni – Cahuzac (Sablé, 83ème), Rothen, Palmieri – Thauvin (Ilan, 66ème), Maoulida, Khazri.

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Planus, Tremoulinas – Nguemo (Saivet, 46ème), Plasil, Sertic (Bellion, 46ème) Obraniak, Maurice-Belay (Ben Khalfallah, 70ème) – Gouffran.

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 4

Mariano : 5

Tremoulinas : 6

Planus : 6

Henrique : 4

Nguemo : 6

Plasil : 3

Sertic : 4

Obraniak : 5

Maurice-Belay : 4

Gouffran : 7

 

Bellion : 6

Saivet : 2

 

 

 

 

 

 

Les statistiques du match

Bastia – Bordeaux

Possession : 45% – 55%

Tirs : 11 – 14

Tirs cadrés : 4 – 7

Passes réussies : 75% – 82%

Hors-jeu : 2 – 2

Corners : 4 – 5

Centres : 15 – 25

Fautes : 20 – 14

Cartons jaunes : 2 – 2

 

 

 

 

 

 

Les stats de nos bordelais

Obraniak est clairement devant au niveau du nombre de ballons joués (85), suivi par Mariano (64) et Tremoulinas (60). 15 ballons gagnés pour Planus, devant Mariano (14) et Tremoulinas (11). Au rang des ballons perdus, sans surprise, c’est Obraniak qui a la palme (28), loin devant Gouffran et Mariano (14). 91% de passes réussies pour Sertic et Planus, devant Nguemo (86%) et Maurice-Belay (84%). Trois tirs cadrés sur six pour Gouffran, deux sur deux pour Bellion, et zéro sur trois pour Obraniak. 7 centres pour Obraniak, 4 pour Ben Khalfallah et Tremoulinas, 3 pour Saivet et Maurice-Belay. 5 coups-francs tirés pour Obraniak, 4 pour Planus. 7 fautes subies pour Obraniak, 4 pour Planus. 3 fautes commises pour Plasil, 2 pour Tremoulinas et Nguemo.

 

 

Crédit Photos : sc-bastia.net, lequipe.fr, Ouest-France.fr, Le Monde, cdn-sports, sport 24