Quand la magie opère !

Le résumé du match

Bordeaux retourne au schéma de crise et de crainte pour ce déplacement en Bretagne, avec la fameuse défense à cinq. Marange fait ainsi son entrée dans l’axe de la défense. Devant la défense centrale, Nguemo est seul à la récupération, avec un milieu de terrain composé d’Obraniak et Saivet, juste derrière Jussiê et Gouffran en pointe. Plasil est sur le banc et laisse son brassard de capitaine à Carrasso. Saivet fait donc enfin sa rentrée et est préféré à Ben Khalfallah, tout comme Jussiê à un autre attaquant, en l’occurrence Maurice-Belay. Avec le jeu à la lorientaise, se projetant vite vers l’avant, le fait de consolider cette défense et de mettre de la technique et de la vitesse devant, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée…

 

En attendant, Be In Sport est dans le tempo. A la fin de Lazio-Roma, Be In Sport 2 envoie le match face à Bordeaux, avec Kalt de dos, qui siffle le début de la rencontre. On ne pouvait pas faire mieux. Sunu sera le premier à essayer de se mettre en évidence. Sur une frappe qui finit clairement au dessus d’abord (4ème), puis sur coup-franc à côté (8ème). Ce sera à la 11ème sur corner, que Lorient aura sa véritable première occasion. Koné est à la réception de la tête : Carrasso la dévie sur sa transversale et en corner ! Qui ne donnera rien. C’est un premier quart d’heure très rythmé et enjoué auquel nous assistons. Bordeaux répondra concrètement à la 18ème minute. Sur un corner d’Obraniak tiré au premier poteau, le ballon est dévié une première fois, puis une seconde fois par Marange vers le but… Jussiê est sur la trajectoire et n’a plus qu’à pousser le ballon en pivot ! But ! Bordeaux prend l’avantage.

 

 

 

 

28ème minute, après une petite poussée lorientaise, c’est Bordeaux qui va encore se montrer dangereux. Sur un centre de Tremoulinas, Audard a du mal à dégager après un premier poteau bien coupé par Gouffran, un peu trop court. Tremoulinas remet ça une minute plus tard en débordant par sa vitesse Koné : Saivet arrive à toute vitesse au deuxième poteau et met sa tête ; malheureusement trop piquée, sa tête passe au dessus des buts d’Audard après le rebond. 33ème minute, un des tournants du match. Giuly tombe dans la surface, légèrement touché par Sané… Mais Bordeaux contre attaque alors que les lorientais râlent et contestent ! Le ballon arrive couloir droit avec Jussiê qui bénéficie d’un contre favorable sur son contrôle. Le brésilien accélère et feinte le centre, pour finalement transmettre à Obraniak qui est plein axe et qui n’a plus qu’à prendre à contre-pied Audard ! Buuuutttttttt ! Bordeaux mène 2-0 ! Jussiê est dans une forme olympique et va encore s’illustrer à la 40ème minute… Sur une touche de balle, il lance parfaitement au dessus de la défense Gouffran dans la profondeur… L’attaquant bordelais résiste à la charge de Koné, et crochète la bonne sortie d’Audard ! Il s’excentre, mais frappe tout de même : le ballon est dégagé sur sa ligne par Koné ! Ce sera la dernière grosse occasion de cette première mi-temps, parfaitement jouée par nos Girondins…

 

 

 

 

Les bordelais peuvent ainsi revenir sereinement au vestiaire, avec même une petite revendication d’Obraniak, s’adressant directement à Jean-Louis Triaud (sur une question de Huard) : « Le terrain nous va bien, comme ces derniers temps les terrains sont abimés, ce synthétique nous permet de jouer dans les pieds. (Huard : « Une demande d’un terrain synthétique à Bordeaux ? ») Non mais par contre un appel au Président pour changer la pelouse en janvier ! (rires) ». Pas de doute, le schéma en 5-3-2 de Gillot fait encore des ravages, à l’exception près que contrairement à Lyon, Bordeaux a produit du jeu, et du beau jeu ! Mais attention ! Récemment, Ajaccio menait 4 – 1 en Bretagne, pour finalement se faire égaliser 4-4 en seconde mi-temps !

 

Et pour contrecarrer le mauvais sort, quoi de mieux que de ré-attaquer d’entrée de jeu ? Bordeaux se montre déjà dangereux dès la 46ème minute. L’entente Obraniak-Jussiê-Tremoulinas verra ce dernier frapper dans la surface et faire briller Audard, à la parade. 48ème minute, Lorient se rebelle mais Sané veille dans sa surface, et se fait sur l’action écraser le pied ! Double frayeur pour les bordelais : concernant son défenseur restant au sol, mais aussi sur l’action qui a continué et qui manque de peu de finir au fond ! Mais tout va bien se terminer puisqu’un hors-jeu est finalement sifflé, et que Sané, soigné en dehors, reviendra deux minutes plus tard sur la pelouse. Et tout va encore réussir à notre équipe à la 52ème minute. Un corner bien tiré d’Obraniak voit la détente de Super Saivet prendre le dessus de son vis-à-vis et d’Audard, mal sorti pour le coup ! La tête finit au fond des filets et Bordeaux triple la mise ! 3-0.

 

 

 

 

Soyez patients… Mais juste 7 minutes ! Saivet va une nouvelle fois s’illustrer en lançant parfaitement en profondeur Jussiê, qui remet instantanément et latéralement le ballon pour Gouffran ! Et buuuttttt ! L’attaquant bordelais reprend du gauche et trompe Audard en glissant le ballon entre ses jambes ! Bordeaux, c’est sur, va l’emporter ce soir. Gillot le sait et esquisse même un sourire. Plus rien ne peut nous arriver. 62ème, sonnés, les lorientais tentent de répondre par une frappe de Monnet-Paquet, complètement dévissée. Ce dernier aura plus de réussite avec une très belle reprise de volée du droit entrée de surface, mais Carrasso veille et se détend parfaitement (67ème). 71ème, Quercia marque mais est signalé logiquement en position de hors-jeu. A ce moment du match et depuis l’heure de jeu, Bordeaux a pour consigne de faire tourner le ballon, sous les ordres de Gillot.

 

Bordeaux réagira tout de même à la 74ème minute lorsqu’un nouveau bon centre de Tremoulinas prend la direction du second poteau. Un lorientais enlève de justesse le ballon à Obraniak qui préparait sa volée. Deux minutes plus tard, Jouffre veut faire la différence à lui tout seul, et son action se ponctuera par une frappe complètement manquée. Tout comme la frappe de Le Lan à la 81ème minute. La conservation de balle est bordelaise lors des dix dernières minutes. La tête plongeante de Quercia poteau-rentrant ne changera rien au score final, l’attaquant breton étant logiquement signalé hors-jeu, une fois encore.

 

 

La compo de départ

 

 

Gillot a encore vu juste. Au moment où Bordeaux revenait sur une série de deux victoires (Maritimo et Toulouse), il n’a cela dit pas hésité à opter pour son traditionnel 5-3-2, synonyme de solidité défensive et de stabilité. Laissant sur le carreau Plasil, Sertic, Henrique, ou encore Maurice-Belay. Un schéma décrié et critiqué, qui peut être moche comme face à Lyon (avec tout de même une victoire à Gerland), mais aussi très efficace et magnifique comme ce soir. Qui a dit que ce schéma ne pouvait pas être jumelé avec du beau jeu ? Et le beau jeu est-il une obligation ou une cerise sur le gâteau ? Ce soir, la cherry était belle, et grosse. Dominateurs dans tous les secteurs de jeu, les bordelais n’ont connu que très peu de déchets, alliant solidité et technicité. Ponctuées par quatre buts, dont deux sur coups de pieds arrêtés, mais aussi deux sur des actions construites et projetées rapidement vers l’avant. Toujours pas convaincus ? Toujours est-il que ce schéma nous va comme un gant et nous fait acquérir de la solidité, de l’assurance, de la sérénité… Puis du jeu et des buts. Nous, on aime ce schéma. Autant dans les moments où les résultats ne sont pas au rendez-vous. Autant dans les moments où il faut se rassurer. Et encore plus dans des moments comme ça, à l’extérieur, à Lorient, avec du jeu développé et quatre buts à la clé !

 

Merci Bordeaux ! Merci Gillot ! Pluie de 10/10 à prévoir !

 

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso a eu des interventions cruciales à réaliser. A la 11ème minute déjà, avec cette balle repoussée sur sa barre et en corner. Puis à la 67ème alors que le match est déjà « joué », sur la reprise de volée de Monnet-Paquet.

Mariano s’est beaucoup proposé dans son couloir. Mais c’est surtout défensivement qu’il a fait ses preuves ce soir, n’étant jamais pris à revers. Et le jeu penchait à gauche pour les offensives bordelaises de toute façon. Justement, Benoit Tremoulinas a amené le danger sur chacun de ses centres, bien que ne trouvant pas preneur. Son entente avec Jussiê et surtout Obraniak est encore à souligner. Une prestation de très haut niveau ce soir. Lamine Sané reçoit les éloges des présentateurs depuis plusieurs semaines, et ce n’est pas pour rien. Bien que se laissant prendre sur un corner à la 11ème minute par Koné, il n’a ensuite plus jamais été pris à défaut et a allié propreté et solidité physique. Il joue aussi bien le coup sur son contact avec Giuly, juste avant le deuxième but bordelais, dans sa surface. Florian Marange était la surprise du jour, préféré à Henrique. Bien qu’ayant manqué quelques transversales, il s’est lui aussi montré intéressant dans son placement en défense centrale. Il a aussi comblé les brèches lors des montées de Tremoulinas. Sans oublier le fait qu’il soit impliqué sur le premier but, déviant le ballon pour Jussiê. Enfin, Marc Planus a rendu une copie parfaite. A l’image, cette anticipation réussie d’une bonne passe en retrait à la 44ème minute. Dans ce schéma, il excelle à chaque rendez-vous, dans ce rôle de dernier rempart de la défense.

Un peu plus dans l’ombre, Landry Nguemo a œuvré devant la défense ; son jardin. Beaucoup d’espaces à combler, beaucoup de terrain à quadriller, mais une envie surdimensionnée et une réussite retrouvée, prouvant qu’il revient à son meilleur niveau. Ludovic Obraniak connut un début de match timide, avec quelques ballons perdus. Il s’est alors rassuré en effectuant un excellent pressing dans l’axe du terrain, réalisant de bonnes interceptions et provoquant des pertes de balles en face. Puis, il est le tireur sur le corner qui amène le premier but. Il est ensuite le buteur sur le deuxième but. Et passeur décisif sur le troisième but. What else ? Un joli cadeau pour le lendemain de son anniversaire. On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Henri Saivet s’est lui aussi beaucoup dépensé au niveau défensif, avant de provoquer au niveau offensif. Buteur de la tête sur le troisième but, survolant ses adversaires, il est également à l’origine du quatrième. Une prestation complète ce soir, pour notre plus grand plaisir.

Yoan Gouffran a beaucoup travaillé dos au but. Il sera récompensé en fin de match avec ce caviar du numéro 10 bordelais. C’est son cinquième but de la saison. Le meilleur pour la fin : Vieira Jussiê. Ou quand la magie opère enfin. Certains diront qu’il ne lui reste qu’un crédit de deux matches, ce dernier n’en faisant que trois de bons par an. D’autres qu’un seul, tant il a été phénoménal ce soir. Inscrivant le premier but, il offrit ensuite un caviar à Obraniak, auteur du second. Puis offrira un second caviar à Gouffran pour le quatrième but. Il aurait pu l’être également juste avant la mi-temps lorsqu’il lance Gouffran dans la profondeur. De la justesse, peu de ballons perdus, de la disponibilité… C’était notre super héros ce soir.

 

David Bellion et Fahid Ben Khalfallah sont rentrés en même temps et ont joué quelques ballons. Tout comme Carlos Henrique en toute fin de match qui rentra pour reposer Nguemo.

 

 

 

 

 

 

La feuille de match

Dimanche 11 Novembre 2012 à 17 heures

12ème journée de Ligue 1

Stade Yves Allainmat (Lorient)

15868 spectateurs

Arbitre : M. Philippe Kalt

Lorient 0 – 4 Bordeaux

Buts : Jussiê (18ème), Obraniak (33ème), Saivet (52ème), Gouffran (57ème)

Cartons jaunes : Lautoa (51ème)

Lorient : Audard – Kone, Pedrinho, Romao, Le Lan ©, Lautoa, Jouffre, Aliadiere, Sunu (Bourrillon, 46ème), Giuly (Quercia, 65ème), Barthelme (Monnet- Paquet, 55ème).

Bordeaux : Carrasso © – Mariano, Sané, Planus, Marange, Trémoulinas – Obraniak (Bellion, 79ème), Nguemo (Henrique, 84ème), Jussiê, Saivet – Gouffran (Ben Khalfallah, 79ème).

 

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 10

Mariano : 10

Tremoulinas : 10

Marange : 10

Planus : 10

Sané : 10

Nguemo : 10

Obraniak : 10

Saivet : 10

Gouffran : 10

Jussiê : 12

 

 

 

 

 

 

Les stats du match

Lorient – Bordeaux

Possession : 52 – 48

Tirs : 8 – 10

Tirs cadrés : 2 – 6

Passes réussies : 82% – 79%

Hors-jeu : 4 – 2

Corners : 5 – 6

Centres : 25 – 20

Fautes : 12 – 10

Cartons jaunes : 1 – 0

 

 

 

 

 

 

Les stats de nos bordelais

Saivet a touche le plus de ballons (70), devançant Obraniak (59) et Tremoulinas (57). 21 ballons gagnés pour Planus, 18 pour Nguemo et Sané, puis 17 pour Saivet. 21 ballons perdus pour Mariano, devançant Tremoulinas et Obraniak (20). 100% des passes réussies pour Bellion et Henrique. Mais sur le long terme, 85% des passes réussies pour Obraniak et Nguemo, juste devant Sané (83%), Marange et Planus (82%). Deux tirs cadrés sur deux pour Gouffran, 1/1 pour Jussiê et Tremoulinas, 1/3 pour Saivet, puis ½ pour Obraniak. 1 hors-jeu signalé pour Tremoulinas et Bellion. Avec 10 centres, Obraniak est celui qui a le plus centré, suivi de Tremoulinas (1) et Mariano (2). 4 coups-francs pour Obraniak, 3 pour Nguemo et 2 pour Planus. 4 fautes subies pour Jussiê et Saivet qui ont beaucoup provoqué ; 2 pour Gouffran. 3 fautes commises aussi pour Jussiê, 2 pour Sané.

 

 

 

 

Crédit Photos : Fclweb, foot01, fifa.com, Eurosport, Ouest-France, letelegramme