Une défaite en Corse

 

Le résumé :

 

Bordeaux se déplaçait en Corse ce samedi soir avec un groupe amoindri, privé notamment de Carlos Henrique, mais aussi Gregory Sertic, Landry Nguemo et Hadi Sacko. Cheick Diabaté n’est toujours pas rentré de la CAN, et l’uruguayen Diego Rolan n’a atterri en Gironde qu’en fin d’après-midi. Francis Gillot présentait toutefois une équipe titulaire proche de celle qui a affronté Valenciennes le week-end dernier : Florian Marange palliait à l’absence du brésilien Henrique en défense centrale, tandis que Fahid Ben Khalfallah prenait place sur le côté droit, décalant ainsi Henri Saivet dans le couloir gauche.

 

 

 

 

Le début de match est plutôt tranquille … peut être un peu trop d’ailleurs. Paradoxalement, les joueurs bordelais tentent peu à peu de mettre la main sur le ballon, pour s’installer dans le camp des corses. Tremoulinas ne tarde pas à se mettre en action, et combine avec Henri Saivet dans le couloir gauche, dès la cinquième minute de jeu. Le latéral gauche parvient à trouver David Bellion en retrait, mais sa frappe est contrée par l’arrière garde corse. Les centres se multiplient dans les minutes qui suivent, mais Fahid Ben Khalfallah et Benoit Tremoulinas ne trouvent pas leurs partenaires. Pourtant bien en jambes, David Bellion perd ses appuis sur un ballon glissé dans le dos de la défense par Jaroslav Plasil à la 12ème minute.

 

 

Au contraire de son compère du couloir gauche, Mariano semblait lui assez effacé, jusqu’à cette fameuse 18ème minute. Le brésilien se rue à l’attaque, et réalise notamment un grand-pont sur son adversaire direct, le mettant en excellente posture pour centrer en retrait pour Henri Saivet, qui ne peut reprendre malheureusement. Coup-dur sur cette même action, puisque le latéral droit des Girondins se blesse. Après plusieurs tentatives, il doit se résoudre à céder sa place au néo-bordelais Julien Faubert. Dix minutes plus tard, c’est un véritable coup de massue qui s’abat sur l’équipe girondine. Johan Cavalli se place pour distiller un coup-franc dans la surface bordelaise. Le ballon est repoussé à plusieurs reprises, et Ricardo Faty place un superbe retourné acrobatique, qui trompe le portier des marines et blancs. Imparable ! Les corses prennent l’avantage au tableau d’affichage, contre le cours du jeu …

 

 

 

 

 

Fidèle à ses tares, Bordeaux sort de son attentisme et un certain manque de sérieux, suite à ce but encaissé, pour montrer de nouvelles intentions. Mais les centres des latéraux girondins sont toujours aussi inoffensifs. Quand la faille est enfin trouvée, les joueurs corses s’en remettent à un Guillermo Ochoa des grands soirs, qui réalise notamment une parade décisive, la première d’une longue série, sur une tentative de Julien Faubert à la 36ème minute. Trois minutes plus tard, le portier mexicain détourne une superbe frappe de Ludovic Obraniak, qui prenait le chemin des filets. A quelques instants de la mi-temps, un défenseur corse est assommé par un centre de Julien Faubert reçu en plein visage. Petite frayeur également du côté de Bordeaux avec un tacle appuyé de Felipe Saad sur Ludovic Obraniak, sur lequel il reçoit un avertissement. L’arbitre de cette rencontre, Fredy Fautrel, renvoie alors les deux équipes aux vestiaires avec cette avantage pour l’AC Ajaccio.

 

 

 

 

Ce début de seconde période ne semble pas améliorer la pâle prestation des hommes de Francis Gillot, ayant vivement partagé son appréciation de la première période dans le vestiaire. Bordeaux reprend peu à peu la possession du ballon, mais ne parvient toujours pas à mettre en danger les joueurs d’Albert Emon. Très peu de solutions se présentent, et la tentative d’Henri Saivet à la 47ème minute traduirait bien un aveu de faiblesse … Guillermo Ochoa s’interpose toutefois sur une nouvelle frappe de David Bellion deux minutes plus tard, bien servi par son capitaine. De son côté, Fahid Ben Khalfallah essaye vainement d’imiter son adversaire et buteur du soir, Ricardo Faty, en tentant un bicyclette sur un centre bordelais. Sa tentative passe toutefois très loin du cadre. Il se rattrape malgré tout à la 53ème minute, en délivrant un centre qui file devant la cage d’Ochoa. Le tacle de l’ancien bordelais, Matthieu Chalmé, gêne Henri Saivet, qui ne peut reprendre à quelques centimètres de la ligne de but.

 

 

Impuissants, les girondins multiplient les centres, mais ne parviennent toujours pas à trouver le chemin des filets. Dès la 61ème minute, l’entraîneur bordelais effectue son second changement, s’efforçant d’apporter du sang neuf et un allant offensif supplémentaire. Il remplace donc Florian Marange par Nicolas Maurice-Belay. Un choix résolument offensif, qui pousse Lamine Sané a glisser en défense centrale aux côtés de Marc Planus. Les ajacciens en profitent, et mettent la pression sur le but de Cédric Carrasso. Il faut notamment un retour in-extremis de Jaroslav Plasil à la 64ème minute pour empêcher les corses de doubler la mise. C’est au tour de Marc Planus de s’interposer sur un frappe de Johan Cavalli deux minutes plus tard. Pourtant auteur d’une entrée convaincante, Julien Faubert sombre peu à peu, et multiplient les centres imprécis, voire totalement manqués, comme à la 68ème minute de jeu.

 

 

 

 

Afin de répondre aux interventions d’Ochoa, Cédric Carrasso sort à son tour une parade décisive sur une jolie frappe enroulée, qui prenait le chemin du petit filet à la 71ème minute. Deux minutes plus tard, Jaroslav Plasil combine avec Henri Saivet, qui le ressert dans la surface de réparation. Le tchèque est fauché, mais l’arbitre ne bronche pas. Bien placé, Nicolas Maurice-Belay hérite du cuir, et décoche une belle frappe, une nouvelle fois repoussée par Ochoa. Le duel à distance se poursuit alors, avec une nouvelle intervention à la 78ème minute. Réceptionnant un centre de Denis Oliech, Adrian Mutu pense marquer le second but de son équipe, mais Cédric Carrasso est secondé, dans un premier temps, par son montant gauche. Il parvient ensuite, par un geste improbable, à sortir ce ballon qui semblait pourtant prendre le chemin du but. Réponse du mexicain sur deux nouvelles parades (82ème et 84ème), dégoutant totalement Nicolas Maurice-Belay, pourtant à l’aise dans la finition ce soir. Les ajacciens ont bien essayé d’emballer la rencontre dans les dernières minutes, mais se sont très vite ravisés, pour laisser finalement ce match s’endormir sur cette victoire corse.

 

Au delà d’une finition aléatoire (et un gardien des grands soirs) et d’une domination stérile, nous pourrons regretter l’état d’esprit sur la pelouse du stade François Coty. Certains comportements dénotent d’un manque d’implication, et mériteraient bien un coup de pied au cul … Ces hurlements visant à réclamer des considérations de l’arbitre montrent la faiblesse (actuelle) de certains joueurs, incapables de poursuivre le jeu et se donner à part entière pour un collectif.

 

 

 

 

Les joueurs :

 

 

Cédric Carrasso ne peut absolument rien faire sur le but de Ricardo Faty. Très peu de travail à faire ce soir, mais présent tout de même pour enrayer les rares tentatives des joueurs corses, en réalisant deux arrêts décisifs.

 

Prestation pour le moins quelconque des deux défenseurs centraux. Titulaire habituel, Marc Planus était associé à Florian Marange ce soir en l’absence de Carlos Henrique. Devant la rareté des offensives ajacciennes, leur travail était réduit au strict nécessaire. Comme à son habitude, Benoit Tremoulinas a œuvré dans la totalité de son couloir pour apporter le danger dans le camp adverse. Sans succès toutefois devant le manque de présence dans la surface corse. De l’autre côté, Mariano n’a finalement participé qu’aux vingt premières minutes de cette rencontre. Sorti sur blessure, le brésilien est apparu effacé, jusqu’à ce rush qui lui coûta le reste du match. Remplacé par Julien Faubert. Ce dernier fut l’auteur d’une entrée convaincante, soignant notamment ses centres. Mais sa prestation s’est grandement dégradée au cours de la seconde période. Semblant manqué de rythme, Julien a multiplié les gestes imprécis, et plus particulièrement les centres derrière le but.

 

Pâle prestation de Lamine Sané au poste de milieu récupérateur. La perception est peut-être flouée par la précédente contre les nordistes de Valenciennes. Il a malgré tout profité des approximations adverses pour récupérer de nombreux ballons. Supposés animer le jeu des girondins, Jaroslav Plasil et Ludovic Obraniak sont apparus tels des fantômes, errant sur la pelouse à la recherche d’une confiance perdue. Quelques fulgurances ont toutefois relevé le niveau de leur prestation respective, mais grandement insuffisant pour passer sous silence les signes d’agacement se dessinant sur leurs visages.

 

 

 

 

Le meilleur buteur bordelais Henri Saivet ne fut pas brillant. Il fut cantonné à un rôle de rampe de lancement pour Benoit Tremoulinas dans le couloir gauche. Quelques passes impeccables malgré tout. Mais la fougue du jeune bordelais manquait ce soir sur la pelouse de François Coty. Pas de réussite pour Fahid Ben Khalfallah. Tentant en vain de provoquer dans son couloir droit, le tunisien a manqué la plupart de ses gestes, mais a le mérite de poursuivre ses efforts coûte que coûte.

 

Dans la lignée des précédentes rencontres, David Bellion n’a pas démérité ce soir. L’attaquant n’a pas ménagé ses efforts et s’est révélé être le titulaire le plus dangereux avec cette frappe détournée par Ochoa. Enfin, entré en jeu pour la dernière demie-heure, Nicolas Maurice-Belay est apparu maladroit, mais aussi en net regain de confiance. Pour preuve, ses frappes détournées par Ochoa à trois reprises. Le joueur provocateur et imprévisible n’est toujours pas de retour, mais semble sur la bonne voie …

 

 

 

La fiche de match :

 

 

Samedi 9 Février 2013 à 20 heures

 

24ème journée de Ligue 1

Stade François Coty

Arbitre : M. Fredy Fautrel

6513 spectateurs

 

Ajaccio 1 – 0 Bordeaux

 

But : Faty (31ème)

Cartons jaunes : Saad (47ème), Faty (70ème)

Carton rouge : aucun

 

 

Bordeaux: Carrasso – Mariano (Faubert, 23ème), Marange (Maurice-Belay, 62ème), Planus, Tremoulinas – Sané, Plasil, Obraniak, Ben Khafallah, Saivet – Bellion

 

Ajaccio: Ochoa – Chalmé, Zubar, Saad, Poulard – Faty, Belghazouani (Begeorgi, 86ème), Cavalli (Mostefa, 77ème), Lasne, Sammaritano (Oliech, 77ème) – Mutu

 

 

 

Le résumé du match en vidéo :

 

 


Ajaccio 1-0 Bordeaux

 

 

 

Les statistiques :

 

Possession (%) : 42 – 58

Tirs : 7 – 18

Tirs cadrés : 3 – 6

Passes réussies (%) : 73 – 81

Hors-jeu : 2 – 7

Corners : 3 – 9

Centres : 6 – 40

Fautes : 15 – 9

Cartons jaunes : 2 – 0

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 6

Mariano : non noté

Faubert : 4

Planus : 5

Marange : 5

Tremoulinas : 7

Sané : 5

Plasil : 3

Obraniak : 3

Saivet : 5

Ben Khalfallah : 4

Bellion : 6

 

 

 

Crédits photos : France 3 Aquitaine, LFP, Foot01, Eurosport