Bordeaux s’en sort bien

Le résumé

 

 

La composition du début de match, côté bordelais

 

 


En ce début de match, les Ukrainiens ont la possession de balle. 4ème minute, la perte de Julien Faubert voit Haruna tenter sa chance : contré par Planus ! Le corner qui suit verra un cafouillage dans la surface, mais le ballon sera finalement dégagé par Sertic. L’équipe de Kiev est au point et cela combine bien. Côté bordelais, nos protégés subissent, et la défense ne semble pas dans un grand soir. 8ème minute, la frappe de Kranjcar voit Carrasso faire la parade. Bordeaux évolue clairement en contre-attaque et laisse le jeu à Kiev, peut-être aussi par obligation. Carrasso s’impose souvent dans les airs et repousse donc le danger jusqu’à présent. Intervient cependant cette 20ème minute où, sur un centre de Taiwo, Haruna est au second poteau, seul, et a le temps de contrôler et frapper en force sous la barre ! But ukrainien ! Surement mérité au vu de la domination des locaux.

 

Les Girondins vont alors essayer de se réveiller et de se faire violence mais manquent cruellement de poids devant. Ce sera un coup de tonnerre et un exploit d’Obra ! 23ème minute, dans l’angle à l’extérieur de la surface, le milieu bordelais est servi et semble bien inspiré puisque sa frappe, puissante et croisée, vient se loger au fond des filets ! Égalisation bordelaise ! Kiev va alors reprendre le contrôle du jeu et essayer de doubler la mise. Et ce sera presque concrétisé à la 33ème minute. Sur un centre de Vida venu créer le surnombre, Carrasso anticipe au premier poteau en plongeant mais relâche le ballon. Le numéro 9 a suivi et n’a plus qu’à pousser le ballon dans le but vide : largement au dessus ! Bordeaux a eu chaud, d’autant que Carrasso reste au sol pendant deux minutes des suites d’un contact avec Planus et Mehmedi.

 

37ème minute, sauvetage de Faubert ! Le latéral bordelais revient vite et tacle pour contrer une frappe ukrainienne ! Heureusement, car Carrasso n’était pas sur ses appuis et avait glissé juste avant. Bordeaux répondra par une frappe d’Obraniak en contre deux minutes plus tard : frappe largement au dessus. La dernière occasion sera pour Kiev avec l’intenable Haruna qui, d’une frappe surpuissante, vient heurter la barre de Carrasso qui ne pouvait suivre le ballon que des yeux (40ème) ! Bordeaux a eu encore une fois chaud, très chaud.

 

 

 

 

Clairement dominés, les Girondins s’en sortent bien, très bien. Egalisant rapidement après l’ouverture du score ukrainienne, Bordeaux a réussi à rester dans le match, numériquement parlant. C’est Francis Gillot qui en parle le mieux à la pause : « On a beaucoup de chance, on subit un peu trop ». Beaucoup trop, même.

 

Surs de leurs forces, les joueurs du Dynamo reviennent avec les mêmes intentions qu’en première. Haruna frappe déjà dès la 46ème minute, au dessus. 49ème minute, Carrasso s’y reprend à trois fois avant de capter un centre qui manque de peu d’être repris à deux reprises… Une minute plus tard, la frappe de Kranjčar est cette fois ci repoussée des deux poings par Carrasso. Kiev continue de pousser et c’est Faubert qui sauve encore les siens 9 minutes plus tard en intervenant sur un centre en retrait.

 

 

 

 

65ème minute, et première entrée de Rolan sous le maillot Girondins. Mais cela n’amènera pas grand-chose. Bien au contraire puisque Faubert intervient à la 68ème minute en se jetant pour tacler et dégager le danger ! Bezus, seul au second poteau, a tout le temps d’armer sa frappe mais le latéral bordelais revient à grandes enjambées et contre le ballon. 72ème, Yarmolenko, plein axe, arme sa frappe qui se dirige vers Carrasso qui dégage une fois encore des deux poings ! Bordeaux va-t-il tenir sous cette pression ? 75ème minute, Henrique se fait happer par Gusev qui protège son ballon dans la surface… Le brésilien, victime certainement de l’expérience du joueur ukrainien, tombe sur ce dernier : pénalty ! C’est sévère, mais le pénalty y est bien. Le joueur ayant subi la faute veut se faire justice lui-même et comme souvent : sa frappe est manquée et atterrit sur la transversale de Carrasso !

 

 

Les bordelais ne se montreront pas dangereux lors des dix dernières minutes, ou presque. 84ème minute Tremoulinas dans son couloir distille un très bon centre en profondeur pour Plasil à la réception, qui tacle le ballon du gauche pour frapper : directement sur le portier adverse ! Et ce sera finalement à la 93èe minute que Kiev s’offrira sa dernière occasion. Haruna, encore lui, frappe aux 25 mètres. Elle est légèrement contrée par Planus et finit juste au dessus des buts de Carrasso.

 

 

Ce n’est pas un hold up, mais presque. Bordeaux ne s’est jamais véritablement montré dangereux et a été dominé par les ukrainiens, surs de leurs forces, ayant un excellent jeu collectif et des armes individuelles très intéressantes. Avec un match nul et surtout un but à l’extérieur inscrit, Bordeaux se place dans d’excellentes conditions pour le match retour. Les joueurs de Gillot seront déjà qualifiés dès le premier coup de sifflet, mais devront certainement se montrer sous un meilleur joueur pour atteindre les huitièmes de finale.

 

 

Bravo Bordeaux pour ce résultat, mais pas pour la manière !

 

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso ne peut rien sur le but de Kiev. Il est à créditer de quelques parades bien que les ballons soient la plupart du temps sur lui. Ces sorties aériennes ont rassuré sa défense, même si certaines prises de balles ont été difficiles.

Benoit Tremoulinas avait fort à faire dans son couloir, les offensives adverses passant généralement par le côté droit. Il s’en est bien sorti même si offensivement, il n’est pas apparu sous son meilleur jour. De l’autre côté, Julien Faubert, titulaire pour la première fois depuis son arrivée, a semblé quelque peu hésitant en première période. Manque de repères, certainement, mais il est aussi celui qui s’en sort le mieux et est décisif, grâce à trois interventions de classe et de qualité. Il est monté en puissance au fur et à mesure de la rencontre. Carlos Henrique, sous le coup d’une suspension, a semblé lui aussi hésitant et moins sur qu’à l’accoutumée. Il se fit d’ailleurs passé quelques fois comme un débutant, et a concédé un pénalty avec ce même état d’esprit. Marc Planus a été à l’image de la défense : inconstant, soufflant le chaud et le froid. Par son placement, il a réussi à limiter la casse et à devancer parfois la vitesse de ses vis-à-vis.

Lamine Sané était positionné milieu défensif, même s’il est souvent apparu très bas, presque au poste de défenseur central. Quelques ballons perdus, un peu moins d’assurance qu’à l’accoutumée. Grégory Sertic est à la genèse du but bordelais, avec une belle action qui met Obraniak dans de bonnes conditions de frappe. Il a également été intéressant dans la construction et la conservation de balle au milieu de terrain. Jaroslav Plasil était un peu partout. En défense pour harceler ses adversaires et combler les failles, et devant au pressing avec en seconde un rôle un peu plus offensif, et surtout plus haut. Malgré ça, peu d’impact sur le jeu offensif bordelais, malgré la seule occasion bordelaise de la seconde période, à son actif, en fin de match. Ludovic Obraniak n’a pas été brillant, et n’a pas non plus pris le jeu à son compte. Il est cela dit le bordelais qui a le plus frappé au but, et d’ailleurs cette fantastique frappe du gauche, qui sauve son match. Un bien beau but, dont lui seul a le secret.

Nicolas Maurice-Belay revenait. De l’activité, même s’il n’a pas été toujours en réussite, mais il avait au moins l’envie de provoquer et de tenter quelque chose. Après cette série de blessures récurrentes, il semble sur ce match prendre le bon chemin. David Bellion soupire à sa sortie, et l’on peut comprendre pourquoi. Très peu de ballons, encore moins d’exploitables… Ce n’est pas le genre de match pour confirmer et acquérir de la confiance.

 

 

Henri Saivet est rentré à une demi-heure de la fin et a beaucoup défendu. Diego Rolan a fait de nombreuses courses vers l’avant et a souvent demandé le ballon en profondeur, sans pour autant être servi. Il a tenté une fois de provoquer ses vis-à-vis face au jeu, et a bénéficié de deux contres. Pas de doute à ce niveau là, il aura de la vitesse et apportera de la profondeur. En tout cas, il a montré une grosse envie et appelait très souvent le ballon. Enfin, André Poko a attendu sur le bord de la touche pendant 6 minutes avant de pouvoir entrer. Les quelques minutes sur le terrain ont été consacrées à la défense.

 

 

 

 

 

 

La feuille de match

Jeudi 14 Février 2013 à 19 heures

Seizièmes de finale Aller de Ligue Europa

Stade Olympic Stadium

Arbitre : Dan Alexandru Tudor

Dynamo Kiev 1 – 1 Bordeaux

Buts : Haruna (20ème) – Obraniak (23ème)

Cartons jaunes : Haruna (25ème), Mikhalik (55ème), Bezus (64ème) – Sertic (85ème)

Dynamo Kiev : Koval – Taiwo, Mikhalik, Khacheridi, Vida – Miguel Veloso, Haruna, Kranjcar (Gusev, 61ème) – Bezus, Yarmolenko, Mehmedi (Ruben 78ème).

Bordeaux : Carrasso – Tremoulinas, Planus, Henrique, Sané, Faubert, Sertic, Plasil (Poko, 92ème), Obraniak – Maurice-Belay (Rolan, 65ème), Bellion (Saivet, 61ème).

 

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 8

Faubert : 7

Planus : 5

Henrique : 5

Tremoulinas : 5

Sané : 5

Sertic : 6

Plasil : 6

Obraniak : 7

Maurice-Belay : 6

Bellion : 5

 

 

 

Crédit Photos : UEFA, RMC, Eurosport, Sport24, Foot01