Nouvelle fessée

Le résumé

Après les bons résultats des autres équipes, Bordeaux est dans l’obligation, encore plus que d’habitude, de prendre les trois points ce soir. Et ce sera avec Sané, bien soigné toute la semaine, qui sera aligné avec Planus dans une défense à quatre. Poko, ayant réalisé un bon match face à Kiev, est aligné par l’entraineur bordelais aux côté de Plasil. Maurice-Belay et Obraniak sont au milieu, laissant Saivet, notre meilleur buteur, sur le banc. Mais, petite coquetterie, deux attaquants sont alignés : Diabaté et Bellion. Voici la composition :

 

 

 

 

 

Bordeaux débute bien la rencontre, bien sur ses bases. 4ème minute, un corner très bien frappé d’Obraniak trouve la tête décroisée de Sané : Thebaux la capte. 9ème minute, après une bonne séquence girondine, où Bordeaux fait le jeu, Plasil centre pour la tête de Diabaté : au dessus. C’est alors au tour de Brest d’attaquer et deux minutes plus tard, après un bon centre de Raspentino côté droit, le ballon passe devant le but et Ayité est à la réception au second poteau : c’était sans compter sur la superbe intervention de Sané qui tacle et met le ballon en corner. Une minute plus tard, Faubert effectue une mauvaise passe en retrait. Brest, libéré, joue le jeu et Licka se retrouve seul devant Carrasso qu’il lobe… Mais c’était sans compter sur le retour de Faubert, se rachetant de son erreur. Bordeaux va répondre après un excellent travail d’Obraniak côté droit qui lance Faubert. Le latéral bordelais centre fort : Diabaté manque son plat du pied et au second, Maurice-Belay frappe fort mais c’est sauvé sur sa ligne par Coulibaly.

 

19ème minute, après le festival de Chafni au centre du terrain, puis couloir gauche, son centre passe le terrain latéralement à l’entrée de la surface. Ayité laisse passer plein axe pour Licka au second poteau. La frappe du breton est complètement détourne de sa trajectoire par Tremoulinas qui trompe Carrasso à contrepied. Bordeaux 0, Brest 1. Bordeaux ne réagira que timidement à la 35ème minute sur un corner de Plasil, et un cafouillage dans la surface bretonne, finalement dégagé. Puis, à la 41ème minute après un excellent travail côté gauche de Tremoulinas. Son centre est dévié au premier poteau par Diabaté au second : Obraniak est seul, et frappe du droit de demi-volée : parée par Thebaux.

 

Bordeaux a le ballon, a fait le jeu, mais les occasions sont identiques de chaque côté, avec un coup du sort qui permet à Brest de mener au score. Il faudra faire encore plus en seconde période pour espérer dans un premier temps revenir, et dans un second temps l’emporter…

 

La neige fait son apparition au coup de sifflet qui annonce la seconde période. Bordeaux revient sur un gros rythme et l’arbitre siffle un bon coup franc dès la 46ème minute, à l’entrée de la surface. Bellion s’exécute et contourne le mur : directement dans les gants de Thebaux. Dans la continuité et sur une simple touche, Diabaté dévie le ballon dans la surface au premier poteau… Le ballon lui revient et l’attaquant bordelais frappe du gauche : au dessus. Nouveau bon travail de Diabaté (52ème) qui prend l’axe et décale Maurice-Belay sur sa gauche. Le milieu bordelais centre pour Obraniak à la réception dans la surface, plein axe : sa frappe est contrée et ralentie, ce qui permet à Brest de se dégager. Deux minutes plus tard, nouveau bon déboulé de Maurice-Belay côté gauche. Le milieu centre pour le tacle-tir de Bellion, contré de la main par Kantari… Mais l’arbitre ne bronche pas.

 

Puis, plus rien… Plus rien jusqu’à une tentative désespérée de Saivet à la 76ème, pas sur ses appuis, qui finit au dessus… Bordeaux est acculé et n’arrive pas à trouver de solutions. La perte de balle de Ben Khalfallah, provoque un décalage et une frappe de Licka, repoussée de peu par Carrasso (77ème). Et puis, ce qui devait arriver arriva. En contre, Planus se fait passer au milieu de terrain par Touré, fraichement entré. L’attaquant breton prend l’espace et arrive près de la surface. Sané tente de le contrer mais sur son crochet, l’attaquant est légèrement touché par le défenseur bordelais… Pénalty ! Qui sera transformé par Kantari (82ème). Puis, une nouvelle fois plus rien…

 

La compo de la deuxième période, ça ressemblait plutôt à ça…

 

 

Jean-Louis Triaud avait raison de faire le pitre au début du match. Il est sur la même ligne que ses joueurs. Sans trouver de solution, Bordeaux a laissé le sort, l’arbitre, et la volonté des joueurs bretons prendre le dessus, pour se laisser dominer au vu de la totalité du match. Sans dénigrer Brest qui a fait ce qu’il fallait, ce résultat est une honte pour le club et ses supporters, démontrant clairement qu’il ne faudra plus attendre grand-chose de cette fin de saison en championnat. C’était Brest quand même en face, une équipe luttant pour le maintien, connaissant une très mauvaise passe, et que même ses supporters dénigrent. Vraiment, c’est insupportable. Devons-nous jouer l’Europe pour en arriver là ? Clairement, nous n’avons pas l’effectif pour jouer sur tous les tableaux. Nous n’avons plus le choix maintenant, sauf gros revirement de situation (mais les miracles n’arrivent pas tous les ans), il faut maintenant gagner la Ligue Europa, ou la Coupe de France. Choisissez.

 

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso en a pris deux. Un premier à contrepied où il ne peut rien. Un deuxième sur pénalty, également à contrepied. Voilà voilà, une parade aussi sur une frappe de Licka en seconde. Ca sent la nouvelle grosse dose de Prozac pour tenir le coup et ne pas replonger dans la déprime.

Au niveau de la combativité et de l’envie, il nous faudrait 11 Julien Faubert. Et pas Flaubert comme pouvait le dire l’autre abruti de Be In Sport. Il n’est pas technique, il ne nous fera pas gagner de match à ce poste, mais dans la combativité, il est très précieux. Il a aussi fait de nombreuses montées conclues par des centres, qui auraient dû être transformés en but. Et lorsqu’il fait une mauvaise passe qui procure une occasion, il se rattrape derrière. Benoit Tremoulinas a fait lui aussi de nombreuses percées avec plusieurs centres à la clé très intéressants. Mais là aussi, personne à la réception, ou de la maladresse. Lamine Sané sauve les siens sur un super tacle devant Ayité. De bonnes interventions une fois encore, même si on le préfère au poste de milieu défensif. Preuve en est, il commet une légère faute dans la surface qui amène le pénalty, et donc le second but brestois. Marc Planus se fait prendre de vitesse sur l’action qui amène le pénalty. Par Touré en plus. Pas besoin de plus l’enfoncer.

André Poko a montré beaucoup d’envie comme face à Kiev, mais il a été nettement moins à son avantage. Quelques pertes de balle, des mouvements parfois approximatifs. Il est en progression, de toute façon, et il est encore jeune. Alors patience. Jaroslav Plasil… Notre cher capitaine. Au poste de milieu relayeur. Il a touché beaucoup de ballons, mais sa lenteur nous fait défaut. Il a fait quelques bonnes passes, mais son manque de poids sur le jeu nous fait également défaut. Pire encore, son rôle de capitaine ne semble plus exister pour lui. A aucun moment on ne l’a vu rallier ses troupes, encourager les siens, hausser le ton. Et lorsqu’on entend les commentateurs dire cette phrase identique à chaque match « Pied gauche, pied droit, pour Plasil il n’y a pas de différence » on a juste envie de répondre : effectivement, on ne voit plus la différence tant ses deux pieds ne servent plus à rien. Voilà, il en a eu pour son compte. Ludovic Obraniak s’est créé la seule véritable occasion bordelaise avec cette demi-volée du droit. En la prenant de volée, peut-être aurait-elle finit au fond. C’est un manque de confiance flagrant que l’on peut voir, à l’image de ce coup franc très bien placé qu’il laisse à Bellion en tout début de seconde période. Enfin au milieu, il y a du mieux pour Nicolas Maurice-Belay. Mais lorsque l’on dit du mieux, on a envie de répondre qu’il n’y a pas de mal à faire mieux pour lui… De nombreuses percées, de nombreux centres aussi, mais cela n’empêche pas qu’il est toujours à 0 but, 0 passe décisive.

Devant, David Bellion, ça a été le néant. Aucune position de frappe, deux bonnes passes. A un moment on l’a même vu tenter une reprise acrobatique au milieu de deux joueurs. On n’a pas compris. A force de ne pas avoir de solutions devant, on balance tout ce qu’on peut sur Cheick Diabaté. Déjà que c’était moche au niveau du jeu sans lui, si maintenant on ne voit que de longs ballons casse-cous, ça va pas s’arranger… Quelques ballons aériens touchés donc, mais pour le reste, ce ne fut pas glorieux non plus.

 

Les remplaçants n’ont strictement rien apporté. Notre banc de touche est ainsi et baisse de niveau chaque année. Pourtant, notre meilleur buteur, Henri Saivet, aurait du apporter quelque chose. Mais devant, au poste d’avant centre, tout le monde sait que c’est pire que tout. Fahid Ben Khalfallah, toute une histoire. Ca a aussi été le néant : une perte de balle qui procure une occasion chaude que Carrasso détourne, un apport offensif inexistant. Où est le joueur réussissant une bonne préparation et un bon début de saison ? Enfin, rien à signaler du côté de Grégory Sertic. On a même cru qu’il n’était jamais rentré.

 

Eh bien, avec de tels pitres, on va réussir à faire un beau cirque !

 

 

 

 

La feuille de match

Dimanche 24 Février 2013 à 17 heures

26ème journée de Ligue 1

Arbitre : M. Sébastien Moreira

Stade Jacques Chaban-Delmas

14261 spectateurs

Bordeaux 0 – 2 Brest

Buts : Licka (19ème), Kantari (82ème, sp)

Cartons jaunes : Bellion (27ème), Sané (81ème) – Coulibaly (91ème)

Bordeaux : Carrasso – Faubert, Sané, Planus, Trémoulinas – Plasil, Biyogo-Poko (Sertic, 83ème), Obraniak (Ben Khalfallah, 66ème), Maurice-Belay – Diabaté, Bellion (Saivet, 64ème).

Brest : Thebaux – Mendy, Traoré, Coulibaly, Kantari © – Gueye (Lesoimier, 69ème), Chafni (Grougi, 78ème), Sissoko – Ayité, Raspentino (Touré, 75ème), Licka.

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 1 (pour la parade de la seconde période)

Faubert : 5 (pour la combativité)

Tremoulinas : 4 (pour ses centres)

Sané : 1 (pour son sauvetage en première)

Planus : 0 (pour le vent de Touré)

Plasil : 0 (parce qu’on a envie et que ça fait du bien)

Poko : 2 (encourageant, peut mieux faire)

Obraniak : 0.5 (demi-volée, demi point)

Maurice-Belay : 4 (parce que cela fait bien longtemps qu’on ne l’avait pas vu provoquer)

Bellion : 0 (parce que 0, le 0 de la défaite)

Diabaté : 1 (pour ses deux ballons déviés de la tête)

 

 

 

 

Les stats de la rencontre

Bordeaux – Brest

Possession : 53% – 47%

Tirs : 16 – 9

Tirs cadrés : 4 – 3

Passes réussies : 74% – 73%

Hors jeu : 1 – 3

Corners : 8 – 5

Centres : 38 – 16

Fautes : 13 – 17

Cartons jaunes : 2 – 1

 

 

 

 

Les stats bordelaises

Plasil est le joueur ayant le plus touché de ballons (67), de peu devant Faubert (63), puis Tremoulinas (58). 24 ballons gagnés pour Sané, 19 pour Planus. 23 ballons perdus pour Plasil et Maurice-Belay, 21 pour Faubert, 20 pour Obraniak. 86% de passes réussies pour Poko, 84% pour Tremoulinas. A l’inverse, 44% de passes réussies pour Saivet, 56% pour Ben Khalfallah, 60% pour Maurice-Belay, et 63% pour Bellion. Le seul hors-jeu bordelais est attribué ààààà Diabaté ! 11 centres pour Tremoulinas, 9 pour Plasil, 7 pour Maurice-Belay. 4 fautes subies pour FBK, si si promis ! A moins que la LFP se soit plantée. 3 fautes commises par Plasil, 2 pour Bellion, Sané, Diabaté et Maurice-Belay.