Défaite européenne

Le résumé

Francis Gillot a envie de jouer cette Europa Ligue et il le prouve avec cette composition. Pas à 100% selon ses dires en conférence de presse, l’entraineur bordelais décide tout de même d’aligner Mariano et Rolan. Mais aussi Faubert au poste de milieu offensif droit. Pas de Planus au sein de la défense avec la présence de Sané et Henrique. Pas de cadeau pour Marco donc le jour de son anniversaire. De l’autre côté, Benfica est leader du championnat portugais, avec la meilleure attaque, et est invaincu depuis près d’un an. Enfin, en tribunes, Pauleta assiste au match, avec aussi 400 bordelais qui ont fait le déplacement.

 

 

Le match commence réellement à la 11ème minute par une frappe sèche et à ras de terre pour Obraniak en dehors de la surface : captée par Artur. Benfica répond par une contre attaque des suites d’une perte de balle de Mariano en position offensive. Centre de Cardozo pour Rodrigo – Sané se manque – et la frappe est trop croisée. Au tour de Bordeaux de contre-attaquer par Maurice-Belay qui passe plusieurs joueurs, fixe la défense, et donne à Obraniak dans la profondeur qui fait mine de la reprendre et la laisse passer… Le gardien est surpris, le ballon passe entre ses jambes, mais n’est pas cadré ! Cela a failli être un joli but gag ! Et c’est sur un coup du sort que Bordeaux va céder. 20ème minute, après une bonne remise en retrait aux abords de la surface, Rodrigo se joue de Henrique et effectue une superbe frappe qui touche le bas de la barre, mais retombe sur Carrasso qui marque contre son camp… Benfica mène 1-0. Plus en confiance, les portugais se créeront une nouvelle occasion sur une frappe créée par une mésentente de la défense bordelaise : parade de Carrasso qui se détend bien ! Puis plus rien jusqu’à la 44ème minute et deux frappes consécutives de Obraniak, repoussées toutes les deux.

 

 

 

Bordeaux repart au vestiaire, mené au score. Globalement, la première période a été bonne pour nos bordelais, mais le manque de réalisme et le défaut du dernier geste nous fait encore et toujours défaut. Ce sera sur un coup du sort que les portugais ouvrent le score, même si Carrasso reconnaitra en fin de match que « si elle est dedans, c’est pareil », avant de toucher le poteau bien sur. Un peu plus de jeu ce soir que lors des dernières rencontres, une bonne possession de balle également, mais cela ne fait pas tout.

 

Ce sera le Benfica qui se mettra le premier en évidence, par l’intermédiaire d’une volée de Cardozo, repoussée par Carrasso avec quelques difficultés (48ème). Les frappes de Tremoulinas (52ème) ou Carlos Martins (59ème) n’inquièteront pas les deux gardiens. Bordeaux réagit par l’intermédiaire de Plasil qui contrôle à l’entrée de la surface, feinte la frappe, puis se remet sur son pied droit pour frapper : facilement capté par Artur. 67ème, chaude alerte pour Bordeaux lorsque qu’une passe dans le dos de Mariano trouve Rodrigo qui s’engouffre dans la surface, mais frappe à côté. 70ème, centre fort de Maurice-Belay côté gauche… qui trouve Traoré au deuxième poteau, trop court… Manque de réussite et de justesse technique pour Bordeaux à la 83ème par le trio Bellion-Ben Khalfallah-Traoré (83ème), puis sur une frappe de Tremoulinas (85ème). Ce sera à la 88ème minute que Bordeaux se créera sa meilleure occasion… Ben Khalfallah, lancé dans la profondeur, se retrouve seul aux 10 mètres : sa frappe est sur le portier portugais… Enorme occasion gâchée. Sur le corner qui suit, Henrique monte au dessus de tout le monde mais est légèrement trop court. Enfin, 91ème minute, la frappe de Sertic plein axe aux 25 mètres n’est pas cadrée.

 

Une (peut-être) bonne opération pour Bordeaux ce soir, avec cette petite défaite. Preuve en est (peut-être) les sifflets des supporters de Benfica lors du coup de sifflet final. Il faudra marquer deux buts au moins à Chaban (pour s’éviter les tirs au but et les prolongations), la semaine prochaine. Et surtout ne pas en encaisser. Et si Ben Khalfallah avait mis cette frappe en fin de match au fond des filets… Enfin, avec des « si », Bordeaux aurait des attaquants…

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso est le seul buteur du match (20ème), sur une frappe qui méritait de rentrer directement. Une parade à la 22ème, une parade à la 48ème.

Mariano faisait son retour après quelques semaines d’absence. Plus en jambes offensivement que défensivement, il a connu de bonnes phases, et de moins bonnes. Il a en revanche été l’un des seuls à essayer de trouver Rolan dans la profondeur. Benoit Tremoulinas a encore beaucoup donné ce soir. Une grande intensité dans son couloir gauche, et le titre de « machine à centrer » côté bordelais. Carlos Henrique n’a pas été en verve au niveau de sa relance ce soir. Il est aussi en cause sur le but, perdant son duel avec Rodrigo. Lamine Sané, bien que placé défenseur central, a fait meilleure impression, avec plusieurs actions anéanties par anticipation.

Jaroslav Plasil était notre milieu relayeur du soir. Une bonne activité, mais toujours aussi peu de poids sur le jeu. Grégory Sertic nous est apparu moins fiable qu’à l’accoutumée. Pas dans son assiette. Peu d’impact aussi dans le jeu, et souvent imprécis. Julien Faubert, positionné milieu offensif droit, n’a pas réussi à s’imposer dans son couloir. Très peu de bonnes choses, ponctuées par une sortie sur blessure peu avant la pause. Ludovic Obraniak s’est illustré dans le jeu court, et sur plusieurs frappes lointaines. Il aurait pu être dans le but gag de l’année si la passe de NMB avait été cadrée. Même s’il n’a pas été décisif, Nicolas Maurice-Belay est sur la bonne voie. Capable d’effacer plusieurs joueurs ce soir encore, il est à l’origine de plusieurs bonnes phases bordelaises. Son entente avec Tresh revient aussi.

Seul devant, Diego Rolan n’a eu de cesse de demander le ballon en profondeur, mais il fut tout le temps servi trop tard, pas dans le bon tempo. Une fois il a été servi correctement mais, manquant de physique, il a laissé son vis-à-vis reprendre le dessus. Ce ne sera pas encore pour maintenant…

 

 

Abdou Traoré était assez libre, même si majoritairement dans le couloir droit. Mais peu de prises de décisions offensives, et donc très peu d’impact. David Bellion a été transparent. Enfin, comme face à Lille, Fahid Ben Khalfallah se crée une belle occasion en fin de match ; manquée.

 

 

 

 

La feuille de match

Huitièmes de finale Aller de Ligue Europa

Jeudi 7 Mars 2013 21h05

Stade Estadio da Luz (Lisbonne)

Arbitre : M. Alon Yefet

Benfica 1 – 0 Bordeaux

Buts : Carrasso (20ème, CSC)

Cartons jaunes : Carlos Martins (50ème), Rodrigo (53ème)

Benfica : Artur – Melgarejo, Garay, Luisão, André Almeida – Roderick, Carlos Martins (Enzo Perez, 63ème), Gaitan – John (Lima, 74ème), Rodrigo, Cardozo (Salvio, 63ème).

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Sané, Trémoulinas – Faubert (Traoré, 43ème), Plasil (c.), Sertic, Maurice-Belay (Ben Khalfallah, 79ème) – Obraniak – Rolan (Bellion, 65ème).

 

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 5

Mariano : 5

Henrique : 4

Sané : 6

Tremoulinas : 6

Faubert : 3

Plasil : 4

Sertic : 4

Maurice-Belay : 6

Obraniak : 5

Rolan : 4

 

Traoré : 4

 

 

 

 

Les stats du match

Benfica – Bordeaux

Tirs cadrés : 3 – 4

Tirs non cadrés : 3 – 3

Corners : 2 – 5

Hors-jeu : 3 – 2

Fautes commises : 13 – 16