[Exclu] Ugo Gostisbehere nous répond

Bonjour Ugo. Peux-tu te présenter ainsi que nous décrire ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Bonjour. Je m’appelle Ugo Gostisbehere. Je suis né le 10 juin 1992 à Biarritz ; je suis donc originaire du Pays Basque. J’ai débuté dans un petit club près de chez moi avec mes amis d’enfance et à l’âge de 10 ans, j’ai rejoint l’Aviron Bayonnais FC pour jouer à un niveau supérieur. Lors d’un stage en Ligue Aquitaine, les Girondins de Bordeaux m’ont proposé de rejoindre le club. J’ai donc intégré la préformation en août 2006 et cela fait maintenant 7 ans que j’évolue sous le maillot girondin.

 

 

En fin de saison dernière (2011-2012), tu as décidé avec le club de rester un an de plus avec la CFA bordelaise. Quel a été le contenu des discussions avec le club sur cette année supplémentaire ?

En fin de saison dernière, le coach de la CFA m’a clairement fait comprendre que je ne pouvais pas intégrer le groupe professionnel. Il m’a donc proposé de re-signer pour une année supplémentaire en CFA afin de continuer de m’aguerrir et d’engranger de l’expérience. Je savais bien que cela serait positif pour moi, donc je n’ai pas hésité. Et je ne regrette en aucun cas mon choix.

 

 

Tu es capable de jouer aussi bien arrière droit que défenseur central. Tu as certainement une préférence par rapport à tes qualités ?

Il est vrai que je peux jouer à différents postes. Ces derniers temps, j’évolue même plus haut sur le terrain, en tant que milieu défensif. Mais que ce soit en tant que défenseur central, latéral droit ou même milieu défensif, je m’implique toujours à fond pour donner le meilleur de moi-même. Je n’ai donc pas de préférence particulière ; mon seul but est de figurer parmi le 11 de départ.

 

 

 

 

Lorsque Mariano et Faubert étaient blessés cette saison, Francis Gillot a fait appel à toi à l’entrainement. Quel a été son discours ?

Lors des blessures de Mariano et Faubert, j’ai eu la chance de participer à de nombreux entrainements avec le groupe professionnel. Mais ça a été également le cas lorsqu’ils étaient opérationnels. Son discours n’a donc pas changé en l’absence de ces joueurs…

 

 

Tu es au club depuis plusieurs années maintenant. Et tu es déjà à 24 matches en championnat cette saison. Te considères-tu comme un cadre de cette équipe, pouvant apporter ton expérience ?

Je ne me considère pas comme un cadre de cette équipe mais ayant évolué à ce niveau la saison dernière (17 matches en 2011-2012, ndlr), j’essaye d’apporter un maximum de mon expérience afin d’aider les plus jeunes à s’intégrer et s’adapter le plus rapidement possible au niveau de la CFA.

 

 

Après un début de championnat très moyen, la réserve reprend du poil de la bête depuis ce début d’année. Quel a été le déclic ? Qu’est-ce qui n’allait pas en première partie de saison ?

Je pense qu’il s’agit d’une prise de conscience générale. Tout le monde savait qu’il fallait vite réagir pour sortir la tête de l’eau et remonter au plus vite dans le championnat. On a donc joué plus librement et je pense que c’est la principale chose qui nous a permis d’enchainer un certain nombre de victoires.

 

 

 

 

Tu as cité récemment Marc Planus comme modèle aux Girondins. Avec la signature de plusieurs jeunes ces dernières saisons, notamment au niveau de la défense, on suppose que tu espères signer un contrat en fin de saison ?

Marc Planus est un joueur que j’observe beaucoup lors des matches et des entrainements. C’est un joueur qui n’est pas tellement grand, ni très rapide – un peu comme moi – mais qui compense tout ça par son intelligence de jeu et son placement. Lorsqu’on arrive à ce niveau, chaque joueur de la CFA espère un jour signer un contrat professionnel. Je suis de la région, j’ai effectué toute ma formation aux Girondins. Ce serait vraiment un bel aboutissement de décrocher un contrat pro dans ce club.

 

 

Est-ce qu’un entretien quant à ton avenir est prévu en fin de saison avec le club ?

Étant en fin de contrat en juin, il y aura bien un entretien avec le club pour évoquer la saison prochaine. Mais pour l’instant, je me consacre à ma fin de saison en essayant de ne pas trop y penser.

 

 

On te sait aussi très attaché au Pays Basque. En cas d’échec aux Girondins, on imagine certainement que tu essayeras, comme beaucoup de joueurs passés par les Girondins, de revenir dans l’un des clubs de ta “région” ? Des contacts déjà peut-être ?

C’est vrai que je suis vraiment attaché au Pays Basque ! Je sais très bien que l’aventure peut continuer ailleurs donc en cas d’échec aux Girondins, j’espère vraiment trouver un autre club pour faire ce que j’aime : jouer au football. Pour l’instant, je n’ai toujours pas de pistes. Mais tôt ou tard, je retournerai au Pays Basque !

 

 

Pour terminer, que peut-on te souhaiter pour cette fin de saison ? Et que peut-on te souhaiter de mieux pour la suite de ta carrière ?

On pourrait me souhaiter une excellente fin de saison avec la CFA et bien sur, décrocher un contrat professionnel ! Merci de votre sollicitation !

 

 

 

On espère à présent que le souhait d’Ugo se réalise à la fin de la saison, et nous en profitons pour le remercier de sa simplicité et du temps qu’il nous a accordé pour cette interview ! Bonne chance Ugo 😉