De la régularité dans la défaite

Le résumé

Les médias présentent ce match comme « un choc »… C’est surtout un choc des résultats entre les deux équipes. Marseille, sur le podium, fait clairement office de favori, ayant beaucoup plus d’armes offensives que Bordeaux, et un banc surement plus complet. Bien qu’ayant connu quelques doutes dans la saison, l’OM a su gagner les matches qu’il fallait – sans être flamboyant parfois – et accumuler les points pour être à sa place actuellement. Mais ce sera sans son atout majeur que les Sardines recevront les bordelais : sans Mathieu Valbuena. De son côté, Bordeaux est à la peine en championnat et même depuis son élimination en Europa Ligue. Preuve peut-être que les maux bordelais ne sont pas que physiques. Nous pouvons ainsi clairement parler d’un manque de motivation, d’ambition, de remise en question, avant cette rencontre. L’effectif bordelais est lui aussi presque au complet, ce qui, une fois encore, ne nous donnera pas d’excuses. Qu’a voulu faire Francis Gillot avec les titularisations de Faubert et Traoré ? Remettre en question Maurice-Belay ou Saivet ? C’est fort probable. L’avenir nous dira s’il s’agit d’un bon choix… De toute façon, ça ne peut pas être pire.

 

 

Pas de résumé ce soir, pas envie.

 

Juste que dans la mentalité, il y avait du mieux. De l’envie, oui, la possession de balle aussi et la possibilité de faire du jeu. Mais seulement la possibilité car dès que l’on arrive à 30 mètres du but, on est inexistant. Pourtant, ce soir, il y avait du monde dans la surface. Ce n’est pas pour ça qu’ils ont été servis. De la solidité défensive aussi… jusqu’à ce que Gignac, d’un coup de rein inexistant, rappelle à Sané qu’il n’a pas mis les bons crampons.

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso manque de peu de prendre une lucarne par Kadir à la 10ème. Puis se couche bien à la 18ème sur une frappe de Gignac. Ce dernier le trompera de peu d’une frappe molle à la 41ème. Puis, quelques parades ou sorties ici et là.

Mariano finira encore blessé. Il faudrait peut-être ne pas relancer nos joueurs trop tôt. Il faut dire que vu la faiblesse de notre effectif, on s’en sent bien obligé… Plutôt bon cela dit lors de ses 45 minutes, même si manquant clairement d’impact offensif. Benoit Tremoulinas ne voit pas la caravane Gignac partir dans son dos pour le but marseillais. Il ne s’attend pas non plus à ce qu’un gaucher comme Cheyrou donne le ballon du pied droit. Plusieurs centres, mais aucun de bon ce soir. Marc Planus a connu le chaud et le froid. Sur le but, comme ses collègues, il laisse Gignac prendre la profondeur. Plusieurs tacles glissés intéressants – bien qu’on avait la sensation du désespoir – même s’il a bien failli se faire prendre à la 64ème. Mais finalement le camping-car Planus a rattrapé la caravane Gignac. Enfin en défense, Lamine Sané glisse sur le non coup de rein de Gignac, comme à plusieurs reprises dans le match d’ailleurs. Plutôt correct le reste du match, il montre en toute fin de partie des signes de fatigue voir de blessure (cela semble être la cheville). Là, encore, notre staff médical est en question…

Grégory Sertic, seul réel milieu défensif, a effectué une belle rencontre. Pourtant harcelé et pressé, il a su résister à ce pressing, et distribuer le ballon proprement. Au four et au moulin. Jaroslav Plasil était méconnaissable. Dans un rôle de milieu relayeur avancé, il a beaucoup apporté par sa présence devant, même si tout ne fut pas parfait. Une réelle motivation/envie ENFIN visible, même s’il s’est un peu éteint à partir de l’heure de jeu. Un peu dans le même rôle, Ludovic Obraniak était, par rapport à d’habitude, beaucoup trop bas. Repiquant sans cesse sur son pied gauche – un manque de confiance évident – il devient facile à anticiper et perd beaucoup de ballons. Lui qui voulait plus de joueurs dans la surface, ce soir, il a été servi. Ce sont ses bons ballons qui n’étaient pas au rendez-vous ce soir… Abdou Traoré est la seule véritable option de Francis Gillot pour faire jouer la concurrence. Pas mauvais, bien que toujours aussi mou depuis ses années CFA, il arrive parfois à combiner, mais c’est toujours loin des buts adverses. Milieu gauche en plus ce soir, c’était mission impossible pour qu’il se révèle et sorte son habit de sauveur. Julien Faubert a beaucoup centré, car peu pressé. Pas de réussite non plus, et finalement un manque de percussion flagrant. Il est redescendu arrière droit en seconde période avec la blessure de Mariano. Là encore, de la volonté et de l’envie, de l’agressivité gentillette : mais trop pour Chapron, le chef de gare du soir.

Enfin, Cheick Diabaté manque la seule occasion bordelaise sur un second ballon qui lui revient sur sa tête carrée : à côté. Cheick Diabaté, c’est quand même le seul mec qui se blesse en dehors du terrain et qui demande à l’arbitre de re-rentrer sans que celui-ci n’ait vu qu’il était à terre… Fatiguant…

 

Nicolas Maurice-Belay a effectué une belle frappe à la 70ème que Madanda détourne brillamment. Il s’est réveillé en fin de match, centrant même pied droit ; mais trop tard. Nul doute qu’Henri Saivet a compris sa mise sur le banc ce soir. Nen, on déconne. Résultat, rien de bien transcendant mis à part une tête sur corner qu’il met au dessus. Pas d’initiative, pas de prise de risque, pas de percussion. Enfin, Hadi Sacko nous a fait le remake de la Gambardella : je veux passer trois joueurs adverses en position défensive et si je réussis, je préfère la perdre à la fin. Voilà. Prometteur.

 

 

 

 

 

 

La feuille de match

Vendredi 5 Avril 2013 à 20h30

31ème journée de Ligue 1

Stade Vélodrome, Marseille

32841 spectateurs

Arbitre : M. Tony Chapron

Marseille 1 – 0 Bordeaux

Buts : Gignac (41ème)

Cartons jaunes : Morel (60ème) – Plasil (44ème)

Marseille : Mandanda – Lucas Mendes, Nkoulou, Morel, Fanni – Cheyrou, Romao, A.Ayew (Amalfitano, 92ème), Kadir (Barton, 81ème) – Gignac, J. Ayew (Sougou, 72ème).

Bordeaux : Carrasso – Mariano (Maurice-Belay, 46ème), Planus, Sané, Trémoulinas – Sertic (Sacko, 78ème), Plasil (c), Traoré (Saivet, 63ème), Faubert, Obraniak – Diabaté

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 4

Mariano : 4

Planus : 3

Sané : 3

Tremoulinas : 4

Sertic : 7

Plasil : 7

Traoré : 4

Obraniak : 3

Faubert : 4

Diabaté : 3

 

 

 

 

Les stats du match

Marseille – Bordeaux

Possession : 43% – 57%

Tirs : 12 – 10

Tris cadrés : 4 – 2

Passes réussies : 70% – 82%

Hors-jeu : 2 – 3

Corners : 5 – 5

Centres : 22 – 30

Fautes : 15 – 14

Cartons jaunes : 1 – 1

 

 

 

 

Les stats des bordelais

Le plus de ballons joués : Obraniak (93), Sertic (87), Tremoulinas (74)

Le plus de ballons gagnés : Sané (31), Sertic (16), Planus (15)

Le plus de ballons perdus : Obraniak (23), Plasil (21), Tremoulinas (19)

Le meilleur pourcentage de passes réussies : Planus (94%), Sertic (90%), Sané (89%)

Le plus de centres : Tremoulinas et Obraniak (7), Faubert (6)

Le plus de fautes subies : Traoré, Sacko et Maurice-Belay (2)

Le plus de fautes commises : Faubert et Sertic (3), Traoré et Sané (2)

 

 

Crédit Photos : LFP, Vavel.com, Eurosport, L’Equipe, FR3, LFP