Un réalisme retrouvé

 

Le résumé :

 

 

Résignés, les supporters bordelais n’attendaient plus grand chose de cette fin de saison, excepté un exploit en Coupe de France. Les dernières prestations ne poussaient pas à l’optimisme, et la composition mise en place par Francis Gillot pour affronter Montpellier n’allait pas arranger les choses. En effet, l’entraîneur bordelais avait réservé une petite surprise avec la titularisation de Julien Faubert à un poste inhabituel, testé toutefois à l’entraînement ces derniers jours, aux côtés de Lamine Sané. Il disposait pourtant de deux solutions alternatives, avec la présence de Marc Planus et Florian Marange, qui ont pris place sur le banc de touche. Un signe fort envoyé par le technicien des Girondins ? Le reste de l’équipe titularisée par Gillot est classique, avec Mariano et Benoit Tremoulinas pour animer les couloirs, un trio dans l’entrejeu composé par Gregory Sertic, Jaroslav Plasil et Ludovic Obraniak. Enfin, Nicolas Maurice-Belay et Henri Saivet devaient épauler Cheick Diabaté, aligné seul en pointe.

 

 

 

 

 

Ce match démarre tambour battant et les joueurs girondins placent les premières offensives dès le coup d’envoi, et parviennent notamment à se montrer dangereux. Ils auraient d’ailleurs pu être récompensés dès la deuxième minute de jeu. Mais Ludovic Obraniak se retrouve en position illicite sur une frappe manquée de Gregory Sertic. Le but est donc logiquement refusé à l’international polonais par l’arbitre de ce match, Benoit Millot. Ce n’est que partie remise, avec une nouvelle tentative bordelaise une minute plus tard, cette fois-ci du brésilien Mariano, qui récupère un ballon à l’entrée de la surface et place une superbe frappe qui longe le poteau de Geoffrey Jourdren. Dommage pour le brésilien. Les joueurs au scapulaire poursuivent leur pressing incessant sur l’équipe montpelliéraine, et se retrouvent de nouveau en position favorable à la 4ème minute. Henri Saivet hérite du cuir, et décale parfaitement Plasil sur le côté droit, qui adresse un centre dans la surface adverse. Ludovic Obraniak détourne légèrement le ballon, mais Cheick Diabaté ne parvient toujours pas à trouver le chemin des filets. Le spectre de l’inefficacité des dernières semaines plane, puisqu’à la cinquième minute, la tête de Julien Faubert sur un coup-franc de Ludovic Obraniak, déviée légèrement par Cheick Diabaté, trouve le montant gauche de Geoffrey Jourdren. Un départ tonitruant des Girondins, qui ne parviennent donc pas à convertir leurs occasions en ce début de rencontre.

 

 

Instaurant un pressing constant dans le camp de Montpellier, Bordeaux récupère énormément de ballons, et combine parfaitement pour mettre hors de position la défense du champion de France en titre. Omniprésent, Benoit Tremoulinas combine avec Ludovic Obraniak, et trouve finalement Jaroslav Plasil, dont la frappe n’est pas cadrée. La tentative de reprise de volée d’Henri Saivet à la neuvième minute, sur un centre de Nicolas Maurice-Belay, n’obtient pas plus de réussite. Mais les joueurs de Francis Gillot sont finalement récompensés à la onzième minute. La délivrance n’intervient pas sur une action construite dans le jeu, mais sur un coup de pied arrêté de Gregory Sertic. Son corner trouve Lamine Sané dans la surface, qui s’élève plus haut que ses adversaires, et propulse le ballon de la tête dans le but de Jourdren.

 

 

 

Maintenant leur pressing de tous les instants, les bordelais conservent la mainmise sur cette rencontre, et obtiennent de nouvelles occasions dans les minutes qui suivent. Nicolas Maurice-Belay ne parvient pas à prendre le dessus toutefois sur El Kaoutari, alors qu’il était bien lancé dans la profondeur par Jaroslav Plasil au quart d’heure de jeu. Benjamin Stambouli dévie également en corner un centre tendu d’Henri Saivet, après un dédoublement avec Ludovic Obraniak. Les bordelais, combatifs, se battent pour récupérer le moindre ballon; à l’image de Nicolas Maurice-Belay à la 22ème minute, qui devance son défenseur, et parvient à trouver Cheick Diabaté à l’entrée de la surface. Le malien, dans son style peu académique, élimine plusieurs défenseurs montpelliérains grâce à ses dribbles et trompe Jourdren d’une frappe lobée. Coup de grâce deux minutes plus tard, sur un caviar de Benoit Tremoulinas, laissé libre dans son couloir gauche, lui permettant d’ajuster un centre parfait pour son capitaine, et marquer ainsi le troisième but pour les Marines et Blancs.

 

 

 

 

 

 

Vingt-cinq minutes auront donc suffi aux bordelais pour prendre un large avantage dans cette rencontre, usant d’un jeu léché, et obtenant de nombreuses occasions franches. C’est encore Benoit Tremoulinas, déjà passeur décisif sur le dernier but, qui trouve la tête de Cheick Diabaté à la 28ème minute, facilement captée toutefois par le portier de Montpellier. Les joueurs de René Girard sont incapables de sortir la tête de l’eau, y compris sur les rares approximations de la défense girondine, et notamment cette petite erreur de Julien Faubert à la 33ème minute, bien couvert par Lamine Sané, mais surtout Cédric Carrasso. Congré et El Kaoutari se chargent, quant à eux, de dévier les tentatives des attaquants bordelais, et plus particulièrement Cheick Diabaté. Frayeur à la 39ème minute avec cette vilaine faute d’Anthony Mounier, qui laisse trainer la semelle sur la cheville de Benoit Tremoulinas. Il écope logiquement qu’un avertissement par l’arbitre du match. Le bordelais se fait soigner sur le bord de la pelouse mais revient rapidement en jeu, au contraire de son coéquipier, Gregory Sertic, touché à l’aine, qui cède sa place au gabonais, André Biyogo Poko. Ludovic Obraniak tente de trouver de nouveau la faille en dehors de la surface à la 44ème, mais sa frappe est captée en deux temps par Jourdren. Sursaut d’orgueil à quelques secondes de la mi-temps, où Rémy Cabella, combinant avec Souleymane Camara, profite d’une faille dans la défense girondine, élimine Julien Faubert et ajuste Cédric Carrasso en frappant dans le petit filet opposé. Montpellier réduit l’écart au tableau d’affichage.

 

 

 

 

 

 

Au retour des vestiaires, les montpelliérains tentent de se rebeller, montrant parfois un excès d’agressivité. Mais ils recevront un véritable coup de massue après dix minutes de jeu dans cette seconde période. Benoit Tremoulinas, encore lui, combine parfaitement avec Ludovic Obraniak. Le latéral gauche se retrouve en position favorable, et centre en retrait pour Henri Saivet, qui ne se fait pas prier pour inscrire le quatrième but bordelais. Une véritable démonstration.

 

Dès lors, l’intensité de cette rencontre retombera au fil des minutes sans que les montpelliérains ne soient en mesure d’inquiéter les hommes de Francis Gillot. Au contraire, ce sont les bordelais qui se montrent de nouveau dangereux à la 64ème minute, sur un centre de Mariano. Mais ni Cheick Diabaté, ni Ludovic Obraniak, ne peuvent conclure cette tentative du brésilien. Deux minutes plus tard, Anthony Mounier, pourtant en position idéale, manque sa reprise de volée dans la surface girondine, peu aidé il est vrai par le déplacement de son équipier, Souleymane Camara. Timide réaction pour les héraultais, notamment sur cette nouvelle tentative de Rémy Cabella, et une demi-volée détournée en corner par un Cédric Carrasso prudent. La tension monte … Tremoulinas et Cabella reçoivent un carton jaune pour une échauffourée le long de la ligne de touche.

 

 

Nouvelle frayeur à la 77ème minute avec une incompréhension entre Cédric Carrasso et Lamine Sané. Ce dernier est tout proche de tromper son gardien sur une passe en retrait. Sans conséquence toutefois. Dans la minute qui suit, le gardien bordelais s’impose dans les airs pour dégager un ballon dangereux de sa surface. Rémy Cabella récupère le ballon mais place une frappe largement au dessus. Son coup-franc de la 88ème minute n’apporte pas plus de danger sur le but de Carrasso. Et finalement, Montpellier trouve la faille dans les dernières secondes, bien aidé par l’arbitrage, puisque Benjamin Stambouli place une tête piquée, qui finit par tromper Cédric Carrasso, gêné par le déplacement de Souleymane Camara. Ce dernier se trouve être en position de hors-jeu, et fait clairement action de jeu. M. Benoit Millot accorde toutefois le but, malgré les plaintes des joueurs bordelais.

 

 

Globalement, cette victoire est totalement méritée pour les locaux, effectuant le principal au cours de la première période, en gérant la seconde. Une réussite qui étonne, compte-tenu du silence offensif depuis plusieurs rencontres. En effet, Bordeaux a inscrit ses quatre buts en ne cadrant que six fois ce soir (sur 14 tirs au total).

 

 

 

 

 

 

Les joueurs :

 

Très peu de ballons à négocier pour Cédric Carrasso ce soir. Mais il encaisse malgré tout deux buts, sans être véritablement responsable. On regrette ce temps où le gardien bordelais, au meilleur de sa forme, était capable d’exploits hors du commun. Serions-nous devenus exigeants ?

 

 

Nouvelle association au cœur de la défense. Positionné dans un rôle inhabituel, Julien Faubert a peiné au cours de la première période pour trouver ses marques. Pour preuve, une première approximation sans conséquence, et un marquage laxiste permettant à Rémy Cabella d’inscrire le premier but pour Montpellier. S’est repris en seconde période, en réalisant une prestation plutôt sereine, et démontrant son état d’esprit. A ses cotés, Lamine Sané a permis de libérer son équipe en marquant le premier but de la rencontre sur corner. Présent lors des rares offensives héraultaises, mais manquant de concentration en seconde période, risquant un but contre-son-camp suite à une incompréhension avec Carrasso. Mariano n’a cessé de faire l’essui-glace dans son couloir droit, n’étant pas pris en défaut par les attaquants montpelliérains. Limité toutefois par la prestation de Benoit Tremoulinas, omniprésent pour apporter son soutien aux offensives girondines. Le latéral gauche a soigné ses statistiques ce soir en délivrant deux passes décisives (sur le troisième et quatrième but). Il a malheureusement montré quelques signes d’énervement suite à un accrochage avec Rémy Cabella, et écope d’un carton jaune stupide.

 

 

Placé à la récupération, Gregory Sertic a également réalisé une excellente prestation ce soir, jusqu’à sa sortie prématurée à quelques instants de la mi-temps. Le franco-croate a notamment récupéré de nombreux ballons dans l’entrejeu. Remplacé par André Poko, qu’il a parfaitement relayé. Il a de nouveau montré son envie et son engagement sur le terrain, au point d’être calmé par son entraineur. Semblant posséder trois poumons, il démontre match après match sa combativité de tous les instants. Ludovic Obraniak et Jaroslav Plasil avait pour rôle de mener le jeu des Girondins afin d’apporter le danger sur le but de Jourdren. Décevants lors des précédentes rencontres, ils ont parfaitement répondu à l’enjeu, et le tchèque inscrit même le troisième de son équipe. Des prestations que nous aimerions revoir jusqu’au terme de la saison.

 

 

 

 

 

 

Dans son couloir gauche, Nicolas Maurice-Belay n’a pas manqué de volonté pour combiner avec son défenseur. Les intentions étaient bonnes mais toutefois insuffisantes. La complicité naturelle qui existait entre les deux joueurs n’est toujours pas à l’ordre du jour. Dommage. De l’autre côté, Henri Saivet n ‘a cessé de provoquer ses adversaires directs, débordant à de nombreuses reprises dans son couloir. Il se retrouve à la conclusion d’un excellent mouvement pour inscrire le quatrième but bordelais. Enfin, prestation déroutante de Cheick Diabaté, tant pour les supporters que les défenseurs de Montpellier. Déconcertant en passant à côté de l’immanquable dans les premières minutes de cette rencontre, il est capable de désorienter ses adversaires pour inscrire le second but. Le malien surprend …

 

 

Entrés en jeu dans les dix dernières minutes, Fahid Ben Khalfallah et Diego Rolan ont touché bien trop peu de ballons pour être jugés.

 

 

 

La feuille du match :

 

Samedi 13 Avril 2013 à 20h00

32ème journée de Ligue 1

Stade Chaban-Delmas, Bordeaux

20277 spectateurs

 

Arbitre : M. Benoit Millot

 

Bordeaux 4 – 2 Montpellier


Buts : Sané (11ème), Diabaté (22ème), Plasil (24ème), Saivet (54ème) – Cabella (46ème), Stambouli (93ème)

 

Cartons jaunes : Mounier (39ème), El Kaoutari (47ème), Belhanda (70ème), Tremoulinas (74ème), Cabella (74ème), Faubert (79ème)

 

Montpellier : Jourdren, Bedimo, Hilton, El Kaoutari, Congré – Stambouli, Mounier (Martin, 68ème), Cabella, Belhanda (Herrera, 77ème), Camara – Charbonnier (Estrada, 49ème)

 

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Faubert, Sané, Trémoulinas – Sertic (Poko, 44ème), Plasil (c), Saivet (Ben Khalfallah, 84ème), Maurice-Belay, Obraniak – Diabaté (Rolan, 83ème)

 

 

 

Les buts en vidéo :

 

 


Bordeaux 4-2 Montpellier ,Ligue1 (32)

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 6

Mariano : 7

Faubert : 7

Sané : 7

Tremoulinas : 8

Sertic : 7

Poko : 7

Plasil : 8

Obraniak : 8

Maurice-Belay : 6

Saivet : 8

Diabaté : 8

 

 

 

 

Crédits photos : L’Equipe.fr, LFP, Foot01, MHSCfoot et Girondins.com