Bordeaux s’en contentera

 

Le résumé :

 

 

Qualifié cette semaine en Coupe de France, le groupe de Francis Gillot se déplaçait dans le Doubs ce dimanche. Le secteur défensif bordelais était particulièrement fragilisé pour affronter le FC Sochaux-Montbéliard sur la pelouse du stade Bonal. L’entraîneur bordelais était notamment privé de son latéral gauche Benoit Tremoulinas, mais aussi Florian Marange et Gregory Sertic. Par conséquent, le jeune Maxime Poundje était titularisé dans le couloir gauche de la défense, qui voyait également les retours de Carlos Henrique et Marc Planus. Lamine Sané évoluait donc au milieu de terrain, pour combler l’absence du franco-croate. Enfin, après avoir été aligné à un poste inhabituel, Julien Faubert expérimentait une nouvelle position, en se positionnant aux côtés du Sénégalais.

 

 

 

 

 

 

Ce sont les bordelais qui déclenchent les premières offensives dans cette rencontre. En confiance après avoir délivré deux passes décisives lors des dernières rencontres, Nicolas Maurice-Belay adresse, à la troisième minute, un centre du pied droit dans la surface de réparation sochalienne, dévié dans un premier temps par Ludovic Obraniak, mais qui termine finalement sa course en sortie de but. Deux minutes plus tard, les sochaliens obligent Cédric Carrasso à se coucher pour dévier un joli coup-franc. Nicolas Maurice-Belay ne désespère pas, et retente sa chance à la 9ème minute de jeu. Son centre est contrée par la défense des Lionceaux, mais revient néanmoins dans les pieds de Jaroslav Plasil. Le capitaine bordelais décoche une belle frappe, toutefois contrée, et obtient un corner, qui ne donne rien.

 

 

Les doubistes réagissent et mettent au défi la vigilance de Mariano (10ème minute), qui dévie un centre de Giovanni Sio à destination de Cédric Bakambu en corner, puis Cédric Carrasso (14ème minute) sur une frappe lobée du franco-ivoirien, qui passe toutefois au dessus de la transversale. Il n’y a pas plus de réussite sur la timide tentative de Bakambu depuis l’extérieur de la surface à la 19ème minute. Bien placé dans la surface de réparation sur un corner de Plasil, Ludovic Obraniak ne peut profiter de la déviation de Carlos Henrique pour ouvrir la marque, et ainsi conforter cette statistique dévoilée avant la rencontre.

 

 

 

 

La vigilance de Mariano est une nouvelle fois mise à l’épreuve à la 26ème minute. Le défenseur brésilien ne prend aucun risque et concède un corner, capté tranquillement par Cédric Carrasso. Les vieux démons refont surface, et le manque d’application ne cesse de ternir la prestation collective. Les frappes de Julien Faubert (30ème) et Maxime Poundje (31ème) n’apporte aucun danger sur le but de Simon Pouplin. La sanction intervient dans les minutes qui suivent. Il faut tout d’abord une parade décisive de Cédric Carrasso pour empêcher Cédric Bakambu d’ouvrir le score, sur un service de Sébastien Corchia, laissé totalement libre par une défense aux abonnés absents. Les sochaliens obtiennent un corner sur lequel Maxime Poundje est malheureusement auteur d’une main. Aucune hésitation pour Alexandre Castro, l’arbitre de cette rencontre, qui indique le point de penalty. Ryad Boudebouz transforme finalement cette tentative en prenant le portier girondin à contre-pied.

 

Les réactions girondines sont bien trop timides pour espérer inquiéter Pouplin, et égaliser dans cette rencontre. L’inefficacité offensive, associée à un manque de sérénité défensive, a finalement eu raison des bordelais au cours de cette première période.

 

 

 

 

 

 

Dès le retour des vestiaires, Francis Gillot procède à deux changements tactiques : Marc Planus cède sa place à André Biyogo Poko, qui permet ainsi à Lamine Sané de coulisser en défense centrale. Pour sa part, Julien Faubert est remplacé par le jeune uruguayen, Diego Rolan, qui prend place à la pointe de l’attaque en compagnie de Cheick Diabaté.

 

Menant face à des girondins hésitants, Sochaux se contente du strict minimum, mais est finalement puni au début de cette seconde période. Timoré durant les quarante-cinq premières minutes, Mariano apporte son soutien offensif à ses coéquipiers, et finit par décocher une superbe frappe enroulée du pied gauche à la suite d’un corner, qui est détournée cependant par un défenseur sochalien. Dommage pour le latéral droit. Mais il est récompensé deux minutes plus tard. Complètement dépassé dans ce match, Maxime Poundje parvient tout de même à centrer sur la tête de Cheick Diabaté, qui dévie en retrait. Le brésilien se présente et récidive avec une demi-volée, qui trouve cette fois le chemin des filets. Premier but de l’auriverde en Ligue 1.

 

 

 

 

 

Revenu au tableau d’affichage, les bordelais continuent pourtant à perdre leurs moyens, et montrent un manque de sérénité en défense qui ne laisse présager rien de bon. La sanction tombe à la 65ème minute de jeu. Lancé dans la profondeur par Vincent Nogueira, Cédric Bakambu prend le dessus sur son défenseur, Maxime Poundje, et place une frappe dans l’angle fermé du but de Cédric Carrasso. Incompréhensible ! Francis Gillot intervient de nouveau et effectue son dernier changement, avec l’entrée d’Henri Saivet, remplaçant Nicolas Maurice-Belay. La belle tentative de Jaroslav Plasil à la 70ème minute est une nouvelle fois contrée par les hommes d’Eric Hély. La tête de Cheick Diabaté sur le corner obtenu n’est pas suffisante pour tromper Pouplin. Ce n’est que partie remise …

 

 

Les sochaliens s’évertuent à conserver cet avantage, et usent de nombreuses techniques pour gagner un temps précieux. Empli de fougue et d’enthousiasme, André Poko ne fuit aucun duel, et se fait prendre au piège par Sébastien Corchia, aux bords de l’euthanasie sur un contact qui semblait pourtant anodin. Cherchant timidement la solution pour égaliser, les bordelais se découvrent malgré tout, et subissent les contre-attaques de Sochaux, comme ce centre de Jérôme Roussilon à la 76ème minute. Trois minutes plus tard, c’est Cheick Diabaté qui parvient à trouver la faille, en plaçant sa tête à la réception d’un centre d’Henri Saivet, et trompant Simon Pouplin, qui récompense le travail effectué sur cette action par le malien.

 

 

Au cours des dernières minutes, la décision aurait pu basculer de part et d’autre. Tout d’abord sur cette belle frappe en pivot de Diego Rolan à la 85ème minute, qui oblige Pouplin à réaliser une parade. Enfin, Sébastien Corchia déborde la défense girondine, et feinte le centre pour finalement prendre directement sa chance dans l’angle fermée de Cédric Carrasso. Le gardien bordelais est surpris, mais le ballon termine sa course sur le poteau. Pour finir, Mariano se sacrifie à la 92ème minute pour contrer une belle frappe de Ryad Boudebouz.

 

 

Un résultat qui n’arrange aucune des deux équipes. Bordeaux, si le besoin s’en ressentait, a d’ores et déjà mis un terme à son championnat, et se contentera désormais de finir à la meilleure place possible. La priorité sera donnée à la Coupe de France. Mais qui s’en plaindra ? Les carences défensives devront néanmoins être corrigées pour ne pas anéantir les espoirs de cette fin de saison 2012/2013. Il semble difficile de se reposer sur cette fragile et soudaine réussite offensive.

 

 

 

Les joueurs :

 

 

Réputée pour sa défense cette saison, l’équipe girondine a pourtant encaissé six buts cette semaine. Cédric Carrasso n’est d’ailleurs pas exempt de tout reproche. Le gardien de but bordelais s’est laissé surprendre cette après-midi par une frappe de Cédric Bakambu dans un angle pourtant fermé. Son poteau l’a également secondé en fin de rencontre sur la tentative de Sébastien Corchia dans une position similaire. Il a malgré tout réalisé deux parades décisives sur des coups de pied arrêtés.

 

 

 

La « nouvelle » charnière centrale était dépassée par les rares incursions sochaliennes dans la surface girondine. Le manque de rythme explique-t-il les prestations moyennes de Carlos Henrique, de retour de blessure, et Marc Planus. Ce dernier a d’ailleurs fait les frais du coaching de Francis Gillot, cédant sa place à André Biyogo Poko à la mi-temps. Le bilan de Maxime Poundje n’est pas meilleur dans son couloir gauche. Le latéral avait la lourde tâche de palier l’absence de Benoit Tremoulinas. Il est malheureusement apparu totalement désemparé sur la pelouse du Stade Bonal, se perdant dans des gestes parfois trop compliqués. Il est toutefois à l’origine de la première égalisation, en délivrant un centre sur la tête de Cheick Diabaté. De l’autre côté, Mariano réalise une prestation défensive sereine, comme à son habitude, en récupérant énormément de ballons. Peut-on lui en vouloir d’avoir tarder à apporter son soutien aux attaquants bordelais, notamment en première période, ayant inscrit ce superbe but au début de la seconde période ?

 

 

 

 

 

 

Après un court passage en défense centrale, Julien Faubert ne retrouvait pas son couloir droit, et était en effet associé à Lamine Sané devant la défense girondine. Son comportement est toujours aussi irréprochable sur le terrain. Toutefois, son apport à la récupération est passé inaperçu, et il a également subit les choix de son entraîneur à la mi-temps. Le sénégalais n’a pas eu également l’impact escompté, en touchant très peu de ballons. Il a finalement été replacé en défense centrale en seconde période.

 

Jaroslav Plasil possède, depuis quelques matchs, un rôle offensif qu’il affectionne. Pourtant, l’international tchèque n’a pas eu la réussite et l’impact des précédents matchs. Au contraire, le capitaine bordelais est apparu effacé au cours de cette rencontre. Le constat est somme toute similaire pour Ludovic Obraniak, excentré sur le côté droit. L’international polonais s’est évertué à tenir ce rôle de relai, notamment pour le brésilien Mariano. Frustrant ! Nicolas Maurice-Belay, lui, voulait profiter de la confiance emmagasinée cette semaine pour se montrer décisif. « Pas de réussite » cependant. Un message qui aurait tendance à s’imposer en boucle …

 

 

 

 

 

 

Enfin, Cheick Diabaté était véritablement seul à la pointe de l’attaque girondine. Et ses coéquipiers ne l’ont pas aidé dans cette tâche en rendant hommage au célèbre « kick and rush » anglais. Le malien s’en est plutôt bien sorti, et a d’ailleurs été récompensé grâce à un nouveau but de la tête. Aurait-il enfin progressé dans cet exercice ?

 

 

André Biyogo Poko a de nouveau démontré son envie. Malheureusement sanctionné pour ce qui semblait être un excès d’engagement. Rien à signaler sur l’ensemble de son match. Diego Rolan avait pour mission d’épauler Cheick Diabaté. De nombreuses minutes ont été nécessaires à l’uruguayen pour prendre la pleine mesure de cette rencontre. Il s’est toutefois retrouvé en bonne position, dont cette frappe obligeant Pouplin à la parade. En progrès ! Une vingtaine de minutes ont suffit à Henri Saivet pour être décisif et réaliser ce centre parfait pour Cheick Diabaté.

 

 

 

La feuille de match :


33ème journée de Ligue 1

Dimanche 21 Avril 2013 à 17 heures

Stade Auguste Bonal, Sochaux

16358 spectateurs

Arbitre : M. Alexandre Castro

Sochaux 2 – 2 Bordeaux

 

Buts : Boudebouz (34ème, sp), Bakambu (65ème) – Mariano (51ème), Diabaté (78ème).

Cartons jaunes : Lopy (23ème), Corchia (48ème), Bakambu (87ème) – Poko (73ème), Mariano (86ème)

 

Sochaux : Pouplin – Corchia, Carlao, Kanté, Roussillon – Doubaï (Privat, 83ème), Lopy, Nogueira, Boudebouz – Bakambu, Sio.

 

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Planus (Poko, 46ème), Poundjé – Sané, Plasil, Faubert (Rolan, 46ème), Obraniak, Maurice-Belay (Saivet, 67ème) – Diabaté.

 

 

 

Le résumé vidéo :

 

 

 

 

 

Les statistiques :

 

Sochaux – Bordeaux

Possession : 45% – 55%

Tirs : 18 – 21

Tirs cadrés : 8 – 6

Passes réussies : 72% – 78%

Hors-jeux : 4 – 4

Corners : 5 – 11

Centres : 25 – 34

Fautes : 9 – 13

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 4

Mariano : 8

Henrique : 4

Planus : 4

Poundje : 4

Sané : 5

Faubert : 5

Plasil : 5

Obraniak : 5

Maurice-Belay : 5

Diabaté : 8

Poko : 5

Rolan : 5

Saivet : 6

 

 

 

Crédits photos : L’Equipe, Eurosport, Sky, Fc Sochaux