Un match bouchonné…

 

Le résumé :

 

 

Les propos de Francis Gillot au cours de la semaine étaient révélateurs de l’état d’esprit qui règne actuellement dans son groupe : priorité à la Coupe de France. L’entraîneur bordelais abordait d’ailleurs cette rencontre avec cette demi-finale dans un coin de la tête, laissant au repos son latéral droit brésilien Mariano, afin d’ôter tout risque de suspension. Son second défenseur latéral, Benoit Tremoulinas, n’était pas disponible aussi pour ce match. Par conséquent, Florian Marange et Julien Faubert prenaient place dans les couloirs bordelais. Nouvelle ligne offensive également avec la présence au coup d’envoi d’Henri Saivet, David Bellion et Diego Rolan.

 

 

 

 

 

 

Les premières images diffusées par BeIn Sport montraient l’attente des joueurs dans le couloir du Stade Chaban-Delmas, dans un climat « amical » et placé sous le signe des retrouvailles. Grzegorz Krychowiak, Floyd Ayité et Christopher Glombard sont en effet alignés par Hubert Fournier, l’entraîneur du Stade de Reims. Ce comportement d’avant-match aurait dû nous éclairer sur l’intensité de cette rencontre … Wilfried Bien annonce le coup d’envoi de cette rencontre. Le coup de sifflet de l’arbitre central ne semble pas avoir été entendu par les joueurs, qui profitent des quarante-cinq prochaines minutes pour poursuivre leur échauffement.

 

 

Premier réveil d’une micro-sieste débutée dès l’entame de ce match avec la sortie prématurée de Mohamed Fofana au quart d’heure de jeu, remplacé par Mickaël Tacalfred. L’unique frayeur de cette première période, mettant à rude épreuve le cœur des supporters bordelais, ne concernent pas les occasions inexistantes des joueurs rémois et bordelais, mais bien la faute subie par l’uruguayen Diego Rolan, dont la fragilité est reconnue depuis son arrivée en Gironde cet hiver. Grzegorz Krychowiak reçoit pour sa part son traditionnel carton jaune à la 25ème minute de jeu, après avoir contesté une décision de l’arbitre de ce match. Un sourire nerveux nous gagne sur les deux tentatives ridicules de Lamine Sané (20ème et 34ème) en dehors de la surface de réparation champenoise. La conclusion de cette première période est annoncée par BeIn Sport, affichant cette alléchante statistique : un seul et unique tir cadré a été réalisé par les deux équipes durant ces premières quarante-cinq minutes.

 

 

 

 

 

Au retour des vestiaires, Francis Gillot procède à son premier changement. Diego Rolan fait les frais des choix de l’entraîneur bordelais (pas de panique, il s’agit d’un choix tactique) et cède sa place à André Biyogo Poko, plaçant le capitaine Jaroslav Plasil plus haut sur la pelouse. Huit minutes ont suffi au jeune international gabonais pour se montrer plus dangereux que l’ensemble de ses coéquipiers dans ce match. Il se permet d’éliminer l’intégralité de la défense de Reims par ses dribbles, et une passe subtile de l’extérieur du pied pour lancer David Bellion dans la profondeur. Malheureusement, l’attaquant bordelais bute sur Kossi Agassa, qui détourne le cuir en corner. Les cartons reçus par Ludovic Obraniak (62ème) et Marc Planus (64ème) permettent aux supporters de rester éveillés dans cette rencontre, et tenir jusqu’au second changement des Girondins intervenant à la 70ème minute. Totalement inexistant, David Bellion sort sous les sifflets du stade, et cède sa place à Cheick Diabaté. L’international malien obtient cinq minutes plus tard la seconde occasion franche des bordelais dans cette rencontre, en se plaçant à la réception d’un centre d’Henri Saivet. Il faut un exploit de Kossi Agassa, le gardien de but du Stade de Reims, pour sortir cette tête de Diabaté qui prenait le chemin de la lucarne.

 

Malheureusement, trois minutes plus tard, Cheick Diabaté ne peut profiter de l’excellent travail d’André Poko dans le couloir gauche, et manque sa reprise sur un centre en retrait du gabonais. Unique fulgurance défensive de cette rencontre, Marc Planus revient in-extremis sur Floyd Ayité à la 80ème minute, et tacle le ballon en corner devant le togolais, pourtant en position idéale pour tromper Cédric Carrasso. Les erreurs techniques omniprésentes en première période n’ont pas quitté la pelouse du stade Chaban-Delmas, et touchent également les joueurs de Reims. Pourtant en supériorité numérique, ces derniers gâchent une contre-attaque, et permettent une sortie de Cédric Carrasso.

 

 

Ce réveil bien tardif et timide des deux équipes n’a pas été suffisant pour élever le niveau pitoyable de cette rencontre. Reims était finalement satisfait de ce match nul obtenu en Gironde, tandis que Bordeaux prépare d’ores et déjà sa demi-finale de Coupe de France l’opposant à l’Estac. Un comportement qui n’augure rien de bon pour cette 35ème journée de Ligue 1, et une confrontation face à l’AS Saint-Etienne vendredi prochain.

 

 

 

 

 

Les joueurs :

 

 

Un tir cadré. Cédric Carrasso a passé une soirée plutôt tranquille. Paradoxalement, il n’est pas impérial sur une sortie hors de sa surface en première période, mais se rattrape en fin de match en annihilant la dernière occasion rémoise. Devant la performance de ses coéquipiers, il est certainement le titulaire ayant parcouru le plus de distance ce soir …

 

Lente et à l’agonie, la défense girondine composée de Marc Planus, Carlos Henrique, Julien Faubert et Florian Marange a souffert devant les rares incursions des attaquants champenois. Le premier réalise tout de même un tacle décisif, en revenant in-extrémis sur Floyd Ayité. Insuffisant toutefois pour rattraper la prestation globale de ce match.

 

D’ores et déjà flagrante, l’absence totale d’implication de l’attaque et du milieu de terrain des Girondins a été confirmée par les entrées plutôt convaincantes d’André Biyogo Poko et Cheick Diabaté. La volonté du gabonais et les progrès confirmés du malien dans le jeu aérien sont les rares satisfactions de cette soirée soporifique.

 

Lamine Sané ne s’est finalement illustré que sur de ridicules tentatives de frappe lointaines. Jaroslav Plasil et Ludovic Obraniak ont pour leur part multiplié les mauvais choix, limitant leur influence sur le jeu bordelais. Totalement isolés dans leur couloir, Henri Saivet et Diego Rolan ne sont parvenus à prendre possession du ballon qu’en redescendant très bas dans le camp bordelais. Enfin, l’unique fulgurance de David Bellion dans cette rencontre s’est déroulée en première période, avec ce rush dans le couloir gauche. Malheureusement, l’attaquant ne profite pas du caviar de Poko au début de la seconde période, et manque son duel avec Agassa.

 

 

 

 

 

La feuille de match :


34ème journée de Ligue 1

Samedi 27 Avril 2013 à 20 heures

Stade Chaban-Delmas (Bordeaux)

18059 spectateurs

Arbitre : M. Wilfried Bien

 

Bordeaux 0 – 0 Reims

 

But : aucun

Cartons jaunes : Krychowiak (24ème), Obraniak (62ème), Planus (64ème), Mandi (88ème)

 

Reims : Agassa, Fofana (Tacalfred, 13ème), Signorino, Mandi, Weber, Glombard, Krychowiak, Devaux, Ramare (Ca, 74ème), Ayité, Courtet (Fauvergue, 89ème)

 

Bordeaux : Carrasso – Faubert, Henrique, Planus, Marange – Sané, Obraniak, Plasil, Saivet, Bellion (Diabaté, 70ème), Rolan (Poko, 45ème)

 
Les statistiques :


Bordeaux – Reims

Possession : 52% – 48%

Tirs : 11 – 6

Tirs cadrés : 4 – 1

Passes réussies : 70% – 73%

Hors-jeux : 1 – 8

Corners : 10 – 4

Centres : 30 – 17

Fautes : 11 – 13

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 2

Faubert : 1

Henrique : 1

Planus : 2

Marange : 1

Sané : 1

Plasil : 1

Obraniak : 1

Saivet : 2

Bellion : 1

Rolan : 1

Diabaté : 7

Poko : 7

 

 

 

Crédits Photos : Uefa, Foot01, Panoramic, et Madeinfoot