Lecaplain : “Amoureux de Bordeaux”

Baptiste Lecaplain, c’est l’humoriste à suive depuis quelques années ! Et il a une autre qualité, celle de supporter les Girondins de Bordeaux. En tournée en France depuis plusieurs mois et au Pin Galant (Mérignac) en janvier prochain, il est et sera à l’affiche de son One Man Show :  Baptiste Lecaplain se tape l’affiche”. Vous l’avez également vu dans dans la série  Bref. de son pote Kyan Khojandi, où il jouait le colocataire. Vous l’avez aussi aperçu récemment dans les salles avec le film “Nous York”, et prochainement dans “Grand garçonde Benoit Pétré. Sans oublier ses passages dans “Vendredi tout est permis” d’Arthur ces derniers mois.

 

En exclusivité pour Girondins4ever, il est revenu sur l’une de ses passions, les Girondins de Bordeaux. Dans une première partie, nous évoquerons cette saison 2013-2014 et l’effectif actuel, avant même de parler un peu de Yoann Gourcuff. Demain, vous aurez le droit à un spectacle gratuit, pour la deuxième partie de notre interview, tout en déconne. Et croyez-nous, ça promet !

 

 

 

Comment es-tu devenu supporter des Girondins de Bordeaux ? Parce que être né dans le 50 (Manche), y passer sa jeunesse, passer par Paris, et être supporter des Girondins, ce n’est pas si commun…

Géographiquement j’avais le choix entre Laval et Caen… Je suis dans la déconne mais quand même… Et mon père étant un énorme fan de foot – lui, c’est l’OM -, j’ai eu la bonne idée de regarder Bordeaux-Milan (quart de finale retour de coupe UEFA, ndlr) avec lui. C’était mon premier match, et j’ai été subjugué par cette équipe. Tholot, doublé de Dugarry, la passe taclée de Zizou. CULTISSIME ! Et en plus Bordeaux jouait le maintien cette saison, c’était comme si Sochaux avait mis 3-0 au Bayer Munich l’année dernière. Je suis littéralement tombé amoureux de Bordeaux.

 

Tu étais prédestiné au sport, et le basket, où tu étais meneur de jeu… Tu étais du genre plus adroit de tes mains que de tes pieds ? A ce propos, on aurait bien des noms à te donner côté Girondins justement, mais on va laisser ça à la seconde partie de l’interview…

Je chausse du 45 et j’ai les pieds plats ! Donc à part faire sosie de Cheick Diabaté, je ne pouvais que faire du basket. J’étais pas très grand mais assez rapide, et surtout j’avais un assez bon shoot que je travaillais sans cesse chez moi. J’avais un panier dans mon garage, et j’arrêtais pas d’y jouer, j’arrêtais seulement pour aller voir les matches des Chicago Bulls ou les résumés des matches de Bordeaux.

 

La presse aime à dire que tu es considéré comme le meilleur humoriste de ta génération par un certain Gad Elmaleh… Aux Girondins, quel est le meilleur joueur de sa génération selon Baptiste Lecaplain ?

Le meilleur joueur de sa génération ; Ludovic Obraniak. Il a énormément de talent, quand il est au top, l’équipe tourne beaucoup mieux, on sent qu’il a beaucoup de ballon dans les pieds. Malheureusement, je pense qu’il n’a pas tous les joueurs «adéquat» autour de lui. Après, Mariano reste le meilleur joueur actuel, c’est de loin le plus régulier.

 

Que penses-tu de l’effectif des Girondins cette saison ? On a pu voir que le départ de Tremoulinas à Kiev, notamment, t’étonnait un peu…

C’est n’importe quoi ! C’est vraiment partir pour partir, après je respecte son choix, il avait envie de quitter le club, mais aller en Ukraine c’est juste débile. Il peut dire au revoir à l’équipe de France, déjà il a été moyen moyen contre l’Uruguay, mais quel est l’intérêt de partir aussi loin ? Tu crois vraiment que Deschamps va se dire: «Wouah il a été fort Trémoulinas contre Metalis Kharkiv ! Allez zou tu pars avec nous au Brésil !». Vu le niveau actuel du championnat de France avec le PSG, Monaco, Marseille, Lyon et Saint Étienne, s’il avait juste cartonné face à ces équipes, il aurait eu plus de chances. Là c’est fini pour lui. Mais après j’ai aimé qu’il dise qu’il ne partirait pas de Bordeaux libre. Ça c’est cool… N’est-ce pas Marouane ?

 

 

 

 

Le football en France, mis à part pour Monaco et Paris, est en train d’entrer dans une nouvelle ère et de suivre le monde « réel » et la fameuse « crise ». Malgré ça, penses-tu que Bordeaux est capable de réaliser quelque chose cette saison ?

Oui, je pense. Il faut juste accepter que la troisième place soit considérée comme un trophée. C’est le max qu’on pourra obtenir. Mais voilà l’équipe n’a pas bougé, on a une bonne ossature. Et puis on a les deux coupes à jouer, plus la coupe d’Europe. On a moyen de faire une saison sympatoche.

 

D’ailleurs, qu’as-tu pensé de la défaite des Girondins samedi soir face à Monaco ? Inquiétant ?

Non. On a tenu 80 minutes. J’ai vu des très bonnes phases de jeu, il faut que Poundjé prenne plus le couloir gauche, on verra ce que donnera Orban – je le sens très bien -. Mais il faut absolument gommer ces fins de matches pourries. Sans ça l’année dernière, on aurait eu 10 points de plus. Mais je pense que Gillot doit aussi mieux gérer son coaching, ses entrées de joueurs sont trop tardives je trouve.

 

Depuis des années maintenant, les supporters bordelais réclament un attaquant, un vrai… Depuis le départ de Pauleta – et Cavenaghi -, Bordeaux n’a plus connu de réel « buteur ». Tu sembles aussi sur la même longueur d’ondes que nous ? Que penses-tu, du peu que tu as pu le voir, de Diego Rolan ?

Les spécialistes disent que Rolan est un bon joueur en devenir. Je le pense aussi, mais sa non titularisation en finale des -20ans face à la France ne m’a pas super rassuré. Si il était vraiment l’espoir du foot Uruguayen, il l’aurait fait jouer, non ? Mais là aussi voyons le jouer plus de trois matches sans se blesser. Il sera toujours mieux que André, Deivid ou encore Maazou.

 

Niveau nostalgie, on t’a souvent vu évoquer Yoann Gourcuff. Sa classe avec ou sans ballon, son intelligence avec ou sans ballon. On a même lu que tu utilisais le même parfum que lui… Alors on s’est demandé si… Non, oublie. Malgré sa méforme, on croit savoir qu’il est l’un de tes sportifs préférés… Samedi soir, il a retrouvé aussi de la grâce…

J’aime beaucoup ce joueur, après je sais que son côté introverti dérange pas mal de personnes, surtout les joueurs. Mais quel joueur il a été à Bordeaux ! Son but face à Paris (4-0) avait été incroyable. Si Zlatan, Cavani ou Falcao met le même, je suis sûr que les médias en feraient un biopic. C’est un très bon joueur, il faut juste qu’il soit en confiance, à Lyon il ne l’est pas. Je pense que c’est un joueur fait pour un club comme Bordeaux, c’est calme, on te laisse jouer et basta. S’il devait partir, je lui conseillerai d’aller à Arsenal, Wenger saurait parfaitement le relancer. Faut juste pas oublier que quand Bordeaux a eu des grands meneurs de jeu, on a été champion de France (Micoud, Giresse). Donc, merci Yoann.

 

 

Nous vous donnons rendez-vous demain pour la seconde partie de l’interview et vous conseillons d’être au rendez-vous ! Cette dernière sera plus décalée et drôle encore : vous aurez le droit en quelque sorte à un spectacle, rien que pour vous… Nous ne pouvons d’ailleurs que vous conseiller de réserver vos places pour le prochain passage de Baptiste dans la région. C’est à Mérignac, au Pin Galant, le 24 janvier prochain (Réserver ICI). Enfin, nous remercions une fois encore Baptiste pour le temps qu’il nous a accordé. Pour sa sympathie aussi. Pour son humour. Pour sa simplicité. Pour ce qu’il est. Et c’est tout. Mais c’est déjà pas mal.

 

 

 

A demain, sur Girondins4ever.com !