Chèvres Européennes

 

Le résumé

 

C’est presque la soirée des premières, ce soir. Première titularisation ce soir pour Faubert, Traoré, Jussiê et surtout Bréchet. Il y a aussi la titularisation de Rolan devant, ainsi que le retour de Sertic qui va certainement faire du bien dans l’entrejeu. En face, pas plus d’informations que ça si ce n’est qu’il faudra serrer de près leur jeune attaquant, en forme, Kadlec. Cette compétition, pour Bordeaux, est surtout l’occasion d’oublier un peu le championnat et de redonner de la confiance et du temps de jeu pour certains joueurs, qui pourront par la suite peut-être devenir des joueurs importants dans la saison. Il s’agit aussi, dans l’intérêt de tous, de ne pas s’enfoncer trop tôt dans une compétition que l’on dit à notre portée, mais qui sera probablement très disputée par tous les clubs, même ceux que l’on définit comme « petits ».

 

 

 

 

Le Stade est bien plein et l’ambiance a l’air folle.

 

4ème minute : Ballon haut dans la surface bordelaise, Bréchet est seul au duel. Ballon touché par un allemand qui donne pour Kadlec qui n’a plus qu’à crucifier Carrasso : 1-0. But entaché d’un hors-jeu, mais but validé. Bien fait !

10ème minute : Semblant de frappe de Rolan en dehors de la surface, sur la pointe de l’angle de la surface : forcément, ça finit dans le public.

13ème minute : Faubert se fait dépasser comme un débutant par son vis-à-vis et Barnetta est le seul à vouloir jouer ce ballon dans la surface : sa reprise passe par miracle à côté du but de Carrasso.

15ème minute : Corner allemand joué en deux temps. Un seul bordelais en face. Barnetta n’a plus qu’à s’appliquer pour donner un bon ballon à Russ, qui le dévie dans les buts de Carrasso. 2-0.

17ème minute : Corner de Sertic : tête décroisée de Bréchet au premier poteau, dégagé par Djakpa sur sa ligne.

18ème minute : Bonne combinaison dans l’axe avec des une-deux, qui se termine par une frappe de Jussiê contrée par le défenseur.

19ème minute : Percée de Traoré qui sert NMB pour une frappe pied droit : sur le portier adverse. Étonnant.

22ème minute : Centre de Djakpa pour la tête de Bamba au-dessus ! Deux joueurs le marquaient, pourtant…

25ème minute : Bréchet en a marre et décide de sortir, mais il se rend compte qu’il n’a pas de solution. Heureusement NMB déboule et prend le ballon… Cela finit par un très bon centre après un débordement, qui voit la tête de Poko, au point de pénalty, terminer à côté. Sinon, on cadre quand ?

27ème minute : Tête de Russ au-dessus.

41ème minute : Kadlec est lancé dans la profondeur et d’un petit extérieur coupe la trajectoire du ballon : Carrasso la capte.

44ème minute : Inui lancé dans la profondeur qui sur son deuxième contact pousse un peu trop son ballon : Carrasso intervient du pied.

46ème minute : Orban est ENFIN servi par NMB dans le sens du jeu et dans l’espace. Cela se termine par un bon centre piqué au premier poteau et une tête de Jussiê : dans les bras du gardien.

 

 

 

Mi-temps. Presque autant d’occasions des deux côtés, mais en face il y a de vrais attaquants, et des mecs qui en veulent, et des mecs concernés et attentifs… Bref des joueurs de football. C’est encore une fois des erreurs individuelles (et une erreur d’arbitrage aussi) qui auront fait la différence, ainsi bien sûr qu’en parallèle une inefficacité, pour ne pas dire stérilité, offensive. Bref, on n’a rien pour nous, en fait.

 

 

 

46ème minute : Sortie de Faubert, blessé. Rentrée de Chalmé.

47ème minute : Bon corner de Rolan pour la tête d’Henrique : sur le gardien allemand. C’est peut-être au poteau de corner, qu’il faut le mettre celui-là.

52ème minute : Coup Franc direct plein axe pour Francfort. Alors que les commentateurs s’extasient sur le coup de patte de Barnetta, et que Carrasso cherche en vain à placer son mur correctement, c’est Djakpa qui, mine de rien, s’applique et frappe : Carrasso anticipe du mauvais côté et se montre battu pour la troisième fois dans le match. 3-0.

57ème minute : Contre-attaque allemande qui se finit par une frappe au-dessus. Oui, même les allemands ne savent pas cadrer, parfois.

61ème minute : Les bordelais ne sont pas attentifs et tournent le dos au ballon après un coup de sifflet de l’arbitre. On a beau crier sur notre canap’ « Regardez le jeuuuuuuuuuuu », bah non… Résultat, c’est joué vite, et Orban ne trouve pas mieux de faire faute en tant que dernier défenseur, et est donc logiquement expulsé.

68ème minute : Frappe de Djakpa déviée qui finira en corner. Qui ne donnera rien.

81ème minute : FBK lancé dans le bon sens frappe dans la surface : contré. Ce sera juste après, dans la continuité de cette action, que vont intervenir une suite de frappes manquées, d’approximations… Les bordelais sont vraiment ridicules. Cette minute est probablement celle qui illustre le mieux les prestations de nos chèvres de luxe.

85ème minute : Tête de Bréchet sur corner : au-dessus. Il a du mal à se relever papy, il a des crampes. On croit rêver…

87ème minute : Parfait centre de Chalmé pour la tête de Rolan : juste au-dessus. Un attaquant qui ne cadre rien, c’est assez emmerdant. Remarque, ça aurait pu être pire, sa troisième cheville aurait pu lâcher…

 

3-0. Normal, rien à dire. Et dire que cette équipe était il y a deux saisons en seconde division. On se demande qui était vraiment en mal d’expérience. La réaction de Francis Gillot résume à merveille cette rencontre, ce début de saison, et les inquiétudes des supporters qui se confirment de jour en jour :

 

« Je suis très inquiet pour la suite, on n’arrive pas à corriger… Je suis très inquiet pour la suite, c’est très inquiétant. Je me fais beaucoup de souci. Les joueurs qui avaient l’occasion de se montrer aujourd’hui ne se sont pas montrés. Avec le niveau qu’on a montré, on ne peut pas se réfugier derrière le fait d’avoir joué Monaco et Paris. Même contre les équipes de plus petit calibre, on est en difficulté à mettre des buts et on en prend… On n’a pas eu de joueur capable de faire la différence, derrière en plus, on fait toujours la boulette qui tue. On a beaucoup beaucoup beaucoup de travail. On jouera comme on pourra cette compétition mais aujourd’hui des garçons n’ont pas montré ce que j’aurais voulu voir. Il faut sortir la tête de l’eau en championnat, il y a du travail pour tout le monde. »

 

 

 

 

 

 

 

Les chèvres

 

Cédric Carrasso, notre capitaine, en a pris trois. Les deux premiers, il est fusillé à la chevrotine et il ne peut rien. Le troisième, il met son mur d’un côté, se positionne mal, et anticipe mal. Il a tout faux. Un arrêt à signaler en fin de première période. Rien d’autre.

Julien Faubert revenait de blessure. Il repartira sur blessure. Titulaire, c’est ce qu’il voulait, non ? Aucun apport offensif, des centres déclenchés en dix secondes (juste le temps d’être contré), et des pertes de balle affolantes dans la relance. Est resté au vestiaire à la mi-temps voir si l’herbe était meilleure à brouter. Carlos Henrique est méconnaissable depuis le début de saison. Le premier but est à 100% de sa faute (ou presque). Le défenseur brésilien est à cinq mètres de l’action et laisse Bréchet se démerder avec deux joueurs adverses. Aucune envie démontrée, plus la sécurité nationale derrière : une prolongation et puis s’en va. Jérémie Bréchet, après s’être très peu entrainé la semaine dernière (blessure) était finalement titulaire pour la première fois avec les Girondins. A chaque fois qu’il joue, il se passe quelque chose… de négatif ! Sur la première action pourtant, même si l’on a cru à une nouvelle passe décisive pour Francfort, il est plutôt celui qui est laissé à l’abandon. Ensuite, il a essayé tout de même de se rattraper par quelques montées, avant de faire machine arrière, faute de solutions… Il sera aussi celui se procurera deux occasions de la tête, preuve qu’il n’a pas été si mauvais. Mais il finira avec des crampes, en fin de match. Avec ça, on va aller loin. Lucas Orban a failli finir chèvre en première période… Ne cessant de faire des appels, il ne fut servi qu’une seule fois dans son couloir en fin de première période : cela s’est d’ailleurs terminé par un bon centre. Mais il fallait qu’il se mette au niveau de ses coéquipiers. C’est ça, aussi, l’acclimatation. Alors, il décide de faire faute en tant que dernier défenseur en seconde période, afin d’être expulsé. C’est certainement à partir de ce moment qu’il a été le meilleur.

André Poko n’a eu que très peu d’impact dans son rôle de milieu défensif pur. Une tête non cadrée en fin de première et également une très forte responsabilité sur le deuxième but allemand puisqu’il laisse filer le joueur qu’il devait marquer : Russ. Forcément, même une saucisse allemande va plus vite qu’une chèvre. Grégory Sertic devra encore travailler ses coups de pieds arrêtés. Désigné tireur de coups-francs, il n’en a pas réussi un seul. Une bonne activité certes, mais n’est-ce pas ce que l’on demande aux chèvres ? Brouter, brouter, et brouter… Puis brouter ailleurs. La prochaine broute aura lieu en Bretagne. Abdou Traoré était dans l’axe, aux côtés de Sertic. Et il nous a rappelé un certain Francia, mais pas celui qui était bon. Ah, ça, des petits gestes techniques sur place, ça, il sait faire. M’enfin, ça sert à quoi ? Le football a évolué… Il a le plus souvent essayé de donner le ballon dans les intervalles mais au final, il ne servit à rien autant défensivement qu’offensivement. Nicolas Maurice Bèèèèèèèley est encore une fois le seul qui donne l’impression de pouvoir faire la différence. C’est un peu de ça qu’il nous manque aussi ; des mecs qui font la diff’ ! Deux bons centres en première période qui n’ont bien entendu pas été concrétisés. De l’envie aussi. Mais comme d’hab, cela ne suffit pas. On a besoin de mecs qui arrivent à être décisifs, pas des semblants de joueurs. Va falloir te forcer, tu arrives bientôt en fin de contrat : tic tac tic tac. Diego Rolan… Plus le temps passe, plus l’on se dit que cette chèvre a du potentiel, dans son domaine. Trop timide, sans puissance, sans technique, avec seulement un peu de conservation de balle dans les jambes… Cela fait peu, pour un grand espoir du football uruguayen. On n’a pas encore su où il se plaçait. Tantôt milieu droit, tantôt ailier droit, tantôt attaquant. Son poste ne serait pas sur le banc ou en CFA ? Il a même réussi à récolter un carton jaune à la 82ème en essayant de gagner cinq centimètres aux abords de la surface sur un coup franc. Comment l’arbitre s’en est-il rendu compte ? Un coup-franc dans la surface, ce n’est pas commun… Bref, ce coup franc justement, qu’il a quand même pu frapper, était d’une nullité impressionnante et n’a bien sur déboucher sur RIEN !

Vieira Jussiê était positionné avant-centre. Trois heures pour décocher une frappe en première période : résultat, contré ! C’est un peu notre Anelka à nous. Celui qu’on à qui on demande de rester dans la surface et qui n’arrête pas de décrocher. Un semblant de tête aussi à un moment donné pour une passe pour le gardien adverse. Ça va pas pisser loin, encore une fois. Mais vous le savez bien, il choisit ses matches. Et celui-là, ce n’était pas le bon.

 

Mathieu Chalmé a probablement été le moins mauvais ce soir. Incroyable ? Mais vrai ! Jamais pris dans son couloir, il a nettement plus apporté devant que Faubert et s’est montré au moins aussi combatif. Imaginez-vous quelques secondes à la place de Fahid Ben Khalfallah (Oui, footballistiquement parlant, c’est assez facile, on vous l’accorde). C’est à la 69ème, lorsque le match est archi plié, et que Gillot décide de le faire rentrer pour économiser Poko… Bref, il a montré de l’envie mais a été maladroit. Il a aussi participé à cette belle action de la 81ème minute, manquant tout ce qu’il a entrepris. Et puis Maxime Poundjé, rentré pour compenser l’expulsion d’Orban, a essayé d’aller de l’avant mais ne s’est pas montré à son avantage. Il a même été bousculé et a manqué pas mal de choses.

 

 

Et Francis Gillot dans tout ça ? Il est « inquiet ». Sans blague ? Pourtant, c’est bien lui qui n’a pas eu besoin de renfort lors du départ de Plasil ? C’est bien lui qui ose mettre des compositions de ce genre, avec des joueurs qui n’ont jamais évolué ensemble, même à l’entrainement ? Ce turnover était clairement un turnover bas de gamme, digne de Football Manager. Ce n’était pas du tout un mélange entre titulaires et remplaçants, c’était tout simplement une mauvaise mayonnaise où les œufs ne sont pas à la même température que la moutarde. Ni fait, ni à faire. Bien sûr, les joueurs sont les premiers coupables de cet échec si prévisible. Mais encore pouvons-nous limiter les dégâts, non ? Il aura encore fallu attendre deux faits de jeu pour les remplacements : une blessure à la mi-temps, et une expulsion à la 61ème, pour finalement faire entrer FBK à un moment où il sait qu’il ne pourra rien faire et que son entrée est juste là pour économiser Poko pour Lorient. Oui, les joueurs sont responsables. Oui, Triaud nous exaspère. Mais oui, Francis, tu as aussi tes responsabilités.

 

 

 

 

 

La feuille de match

Jeudi 19 Septembre 2013 à 19 heures

1ère journée du Groupe F deLigue Europa

Stade Commerzbank Arena (Francfort)

Arbitre : M. Andre Marriner

Eintracht Francfort 3 – 0 Bordeaux

Buts : Kadlec (4ème), Russ (46ème), Djakpa (52ème)

Cartons jaunes : Russ (58ème), Celozzi (84ème) – Rolan (82ème), Traoré (90ème)

Cartons rouges : Orban (61ème)

Francfort : Trapp – Jung ©, Zambrano, Anderson Bamba, Djakpa – Russ – Barnetta, Rode (Celozzi, 69ème), Inui (Flum, 46ème), Aigner, Kadlec (Lakic, 81ème).

Bordeaux : Carrasso © – Faubert (Chalmé, 46ème), Henrique, Bréchet, Orban – Traoré, Poko (Ben Khalfallah, 69ème), Sertic, M-Belay (Poundjé, 64ème) – Jussiê, Rolan.

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 0

Faubert : 0

Henrique : 0

Bréchet : 0

Orban : 0

Poko : 0

Sertic : 4

Traoré : 0

Maurice-Belay : 5

Jussiê : 0

Rolan : 0

 

Chalmé : 6

 

 

 

 

Les stats de la rencontre

Francfort – Bordeaux

Tirs : 17 – 11

Tirs cadrés : 5 – 5

Corners : 8 – 5

Hors-jeu : 3 – 5

Cartons jaunes : 2 – 2

Cartons rouges : 0 – 1

Fautes commises : 15 – 18

Fautes subies : 17 – 14