Méconnaissables !

 

Le résumé :

 

Déplacement décisif à Chypre ce jeudi soir pour conserver des chances de qualification pour les huitièmes de finale d’Europa League. Francis Gillot avait malgré tout décidé d’instaurer un turn-over en laissant certains cadres au repos, comme Carlos Henrique, Mariano ou encore Lucas Orban. Deux joueurs, Marc Planus et Matthieu Chalmé, n’ont pu être aligné également par l’entraîneur bordelais à cause de blessures subies à l’entrainement la veille du match. Toutefois, l’équipe girondine conservait une ossature, avec la présence notamment de Lamine Sané dans l’axe de la défense, ou encore Gregory Sertic à la récupération et Ludovic Obraniak dans le couloir droit.

 

 

 

Nous nous attendions à une nette domination chypriote dès l’entame de match, mais les dix premières minutes sont clairement à l’avantage des visiteurs. En effet, les joueurs de Francis Gillot assoient leur domination dans cette rencontre avec une mainmise sur le ballon, et une certaine sérénité. Cependant, les premiers signes de faiblesse de la défense bordelaise apparaissent peu à peu, caractérisés par des relances en catastrophe. C’est la panique ! Finalement, les joueurs de l’APOEL Nicosie obtiennent un coup-franc particulièrement généreux, puisque Lamine Sané est semble t-il retenu par le maillot, mais se retrouve sanctionné. Décalé par son coéquipier, Nektarios Alexandrou décoche une mine à 94km/h qui trouve la lucarne du portier girondin, qui ne pouvait rien sur cette superbe frappe. Nicosie mène 1-0 dès le premier quart d’heure de jeu.

 

 

 

 

Un but qui n’incite pas les locaux à prendre des risques démesurés, et se contentent simplement de gérer cette avantage au tableau d’affichage. Pire, les chypriotes auraient pu doubler la mise dès la 19ème minute de jeu, sur une contre-attaque menée après un coup-franc repoussé de Ludovic Obraniak, se rattrapant tout de même grâce à un retour in-extremis. La suite de la première période pourrait tout simplement se résumer par l’incapacité girondine à créer le danger sur le but d’Urko Pardo, tant dans l’exercice des frappes lointaines, dont la réussite a bluffé dimanche dernier, que sur les centres qui se multiplient, sans trouver le moindre résultat dans la surface de l’APOEL. Julien Faubert tenta pourtant de trouver une solution alternative : assommer les adversaires sur ses centres. De son côté, Jussiê, pour le moins effacé ce soir, enchaînent les simulations sur lesquelles l’arbitre belge du match, Sébastien Delferiere, ne se laisse pas influencer. « Heureusement », le brésilien n’est pas sanctionné …

 

 

Les cinq dernières minutes de cette première période relèveront finalement le niveau démontré par les bordelais sur la pelouse du GSP Stadium. Après une petite « enflammade » de Maxime Poundjé, la seule véritable offensive menée par le latéral gauche ce soir, il décale Nicolas Maurice-Belay dans le couloir gauche. Diego Rolan n’y a pas cru et voit finalement le centre du milieu offensif filer devant le but. Quel dommage ! Maurice-Belay aurait bien mérité d’être récompensé de son activité avec cette passe décisive, que ses coéquipiers semblent fuir … L’uruguayen se distingue encore de manière négative quelques secondes plus tard après un contact inutile avec le gardien chypriote. Alors qu’on ne l’attendait plus, Lamine Sané vient placer sa tête sur un corner botté par Ludovic Obraniak, et égalise quelques secondes avant le retour aux vestiaires. 1-1.

 

 

 

 

Cinq minutes après le retour des vestiaires, le match s’anime avec une double expulsion opérée par l’arbitre belge. Landry Nguemo, déjà averti au cours de la première période, reçoit un second carton jaune, suite à une chamaillerie au terme d’un duel avec l’attaquant chypriote, Mario Budimir. Ce dernier, qui s’est illustré tout au long du match pour ses mauvais gestes, est finalement exclu pour son mauvais geste envers le camerounais. Les deux équipes évolueront donc à dix pour le reste de la rencontre. Cela ne changera absolument rien aux nombreuses imprécisions girondines, et amplifiera même la fébrilité de la défense, mise en avant notamment par la prestation de Lamine Sané. Au duel avec Nuno Morais, le sénégalais manque totalement son dégagement, et remet dans la course du milieu de terrain, qui se retrouve dans un face-à-face avec Cédric Carrasso, qu’il remporte. Deux buts à un pour Nicosie.

 

 

 

 

 

Bordeaux court une nouvelle fois après le score, et le scénario de la première période se répète. Les imprécisions sont toujours de la partie, et contrecarrent les moindres occasions girondines. Cédric Carrasso est d’ailleurs obligé de s’employer pour éviter une défaite bien plus conséquente, et réalise une première parade décisive à la 58ème minute de jeu, la première d’une longue série … Non content de son rendement, Jussiê innove deux minutes plus tard en simulant cette fois-ci une tête pourtant facile, après un bon travail de Maxime Poundjé, réalisant un bon centre. A la 66ème minute, le latéral gauche reste au sol après un choc dans un duel aérien, mais finit par reprendre sa place.

 

Francis Gillot n’a alors plus rien à perdre, et effectue dès la 71ème minute, un triple changement avec les entrées de trois attaquants : Henri Saivet, Hadi Sacko et David Bellion, qui remplacent Diego Rolan, Ludovic Obraniak et Jussiê. Coaching gagnant de la part du staff bordelais ? Malheureusement, non ! Les nouveaux entrants n’auront pas l’impact « attendu ». Bien qu’il ne s’agisse pas véritablement d’une surprise … Les soucis défensifs ne se résolvent toujours pas, à l’image de Lamine Sané, faisant preuve d’un laxisme particulièrement désagréable. Ses coéquipiers de la défense ne sont pas en reste, et participent entièrement à la mise en danger de Cédric Carrasso, totalement abandonné, le forçant à s’employer à de nombreuses reprises (77ème et 81ème minute notamment), secondé aussi par son latéral droit. Enguirlandé quelques instants plus tôt, Julien Faubert se reprend quelque peu et réalise un excellent retour à la 83ème minute. Quatre minute plus tard, Lamine Sané est totalement ridiculisé par un grand pont de Selim Benachour …

 

 

Il ne se passera plus rien jusqu’au coup de sifflet final de Sébastien Delferiere, Cette défaite, associée à la victoire du Maccabi Tel-Aviv face au leader de ce groupe F, Francfort, relègue les Girondins à la dernière place de groupe, mettant un terme quasi définitif aux espoirs de qualification pour le prochain tour.

 

 

Les joueurs :

 

Que la soirée fut difficile pour Cédric Carrasso. Un coup-franc sur lequel il ne peut absolument pas intervenir. Abandonné par ses coéquipiers, les offensives chypriotes se sont abattues sur lui, mais il réalise de nombreuses parades décisives pour maintenir son équipe dans le match.

 

 

Doit-on réellement évoquer la prestation de Lamine Sané ce soir ? Il est vrai, le sénégalais égalise au cours de la première période. Seulement, sa performance peut également être résumée à son implication sur la totalité des buts, en concédant le coup-franc du premier, et en (ne) réalisant (pas) son intervention face à Nuno Morais sur le second. Complètement fébrile. Jérémie Bréchet, l’homme qui s’étonne de son statut de remplaçant, avait là l’occasion de démontrer ses propos. C’est manqué pour l’ancien troyen. Excepté quelques transversales, il n’a finalement été qu’à l’image de son coéquipier de l’axe central de la défense. Aligné dans le couloir gauche, Maxime Poundjé ne semble toujours pas remis de sa mauvaise période. Ses qualités offensives semblent toujours présentes, mais rarement utilisées. Le manque de sérénité et la précipitation renforcent pour leur part les carences défensives du jeune latéral gauche. Paradoxalement, ces points négatifs s’appliquent également à Julien Faubert, positionné dans le couloir droit. Ce dernier, volontaire comme à son habitude, n’a cessé de subir les assauts répétés des attaquants chypriotes.

 

 

 

 

Pourtant revenu à un niveau convenable ces dernières semaines, Landry N’guemo a sombré ce soir. L’application somme toute relative apportée à son travail de récupération était gâchée par les nombreux mauvais choix de relance. L’avertissement reçu en première période n’empêche pas le camerounais de se crêper le chignon avec Mario Budimir, provoquant son expulsion. A ses côtés, Gregory Sertic ne montra pas l’impact des dernières rencontres. Et ses frappes lointaines n’ont pas relevé le niveau de sa performance, n’obtenant pas la même réussite qu’à l’Allianz Riviera. Pour sa part, Ludovic Obraniak confirme l’embellie des dernières rencontres. Impliqué, il a également montré quelques signes d’agacements concernant certains choix. Il doit cependant retrouver la totalité de ses moyens dans la justesse technique. Nicolas Maurice-Belay fut finalement l’une des rares satisfactions de la soirée. Toujours le coup de rein pour prendre le dessus sur son adversaire, il provoque et délivre de bons centres, qui auraient mérité un bien meilleur sort. Si ses coéquipiers le voulaient vraiment … (coucou Diego Rolan ! )

 

 

Parlons de l’uruguayen d’ailleurs … Quelle mouche a bien pu le piquer ? Où se trouve le joueur aperçu au mois d’octobre ? Quel dommage de voir flâner de nouveau le fantôme de Diego Rolan. Quelques sursauts en début de seconde période, mais tellement insuffisant … On aurait aimé terminé avec le meilleur. Malheureusement, nous ne retiendrons de Jussiê que des simulations à gogo, et une « air-tête » sur un centre de Maxime Poundjé. On se demande finalement si le brésilien n’a pas simulé l’intégralité de son match.

 

 

 

 

La feuille de match :


Jeudi 7 Novembre 2013 à 19 heures

4ème journée du Groupe F de Ligue Europa

GSP Stadium (Nicosie)

spectateurs

Arbitre : M. Sébastien Delferiere

Apoel Nicosie 2 – 1 Bordeaux

Buts : Alexandrou (14ème), Morais (54ème) – Sané (45ème +2)

Cartons jaunes : Charalambidis (23ème), Franco (87ème), Oliviera (94ème) – Nguemo (36ème, 50ème)

Cartons rouges : Budimir (50ème) – Nguemo (50ème)

Nicosie : Pardo – Mario Sergio, Oliveira, Borda, Cabral – Morais, Alexandrou (Benachour, 38ème), Oliveira Franco, Charalambidis © (Sotiriou, 56ème), Aloneftis (Solomou, 88ème) – Budimir.

Bordeaux : Carrasso © – Poundjé, Sané, Bréchet, Faubert – Nguemo, Sertic, Maurice-Belay, Obraniak (Bellion, 71ème) – Rolan (Saivet, 71ème), Jussiê (Sacko, 71ème).

 

 

Les stats de la rencontre

 

Nicosie – Bordeaux

Tirs : 9 – 10

Tirs cadrés : 6 – 4

Arrêts : 3 – 4

Buts : 2 – 1

Corners : 2 – 6

Attaques : 25 – 41

Grosses occasions : 6 – 1

Hors-jeux : 2 – 3

Cartons jaunes : 4 – 2

Cartons rouges : 1 – 1

Fautes commises : 16 – 6

Fautes subies : 6 – 16

 

 

Le résumé vidéo :

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 10

Faubert : 3

Sané : 0

Bréchet : 0

Poundjé : 2

Sertic : 4

Nguemo : 0

Obraniak : 5

Maurice-Belay : 7

Jussiê : 0

Rolan : 1

 

 

Crédits photos : UEFA et Site officiel de l’APOEL