[Bilan 2013-14] Lucas Orbán

 

 

Première expérience étrangère

C’est avec quelques journées en moins que Lucas Orbán commença sa première saison loin de ses bases et l’Argentine. Son premier match, c’était avec la réserve des Girondins de Bordeaux à Galin, face aux Herbiers. Nous l’avions trouvé vraiment impressionnant, précis dans ses interventions, dur sur l’homme… Bref, rassurant et prometteur. Malheureusement pour lui, il commencera sa saison en Ligue 1 avec la réception du Paris Saint-Germain, et une défaite (0-2). Il retrouva d’ailleurs une ancienne connaissance en face en la personne de Lucas Moura, avec qui il avait connu quelques duels intéressants et engagés de l’autre côté de l’Atlantique.

 

 

Un tout autre profil

Nous étions habitués à Benoit Tremoulinas, très actif dans son couloir gauche, et surtout décisif en étant notre meilleur passeur ces dernières années. C’est un tout autre profil qui débarqua en Gironde fin juillet. Et même si on eut l’impression que le fameux « temps d’adaptation » n’ait pas eu lieu, force est de constater que Lucas devra encore progresser la saison prochaine. En effet, le style de jeu pratiqué en Argentine est à l’opposé de celui pratiqué en France, où l’arbitrage est aussi plus strict.

 

 

 

 

Une récompense pour une déception

Car malgré tout, Lucas a réalisé de bonnes performances, même si avec le recul, l’on se rend compte que celles-ci étaient trop irrégulières. Alejandro Sabella, le sélectionneur argentin, enverra l’un de ses assistants superviser Orbán. Résultat, à une période où Bordeaux tourne bien (octobre 2013), il sera sélectionné pour la première fois avec l’Albiceleste et deux matches amicaux. Pas forcément brillant avec sa sélection nationale, il sera ensuite irrégulier avec son club, alternant le bon et le moyen. C’est surement cela qui le privera de mondial au Brésil, n’étant même pas sélectionné parmi les trente argentins.

 

 

Un problème de poste ?

Le problème n’est-il pas son poste ? Car oui, il parait que Lucas est un défenseur central. Il est évident au vu de son jeu, qu’il a plus les qualités pour se situer dans l’axe de la défense. Moins rapide que les latéraux, dur sur l’homme et préférant les duels, il aura peut-être une chance d’évoluer à ce poste la saison prochaine, devant les nombreux départs de centraux. Et puis, rappelons aussi que Francis Gillot l’a mis en concurrence au poste de latéral gauche avec Théo Pellenard et Maxime Poundjé. Car une seule passe décisive, quand on était habitué à Tresh, c’est trop peu… Il est encore trop tôt de toute façon pour avoir un avis tranché sur la question. Notons qu’il s’est tout de même bien adapté que ce soit au niveau des habitudes de vie, comme de la langue. Et ça, c’est un très bon point.

 

 

 

 

Ses statistiques

Ligue 1

27 matches joués dont 27 en tant que titulaire (13 à domicile, 14 à l’extérieur)

2321 minutes de jeu

1 passe décisive

0 tir cadré sur 5

1 hors-jeu

4 cartons jaunes reçus

1 carton rouge reçu

54 fautes commises

40 fautes subies

 

Coupe de la Ligue

1 match joué dont 1 en tant que titulaire

90 minutes de jeu

 

Coupe de France

1 match joué dont 1 en tant que titulaire

45 minutes de jeu

1 carton jaune reçu

 

Ligue Europa

1 matche joué dont 1 en tant que titulaire

61 minutes de jeu

4 fautes commises

1 faute subie

1 carton rouge reçu

 

 

Ses notes Girondins4ever (moyennes)

Ligue 1 : 5

Coupe de la Ligue : 6

Ligue Europa : 0