Vu, revu, prévu… deux points de perdus

 

 

Le résumé

 

La trêve internationale sera-t-elle bénéfique, cette fois-ci ? Rien n’est moins sûr car Bordeaux possède encore plus de blessés que la précédente. Cela dit, les Girondins évolueront à domicile, mais face à une bonne équipe caennaise qui s’exporte bien… L’entraineur bordelais évoquait en conférence de presse le fait de ne pas reproduire les erreurs passées à ce niveau, ce qui signifiait qu’il hésitait à titulariser Wahbi Khazri ou encore André Poko, revenus tardivement de sélection. Le souci, c’est qu’il n’a pas vraiment le choix compte tenu des circonstances… C’est ainsi que l’on vit Clément Badin revenir dans le groupe, mais aussi l’apparition de deux jeunes prometteurs que son Pape Thiombane au milieu de terrain (secteur offensif), et Baba Traoré (secteur défensif, latéral). Voici la composition finalement décidée par Willy Sagnol et son staff :

 

 

compobdxca

 

 

« Emmagasiner un maximum de points », c’est l’objectif pour Willy Sagnol. En début de rencontre, Sertic et Mariano sont touchés, mais tous deux reviendront sur la pelouse. La première mèche sera caennaise avec une tête de Koïta qui s’appuie sur un bordelais ; poteau extérieur. De son côté, Bordeaux a la possession de balle lors du premier quart d’heure, mais la dernière passe manque clairement de précision. 20ème minute, Poko tente une volée, le ballon est contré et Calvé met intentionnellement le bras ; pénalty. C’est Diabaté qui va s’en charger et tromper à contrepied le portier caennais, pour son quatrième but de la saison. Félicité par ses coéquipiers, il ira aussi distribuer ses remerciements sur son banc. La réponse caennaise arrive à la 38ème lorsque Bazile déborde Poundjé puis frappe pour faire briller Carrasso à bout portant ! 42ème, le corner de Sertic est dévié et retombe au second pour Faubert qui met l’intérieur du pied ; c’est sorti au dernier moment par Calvé. Plus rien jusqu’à la fin de la première période.

 

Un match pas forcément flamboyant. Cela dit, Bordeaux a l’avantage au score, grâce à un pénalty inscrit par l’attaquant malien. Au retour des vestiaires, Patrice Garande estime que son équipe est sortie du match après ce but bordelais.

 

51ème, Duhamel, plein axe, tente sa chance ; Carrasso a bien fermé l’angle et la repousse. Le second fait notable ensuite est l’entrée de Khazri en lieu et place de Poko, déjà averti (57ème). La minute suivante, l’incursion de Maurice-Belay dans la surface se termine par une belle passe pour Rolan plein axe. Le plat du pied de l’uruguayen est contré. Un centre viendra réveiller les bordelais, de Bazile, qui passe entre Carrasso et ses défenseurs ; fort heureusement, personne ne la touchera. 69ème, un nouveau centre de Bazile trouve cette fois la tête de Duhamel, mais Pallois le gêne suffisamment pour que celle-ci ne soit pas cadrée. 71ème, la réponse viendra de Maurice-Belay mais son centre passe devant Rolan qui l’effleure, et Diabaté trop court. Ce dernier sortira au profit de Sala dans la foulée. 75ème, Caen ne se crée des occasions que par Bazile. Cette fois, ce sera un centre manqué qui se transforme en tir… Carrasso à reculons, arrive à la sortir… Caen a bien vu l’anticipation de Carrasso. Deux minutes plus tard, Bazile déborde côté gauche et voit le portier bordelais anticiper le centre une nouvelle fois… C’est trop gros et Bazile n’a plus qu’à la pousser au fond des filets. A ce moment-là, on sentait clairement l’égalisation arriver tant les bordelais dormaient et perdaient la balle rapidement. Bordeaux n’y est décidément plus. Des suites d’une mauvaise relance, Nangis se crée une frappe sans opposition, que Carrasso capte. Le portier des Girondins veut relancer rapidement mais se retrouve face à des joueurs complètement exténués et sans solution. 89ème, Khazri, lancé par Sala, fixe ses vis-à-vis, frappe ; c’est trop croisé. Et c’est bien trop peu de toute façon, comme ce que Bordeaux aura montré lors de cette rencontre…

 

Avant la trêve, la fatigue a eu raison de nous. Après la trêve également. La seule satisfaction, c’est de ne pas perdre et de rester en haut de tableau. Mais l’étau se resserre et le déplacement au Parc, bien que Paris ne soit pas au complet et joue en début de semaine, s’avère des plus difficiles. Pourtant, le discours de Willy Sagnol est très clair : il attend une réaction face au PSG. Ça tombe bien, nous aussi.

 

 

1335047-28694592-1600-900

 

 

Les joueurs 

 

Si Cédric Carrasso sauve les siens à bout portant sur une frappe de Bazile (38ème), s’il repousse encore à la 51ème une frappe de Duhamel, il est aussi coupable d’anticiper sur le but de Bazile. Ses envies d’aller de l’avant en fin de rencontre ne trouveront pas preneur.

 

Filho Mariano reçut un coup en début de rencontre, mais est bien revenu dans la partie avec beaucoup d’envie et d’allant. Pourtant, il cèdera face à Bazile, se faisant déborder sur l’action de but. De l’autre côté, Maxime Poundjé s’est fait très discret offensivement, et s’est malheureusement illustré en fin de première période lorsqu’il se fait dépasser par son adversaire. Dans l’axe de la défense, une charnière inédite avec la paire Faubert-Pallois. Julien Faubert a tenu le choc dans un rôle qui lui va bien. On l’a même vu apporter le surnombre sur les corners, comme sur cette frappe avant la fin de la première période, qui prenait la direction du but. Nicolas Pallois a été – comme toujours – impérial et ce, dans tous les domaines. Dans les airs, sur les tacles, en face à face, on le vit aussi à moultes reprises revenir à grandes enjambées et rattraper ses adversaires qui avaient une bonne longueur d’avance. C’est, vraiment, une excellente surprise à chaque match.

 

Juste devant les défenseurs, Grégory Sertic, avec son brassard de capitaine, prenait place. S’il s’est appliqué dans la seconde relance, on le vit aussi sur les coups de pieds arrêtés. On espère vraiment le retour de joueurs en défense centrale pour le voir évoluer plus haut, là où il se plait et là il a de l’impact sur le jeu. Jaroslav Plasil a comme à chaque rencontre joué proprement au milieu, sans flamber cela dit. Peu d’impact donc au final, mais pas de bévue non plus. A ses côtés, André Poko était titularisé malgré son match quelques jours auparavant avec le Gabon. Si notre international a montré de l’énergie, il n’arrive pas toujours à la canaliser ; c’est ce qui lui valut ce carton jaune. Il est à l’origine du pénalty obtenu avec cette volée écrasée et contrée. Il sortira en seconde période pour éviter le second, synonyme de rouge. Nicolas Maurice-Belay a réalisé quelques gestes de grande classe en première période, puis s’est un peu éteint au fur et à mesure de la rencontre, paraissant même exténué en fin de match. Etrange pour un joueur non blessé qui n’a pas eu de match supplémentaire. Même symptômes pour Diego Rolan qui, mis à part un ou deux gestes techniques, n’a strictement rien fait dans cette rencontre. Une véritable déception dès lors que l’on a vu son éclosion et ses performances de haute volée depuis le début de saison.

 

Devant, Cheick Diabaté n’a été visible que par son pénalty parfaitement tiré. Mis à part cela, pas grand-chose à signaler… Mais en même temps, avec trois entrainements dans les jambes, on s’estime heureux qu’il ne soit pas blessé.

 

Wahbi Khazri a été le premier à entrer un peu avant l’heure de jeu. Et effectivement, son entraineur a eu raison de ne pas le titulariser, tant on le sentait lourd et pas à 100%. Le deuxième, Emiliano Sala n’a guère été mieux. Espérons qu’il garde la confiance et le niveau entrevu la saison dernière car en jouant si peu, il risquerait de perdre tous les espoirs placés en lui en ce début d’année. Enfin, Younes Kaabouni est entré trop tard pour espérer faire la différence.

 

 

10744640_10204742233254005_1574291913_n

 

 

La feuille de match

Dimanche 19 octobre 2014 à 17 heures

10ème journée de Ligue 1 2014-2015

Stade Chaban Delmas, Bordeaux

19798 spectateurs

Arbitre : Monsieur Alexandre Castro

Bordeaux 1-1 Caen

Buts : Diabaté (21ème) – Bazile (77ème)

Cartons jaunes : Sertic (25ème), Poko (32ème) – Adeoti (67ème), Bazile (92ème), Féret (93ème)

Cartons rouges : Néant

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Faubert, Pallois, Poundjé – Poko (Khazri, 57ème), Plasil (Kaabouni, 83ème), Sertic ©, Rolan, Maurice-Belay – Diabaté (Sala, 73ème).

Caen : Vercoutre – Imorou, Calvé, Da Sivla, Musavu-King (Pierre, 79ème), Kanté, Adeoti, (Lemar, 68ème) Feret ©, Duhamel, Nagis, Koïta (Bazile, 36ème).

 

 

10733658_10204742252614489_861730848_n

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 5

Poundjé : 3

Mariano : 5

Faubert : 6

Pallois : 8

Plasil : 6

Poko : 5

Sertic : 5

Maurice-Belay : 5

Rolan : 3

Diabaté : 5

 

 

12

 

 

Les statistiques d’après-match

Bordeaux – Caen
Possession : 51% – 49%
Tirs : 10 – 11
Tirs cadrés : 3 – 4
Passes réussies : 75% – 78%
Hors-jeux : 0 – 2
Corners : 5 – 6
Centres : 20 – 30
Fautes : 13 – 19
Cartons jaunes : 2 – 3