Le Hérault de Courbis…


 

Pas besoin d’écouter aux portes, c’est même clair comme l’eau de l’étang de Thau ! L’entraîneur de Montpellier n’aurait pas pu argumenter davantage… Le plus gros est fait, doit se dire Rolland car, en plus d’apprécier Jean-Louis Triaud qui devient vraiment son héros, dans ses analyses et ses réflexions teintées d’humour vache en général, a adoré surtout le commentaire qu’il a prononcé haut et fort, à qui veut l’entendre ce lundi soir sur une radio locale…

 

En effet, quand on décortique la réponse de JLT faite à une question d’un auditeur concernant les trois prochains adversaires des Girondins, cela s’apparente plutôt à une motivation pour l’adversaire que pour sa propre équipe, le Montpellier Hérault en faisant partie, puisque premier de la liste à venir au Matmut Atlantique et ce, ce dimanche en fin d’après-midi…

 

Reprenons donc les propos du président girondin : “Je vais essayer de les vexer gentiment, (en parlant de ses propres joueurs !) : ‘est-ce que vous voulez être les premiers cons à donner une première victoire à ces trois équipes ?” – Montpellier, Troyes et Ajaccio (en Corse) – (il oublie que les hommes de Courbis, eux, ont été vainqueurs de Lorient !) en ajoutant ‘si vous voulez être la risée du championnat en étant battus par une équipe dont les joueurs gagnent en général deux à trois fois moins que vous !’ … que bien vous fasse…

 

Les Montpellierains se sentent forcément visés, il est facile de deviner leur réaction car Rolland Courbis n’a plus qu’à enfoncer le clou “vous avez écouté les gars ? …anticipons la réponse : vous êtes les “cancres” de la Ligue 1 en plus d’être les smicards du football, il ne vous reste plus qu’à démontrer le contraire !”.

 

C’est ce qu’il doit en tout cas ressentir “le coach Courbis”, mais il est de bonne famille, poli et courtois, parce qu’il est gentil afin de ne pas vexer son “héros”, sa version officielle est tout autre puisqu’il déclare « Sincèrement, je me mets à sa place. Il a besoin de les secouer, il anticipe afin qu’il n’y ait pas de relâchement. Si j’étais à sa place, j’aurais peut-être dit la même chose… Plutôt que de promettre une grosse prime, il a préféré dire les choses à l’envers qui est son endroit à lui, que je trouve plein d’humour, c’est pour ça qu’on c’est toujours bien entendu… Il est dans le vrai qu’en rencontrant les trois derniers, en faisant trois matchs sérieux et surtout les neuf points qui vont avec, Bordeaux va se retrouver avec un très bon classement ! ».

 

 

Loulou n’en pense pas moins sûrement, même s’il doit se sentir égratigné par son collègue président… ce n’est pas à Triaud à qui il pensera pour un poste de coach à la place de Courbis, il est bien trop fort dans la motivation pour l’équipe adverse, doit-il se dire… là aussi anticipons : mais quand même, il nous prend pour des “pipes” ou des neuneus non ? – à l’entendre d’ici le président de Montpellier dans son langage toujours aussi vif et tout en couleurs !

 

Quel serait donc la recette de notre Loulou national pour faire un bonne affaire et ainsi tordre le cou à cette méprise de la “bourgeoisie bordelaise” comme il sait si bien le dire ?… c’est l’image qu’il s’était faite du temps où Laurent Blanc entraînait Bordeaux :

 

“On n’est pas fâchés, a t-il tout d’abord assuré au sujet de l’entraîneur parisien. Quand il était sélectionneur, j’ai juste dit qu’il était hautain, et c’était vrai. Quand il entrait en conférence de presse, on aurait dit le président de la République et, ça, ce n’est pas le Laurent Blanc que j’ai connu. Est-ce son stage chez les bourgeois à Bordeaux qui l’a rendu comme ça ? Je n’ai pas de problème avec lui et je ne pense pas qu’il en ait avec moi”. Les intéressés apprécieront…

 

Nicollin a changé, à l’époque il était superstitieux c’était dans sa nature, il préférait ça à tous les discours d’avant match et les polémiques qui s’ensuivent “Aujourd’hui, ça m’a passé. Mais à l’époque, t’avais Valderrama et tous les autres, ils jouaient toujours avec le même ‘slibard’. Alors toi, tu faisais pareil : tu mettais la même chemise, la même cravate, le même costard… et quand tu perdais, tu changeais », glisse « Loulou », évoquant également les mages du MHSC : « Il y avait des types qui te disaient :“Si tu joues en telle couleur, si tu fais jouer untel, tu vas gagner, et tout, et tout…’’ La grande période, c’est en Coupe UEFA contre le Sporting Portugal (septembre 1996). Le gars nous avait tous fait habiller en jaune. La rigolade… »

 

Quelle sera l’attitude à prendre pour se présenter face aux Girondins ? Louis Nicollin ne dit plus rien alors que son fils Laurent confirme sa confiance à Rolland Courbis…

 

 

C’est sûr il en a besoin Rolland de cette confiance, car rien ne tourne comme il le voudrait … il se dit de s’aimer un peu trop, quand il déclare : “C’est juste de savoir s’il y a plus de chance d’obtenir le sauvetage avec la personne qui est en place ou pas. En plus, une équipe classée comme la nôtre ne s’est jamais sauvée. Alors pourquoi changer d’entraîneur ? On sait déjà qu’on est en L2 (à ce moment de la compétition), on va tranquillement préparer la saison prochaine et je vais laisser à mon successeur une bonne ossature pour pouvoir remonter en L1 la saison prochaine. Maintenant, s’il y a une chance de se sauver, est-elle avec moi ou sans moi ? Moi, j’ai déjà la réponse : j’ai dit que je ne me changerais pas. Mais peut-être que je m’aime un peu trop”…

 

Nicollin père lui, attend de voir, qui aime bien châtie bien, c’est son mode de fonctionnement il a toujours eu des rapports sulfureux avec ses coachs, il n’empêche que parfois… il les rappelle même in-extremis pour des sauvetages… c’est Giton, le personnage des caractères de la Bruyère, il parle haut, il parle fort, il fait répéter celui qui l’entretient… il déploie un large mouchoir et se mouche avec grand bruit, il dort le jour, il dort la nuit, il ronfle en compagnie… il est enjoué, grand rieur, présomptueux, colère, il se croit du talent et de l’esprit…

 

C’est un des rares présidents que l’on écoute malgré tout, à l’ancienne où il est le chef et qui détient les pouvoirs pour une décision finale… rien de comparable avec son homologue bordelais…

 

 

…Bien que Jean-Louis Triaud a également du tempérament… mais beaucoup plus sournois que son homologue Montpellierain, c’est plus vicieux, on n’est pas sûr de tout comprendre…

 

Vincent Romain pour Rue 89, le décrivait il y a peu, comme un peu bourru, rentre-dedans, au verbiage décomplexé, mais aussi disponible, cash et, dans le fond, sympathique. Difficile de déceler une once de méchanceté derrière ces premières phrases pourtant peu cordiales, lâchées dans un demi-sourire et avec un accent bordelais qui arrondit les mots. « Faire mon portrait ? ça va prendre huit jours, et puis ce n’est pas très intéressant… » .

 

Nous rajouterons à la description du journaliste, qu’en fait il correspond à l’image qu’il s’est lui même fabriquée… il se dit iconoclaste donc ennemi de toutes les traditions et n’aime pas la démonstration… ce qui est en contradiction avec certaines de ses déclarations… il aime se faire “mousser”, il apprécie la “gloriole”, de plus son comportement et son humour plutôt blessant parfois, nourrissent les médias leur permettant de faire avec son aide leur show, ce qui reste pour ces derniers… un excellent client !….

 

Des supporters bordelais allant jusqu’à lui demander lors de cette fameuse émission de radio de lundi soir, s’il est toujours le président qu’il faut à Bordeaux… il n’a pas voulu répondre “On peut poser des questions idiotes, mais celle-ci est digne de… RMC !” a t-il dit… certains apprécieront…

 

Une chose est sûre, pour Louis Nicollin à la présidence, la question ne se pose pas… encore !

 

A Montpellier, les dix jours de trêve ont été l’occasion pour la majorité de l’effectif de se ressourcer… très peu d’absents au contraire des bordelais, ce qui a pu faciliter le travail du staff… Stéphane Paganelli le préparateur physique semble en convenir : “On va dire qu’on a eu la ‘chance’, si on peut parler de chance en ce qui concerne le match de Lille, de jouer le vendredi. Derrière, ça nous a permis de laisser trois jours de récupération pour bien permettre aux organismes de se régénérer après la semaine à trois matchs et les déplacements qu’il y a eu autour” explique t-il.

 

Stéphane Paganelli

 

“Les joueurs ont pu se régénérer physiquement mais aussi psychologiquement. Il faut s’aérer la tête un petit peu. Là, on est revenu avec une semaine assez chargée au niveau de la fréquence des entraînements et aussi en charge de travail. Cela nous a permis de faire comme une mini-préparation. Un peu comme on fait au retour des vacances de Noël. Cela doit nous permettre d’avoir l’énergie nécessaire jusqu’à la fin des matchs aller et pour les combats qui s’annoncent sur les dix prochains matchs” ce qui laisse à penser que rien ne sera laissé au hasard, et que chaque match sera un combat, toutes les dispositions semblent prises pour mettre l’effectif dans de bonnes conditions ne serait-ce que l’arrivée 48 heures avant le match dans la capitale girondine…

 

Néanmoins, de nombreuses absences sont à déplorer, mais Rolland Courbis relativise : “Tous les coups durs avec nos blessés permettent aussi à certains joueurs de s’imposer dans ce contexte”.

“On peut et on doit tous mieux faire moi y compris !”

“Progresser en retrouvant de la qualité dans les principes fondamentaux (passes, tirs, placement…)”

 

Deza ou Ninga démarrera en attaque à Bordeaux mais le secteur offensif ne se limite pas aux attaquants… Montpellier occupe donc la 18ème place au classement et le premier relégable avec une seule victoire à domicile contre Lorient et un seul match nul à l’extérieur ce qui fait quatre points… Seulement 6 buts pour et surtout 14 contre qui situe cette défense devant celle de Bordeaux qui a encaissé 16 buts soit la plus mauvaise avec celle de Troyes l’équipe de JM Furlan que nous recevrons dimanche en huit…

 

Le groupe de Montpellier :

Pionnier, Ligali – Deplagne, Skhiri, Rémy, Congré, Hilton, Roussillon, Ndiaye – Marveaux, Lasne, Martin, Boudebouz – Deza, Cornette, Sotoca, Ninga, Bakar.

 

 

Robin Maulun et Adam Ounas

 

Pendant ce temps là, les hommes de Willy Sagnol auront-ils été sensibles au message présidentiel ?

 

Toujours est-il qu’après une trêve internationale, il est toujours angoissant pour un entraîneur de connaître au plus vite l’état de fraîcheur des joueurs partis en sélection dans différents pays… les retours étant échelonnés tout le long de la semaine, il est en effet difficile de mettre sur pied certains plans tactiques…

 

Malgré les absents, un match amical a été organisé à Mont de Marsan contre l’équipe espagnole de Liga Eibar.. qui s’est soldé par une lourde défaite des hommes de Sagnol (0-5) ! l’équipe alignée était bien évidemment constituée en majorité de jeunes du centre de formation Prior – B. Traoré, Yambéré, Pablo, Contento – A. Traoré, Soni, Maulun, Ounas – Jussiê (c), Laborde.

 

Le retour de Lamine Sané

 

“Ce n’est jamais agréable de prendre 5 buts sans en rendre un seul, même en amical… ce n’est pas grave car ce n’était pas l’objectif… une prise de conscience tout simplement qui leur montre qu’il leur reste encore beaucoup de travail pour être au niveau et tenir un rôle intéressant en L1” a déclaré Willy Sagnol après le match… Pour Monpellier l’entraîneur bordelais espère une réaction d’orgueil… se référant à la rencontre de Lorient une arête du merlu lui étant restée en travers de la gorge :

 

“Quelle que soit la manière, nous devons prendre des points. Je me contenterai d’un 1-0 tout moche car mis à part Sertic, tout le monde est là ou presque là. La concurrence va jouer davantage…

Il nous faut prendre beaucoup de points jusqu’à la trêve. La performance reste au cœur du foot pro.

Nous devons faire un match d’homme à l’image de Dominique Dropsy… J’ai beaucoup d’affection pour Roland Courbis mais je ne suis pas prêt à lui lâcher des points”…

 

Voilà donc le décors planté, les trois points sont indispensables pour se remettre dans le bon sens de la marche mais surtout se rassurer… Tout autre résultat serait CATASTROPHIQUE, même un match nul serait considéré comme inacceptable… A vous de jouer messieurs !

 

Willy Sagnol

 

Les confrontations directes entre les deux clubs sont largement à l’avantage des Girondins. Ces derniers n’ont perdu qu’un seul de leurs 22 matches à domicile face à Montpellier en Ligue 1 (18 succès, 3 nuls), c’était le 9 août 2003 (0-1). C’est aussi la seule fois où les Bordelais sont restés muets. Le MHSC est l’équipe contre laquelle Bordeaux affiche son meilleur pourcentage de victoires en L1 (59%).

 

Crivelli ou Diabaté ?

Le groupe retenu par Willy Sagnol :

Carrasso, Prior – Gajic, Guilbert, Pablo, Pallois, Sané, Yambéré – Chantôme, Khazri, Maurice-Belay, Plasil, Saivet, Traoré, Ounas – Crivelli, Diabaté, Jussiê, Rolan, Kiese Thelin, Touré.

 

Adam Ounas confirmé, ce n’est pas une surprise à la vue de son implication aux séances d’entraînement… avec l’air de la sélection, Lamine Sané revient bien également et devrait débuter en défense aux cotés de Castro, Pallois glissant à gauche puisque Contento n’a pas été retenu alors que Poundjé est suspendu ou alors Sané-Pallois et Guilbert à gauche… la surprise c’est la présence de Chantôme qui paraissait un peu juste mais peut-être rentrera t-il en cours de jeu…

 

Bon match à toutes et à tous

Allez, Bordeaux, Allez !

 

Francis dit Napeso