Troyes… zéro ?


 

Troyes c’est zéro… victoire, Troyes c’est quatre… matches nuls, Troyes c’est….. six défaites …! Troyes c’est… quatre points en dix matches, Troyes c’est 19 buts encaissés et 5 buts marqués, Troyes c’est 4 matches joués à l’extérieur pour 3 défaites et un match nul (à Rennes) … un bilan approchant du néant pour un promu de Ligue 1 qui en fait une des plus faibles formations de notre élite…

 

Et si Troyes était point zéro sur cette rencontre de dimanche contre nos Girondins ?

 

Les coéquipiers de Sané sont-ils capables d’éviter cette fois-ci encore une désillusion, pour ne pas dire une humiliation face à un tel adversaire ? La question reste évidemment posée….

 

Alors chiche, Troyes zéro pour Bordeaux ?….ou le contraire Troyes point zéro ?

 

Cela ferait un bien fou une victoire, surtout après la nouvelle “débâcle” de ce jeudi soir contre Sion en Europa Ligue… un match dans la lignée des précédents… il n’y a pas le feu au lac diront les plus optimistes, mais le chemin de croix continue et devient long, surtout quand c’est un nommé Lacroix qui nous crucifie… et peut-être par la même occasion nous tue la poule… aux œufs d’or !!!

 

Vas-y ma poule encore sept pour obtenir le label “qualité” !…

 

Ne désespérons pas nous diront staff et dirigeants, on peut toujours s’extraire de la poule dont on sait qu’il y sort un œuf !……nous possédons deux points au classement, il suffit sur les trois matches à venir, d’en remporter deux et obtenir un nul, de préférence à Liverpool puisque Sion justement ainsi que Rubin Kazan l’ont obtenu, ce qui nous mènerait à comptabiliser neuf ……points ! La preuve est faite :  un œuf = un 9 !… quand on sait qu’il est plus difficile de faire un huit avec sa bouche… JL Triaud s’y entraîne parait-il mais en attendant, il n’abdique pas quand il déclare “il suffit d’inverser le résultat au match retour à Sion !”…et “ben” voyons ce n’est pas si compliqué que ça non ?

 

Le compte serait effectivement bon, mais entre supposition et réalisation il existe la réalité du moment, car les supputations vont bon train chez les supporters qui commencent à croire que la saison sera très longue si des décisions ne sont pas prises en même temps que les consciences sur le devenir non seulement, de cette équipe, sur celui de son entraîneur… mais également sur le club, ce qui pourrait découler sur une crise !

 

 

Car le mot est lâché… faut-il encore croire aux beaux discours du président qui fait semblant de se fâcher ou de l’entraîneur qui trouve toujours une excuse ou un espoir en se disant “ça ira mieux demain !” …on ne peut fonctionner encore longtemps sur des promesses ou sur des motifs d’espoirs tels que ceux de Willy Sagnol qui a vu des choses contre Sion allant dans le bon sens par rapport au match contre Montpellier !

 

Les gens qui aiment ce club ne peuvent se satisfaire de ses analyses de derrière les fagots d’après match et se dire : à dimanche même heure, même endroit !

 

Quant à JL Triaud, on entend que lui dans les médias… pour se donner bonne conscience en fustigeant les joueurs ou tout simplement se mettre en avant pour rappeler les fondamentaux et surtout oublier les siens ?

 

Tout en évitant d’égratigner son entraîneur, à qui il accorde toujours sa confiance… quoique dans ce milieu tout reste possible… il marche sur des œufs notre président …. dans ce cas là, mieux vaut caresser dans le sens du poil et faire croire que tout est encore possible … dans l’ombre, le bal masqués des hypocrites a t-il déjà commencé ?

 

Toujours est-il que le locataire du “Château” possède l’art et la manière de noyer le poisson… il glisse même sur le terrain du coach en critiquant le comportement des joueurs  :’ “Je trouve que cette équipe n’est pas bien organisée en jouant trop bas, le plus souvent coupée en deux , ce qui est invraisemblable c’est que eux mêmes, vous disent la même chose mais …. après le match ! Et pourquoi pas pendant et ainsi corriger ?”. Il se dit être fatigué et ne sais plus ce qu’il faut faire …

 

Une satisfaction se dégage cela dit chez le journaliste RTL Denis Granjou « Par rapport au petit Ounas, moi je l’ai souvent vu en CFA… On ne va pas s’enflammer, mais c’est une petite pépite. C’est hallucinant ». Il a raison Granjou.

 

 

Adam Ounas des débuts plus que réussis …

Il rajoutera en conclusion… « On voit un stade de moins en moins plein,( c’est plus joli que de plus en plus vide cela fait plus plein ) une équipe de moins en moins performante, des résultats de moins en moins probants, et un classement qui s’éloigne de plus en plus au niveau des places européennes… ». C’est assez bien résumé et on n’est pas loin, nous supporters, de penser la même chose ! D’ailleurs on pense la même chose !

 

Il est aberrant de ne pas connaître l’équipe “type” de Sagnol à la veille de la… onzième journée ! il change sans arrêt de composition, comment voulez vous obtenir du liant, de la complémentarité dans le jeu et surtout de l’efficacité dans tous les compartiments, que ce soit défensif ou offensif ?…

 

Quant au milieu de terrain n’en parlons pas, il n’y a aucun automatisme, un jour il joue offensif et le suivant on le fait jouer défensif parlant bien évidemment de Saivet… devant, même cause même effets… déjà il faut être fort de faire évoluer Jussiê attaquant de pointe sans un joueur qui lui serait complémentaire à ses côtés…

 

Sagnol avec Pallois : explication de texte

La cerise sur le gâteau, aura été de faire évoluer Pallois en latéral gauche ! Un éléphant dans un magasin de porcelaine ! Sagnol ne sait-il pas que l’ancien Niortais avait débuté à Valenciennes à ce poste là et que cela avait été un “fiasco” lui brisant son entrée dans le professionnalisme se retrouvant ensuite à Quevilly ?

 

Non vraiment les choix tactiques de l’entraîneur sont critiquables… pourquoi ne pas tenter une équipe type qui pourrait jouer trois ou quatre matches successifs ? Quand nous avons remporté des trophées c’était pratiquement toujours le même onze de départ… il faut se souvenir des Jacquet, Baup, Blanc, Ricardo qui n’étaient pas des adeptes du turnover… Essayer c’est l’adopter dit-on !

 

 

Jamais deux… sans Troyes ?

 

 

Une semaine bien difficile qui était pourtant annoncée importante et pleine d’espoirs ! Il faut dire que trois rencontres faciles d’accès à la victoire et surtout successives au Matmut Atlantique… mais nous nous ne savons pas faire on préfère la difficulté, il faudrait jouer les qataries tous les week-ends…

Profiter de cet avantage était obligatoire et indispensable afin d’accumuler une certaine confiance pour la suite de la saison…

Et bien non, deux matches ratés contre des équipes emmenés par deux anciens bordelais : Rolland Courbis ancien coach et actuel de Montpellier, Didier Tholot joueur Girondin de la fameuse épopée européenne de 96 entraîneur de Sion, en famille avec le plaisir d’embrasser par la même occasion , ses deux enfants installés et travaillant ici à Bordeaux…

Deux rencontres où on ne peut que regretter ce manque d’application, d’implication de cette équipe bordelaise face à des adversaires largement à sa portée… tous les qualificatifs on été employés pour décrire la triste réalité du comportement des joueurs de Sagnol…Un commentateur de Bein a même indiqué “peut-être pire que le Bordeaux-Rennes de triste mémoire lors de la saison 2012-2013, rencontres (les deux) à vous dégoûter définitivement du football et à rentrer dans les ordres !!!”. C’est dire !
Et devinez qui vient dîner ce dimanche ?
Et bien jamais deux sans Troyes, devinette : le troisième larron est le régional de l’étape, ancien professionnel bordelais, qui a fait toutes ses classes ici et a même remporté la Coupe Gambardella en 1976 ! Première dans l’histoire du club…

 

 

 

Le football champagne d’aujourd’hui c’est… lui ! Il aime le beau jeu et il fait avec ce qu’il a… d’où son mérite qui est encore plus grand ! Il ne se plaint jamais, n’a pas pris une ride dans sa philosophie du football, ses joueurs le lui rendent bien… la grosse tête il ne l’a jamais prise, il fait son job, il a du caractère bien qu’il fasse surtout l’ascenseur entre la ligue 1 et la ligue 2 par manque de moyens… son président adhère à ses discours et ne s’ingère que très rarement dans ses prérogatives du terrain…

 

Bienvenue à Jean-Marc Furlan : qui aura le plaisir de retrouver sa ville, sa région, sa famille et ses amis ! Avec une pensée pour celles et ceux touchés lors de l’effroyable accident d’hier matin : “Natif de la région, j’aurais forcément une pensée pour la tragédie arrivée cette semaine à proximité de Libourne”. a t-il déclaré…

 

L’objectif déclaré c’est bien évidemment le maintien… mais cela ne l’empêchera de présenter une équipe joueuse c’est dans son ADN, un garçon qui se dit que le football est encore du spectacle fait de gestes simples !… Il la souhaite en tout cas cette première victoire, pour son groupe, pour ses dirigeants, pour son président et bien sur pour tous les supporters du club, car comme il aime bien le dire : “Nous manquons cruellement de victoire. Les joueurs ne rêvent que de ça et ce manque de réussite est très dure à vivre”.

 

Fabien Camus ne dit pas autre chose : “Nous sommes tous fans de la philosophie de jeu du coach. Nous prenons tous du plaisir à travailler de cette manière-là. Maintenant, nous disputons un championnat et il faut prendre des points. Si nous devons « aller à la guerre » pour remporter un match, nous le ferons, ce n’est pas un problème”. Et le plus vite sera le mieux !

 
Le groupe retenu par Jean Marc Furlan :

Bernardoni, Petric – Dabo, Martins Pereira, Mavinga, Ngcongca, Veskovac – Ayasse, Ben Saada, Camus, Court, Darbion, Karaboué, Nivet, Pi – Cabot, Jean, Perea.

 
Le groupe des Girondins :
Carrasso, Prior – Gajic, Guilbert, Pablo, Pallois, Poundjé, Sané – Chantôme, Khazri, Plasil, Saivet, Traoré, Ounas – Crivelli, Jussiê, Rolan, Touré.

 
Chez les bordelais la pression risque d’être forte et même très forte avant d’entrer sur la pelouse… L’union devra être l’arme principale de toute l’équipe, alliant solidarité, combativité, détermination… et d’effacer en un seul match toutes les carences des rencontres précédentes, le tout avec du jeu pour le plaisir des yeux et surtout des… buts !

Bref la panoplie complète pour la reconquête d’un public prêt à pardonner et à nouveau s’enflammer !
Supporters venez nombreux et à… l’heure !

Allez, Bordeaux, Allez
Enorme pensée aux familles des victimes de la tragédie de Puisseguin en Gironde

 

Francis dit Napeso