Bordeaux craque encore…

Photo Icon Sport

Les Girondins de Bordeaux avaient l’occasion d’engranger des points importants ce soir avec la réception d’une équipe mal classée, le Gazélec d’Ajaccio. Le mot d’ordre était simple en conférence et dans la bouche des joueurs : victoire obligatoire. Pas d’autre issue donc pour ce match, qui s’annonçait comme un tournant pour le reste de la saison.

 

 

Le fil de la rencontre

 

 

23ème minute : Coup franc de Vada repris par Sané qui cadre sa tête mais c’est capté par Maury.

36ème minute : Sur un centre de Contento, Diabaté claque une tête bien repoussée sur sa ligne par Coeff.

37ème minute : BUT ! Penalty provoqué et transformé par Diabaté. 1-0

48ème minute : Contre-attaque bien menée par Traoré qui trouve Diabaté. Le malien sert en première intention son coéquipier Rolan qui ne fait pas le bon geste devant le but.

72ème minute : Vada réalise un joli numéro avec un une-deux et une fixation sur la défense qui se conclut par une frappe enroulée juste à coté des cages gardées par Maury.

78ème minute : Accumulation de frappes contrées devant le but corse qui arrive dans les pieds d’Arambarri qui loupe l’immanquable seul au point de penalty.

89ème minute : BUT ! Égalisation ajaccienne en toute fin de match par l’intermédiaire de Larbi qui reprend un centre ras de terre venu de la droite. 1-1

 

 

Photo Icon Sport
Photo Icon Sport

 

 

Les joueurs

 

 

Nouveau coup du sort au Matmut Atlantique. Bordeaux lâche un match qui aurait dû être largement à sa portée. Dominant et surtout en place défensivement, ils n’ont pas su être sérieux 90 minutes d’affilée. Doit-on se contenter de simples matchs nuls et d’une place dans le ventre mou jusqu’à la fin de la saison ? Pour le standing de ce club, cette situation est inadmissible. Ces trois points auraient pu faire le plus grand bien, mais non, on reste encore dans le flou total avec une équipe qui n’en finit plus de douter. Certes, elle engrange certains retours ce soir, mais cela ne résout pas le problème apparemment. Voyons de plus près ce que les joueurs ont montré ce soir en analysant leurs performances individuelles.
Commençons par le portier bordelais, Paul Bernardoni. Pas grand-chose à dire sur son cas mis à part le fait qu’il ne touche qu’un seul ballon et qu’il va le chercher au fond des filets malheureusement. Il ne peut absolument rien faire sur une frappe contrée.

 

En défense, Frédéric Guilbert a été une nouvelle fois décalé sur le coté droit. On voit très bien qu’il a du mal à alterner ces deux postes. En manque de repères au début, sa combativité lui a permis de rentrer pleinement dans la rencontre. Il est intervenu à de nombreuses reprises (32′ 35′) empêchant les offensives adverses de progresser sur son aile. Il a aussi été présent dans la remontée de balle (52′ 63′), très important pour lancer les contre-attaques. Au centre, Lamine Sané a été reconduit ce soir. Match correct pour lui car il s’est montré rassurant quand il fallait, et ce malgré des sifflets persistants et devenus très lourds en début de rencontre. Il est averti à la 63′. A ses cotés, on a pu apprécier l’excellent retour à la compétition du brésilien Pablo Castro. Très important dans le secteur aérien (34′ 52′), il a su être solide dans ses interventions défensives (7′ 84′). Un retour encourageant pour l’arrière-garde bordelaise qui récupère un très bon atout. Il écope d’un jaune immérité en début de match (4′). Sur l’autre aile, Diego Contento a lui aussi réalisé une très bonne performance. Auteur de retours importants en défense (23′ 28′ 84′), il a beaucoup apporté dans le domaine offensif avec des centres précis (13′ 29′ 27′) entre autre.

 

 

En sentinelle, on retrouve Abdou Traoré. Il réalise un match correct sans vraiment briller non plus. Il a su être présent dans les interceptions (32′) et dans les premières relances de son équipe. En seconde période surtout, il a bien orienté le jeu avec des passes latérales bénéfiques à la construction des mouvements bordelais. Remplacé par Ounas (90′). Un peu plus haut sur le terrain, Clément Chantôme a été très discret, si ce n’est fantomatique (ne voyez aucun jeu de mots avec ce qualificatif). Il n’a pas su se rendre disponible malgré un bon travail de récupération et de pressing (66′). A l’inverse, Valentin Vada est l’un des hommes forts de la soirée. Il a illuminé la partie par ses courses vers l’avant (58′), par son pressing incessant (27′), et sa capacité à se créer des occasions (frappe lointaine 40′ et bon mouvement 72′). Son énorme volume de jeu lui offre la possibilité d’être présent dans différents compartiments et sa combativité est en train de devenir indispensable au système actuel bordelais. Remplacé (on ne sait toujours pas pourquoi, merci Sagnol) par Malcom (84′).
Pour marquer des buts, les clés du camion étaient confiées à trois joueurs au coup d’envoi. En premier, celui avec le plus de responsabilités, le capitaine Diego Rolan. Une nouvelle fois très concerné sur ce match, il s’est beaucoup bougé. Alternant dribbles et courses amenant un centre, il a varié ses plaisirs. Seul bémol, c’est qu’il n’est plus du tout décisif. Mais alors pas le moins du monde… Décevant devant le but sur une offrande de Diabaté (48′), il a peiné à se créer des occasions franches par la suite. Il a fini par baisser en intensité (Et oui Willy, c’était lui qui devait sortir. Tout le monde l’a vu sauf toi) en toute fin de match. De l’autre coté, on ne parlera pas de la performance inutile de Vieira Jussiê. Ah si, il a perdu plus de ballons qu’il a joué de matchs cette saison. Remplacé par un compatriote sud-américains, en la personne d’Arambarri (63′). En pointe, le coach a titularisé l’inimitable Cheick Diabaté. La malien a joué son propre jeu, que ce soit avec des conservations de balle dos au but (12′ 19′) ou même dans la distribution (48′), il a été bon. Encore une fois, il est décisif ce soir en provoquant et en marquant son penalty (38′). Même en essuyant de nombreuses critiques, on peut toujours compter sur lui à l’inverse de certains (suivez mon regard).

 

 

Au niveau des remplaçants et du piètre coaching de Sagnol, on a un Mauro Arambarri qui a loupé la balle de match pour son équipe (78′), un Malcom qui a apporté sa vitesse et qui mériterait enfin une titularisation peut être, non ? Enfin, Adam Ounas qui n’a pas touché un ballon.

 

 

Mauro Arambarri iconsport_blo_050316_02_03

 

 

La feuille de match

 

 

Bordeaux-Gazélec Ajaccio
Samedi 5 mars 2016 20 heures
Matmut Atlantique, Bordeaux
29ème journée de Ligue1 2015-2016
17603 spectateurs
Arbitre : M. Johan HAMEL
Buts : Bordeaux : Diabaté (38′) Ajaccio : Larbi (89′)
Cartons jaunes : Bordeaux : Pablo (9′), Sané (63′) et Ajaccio : Touré (4′), Mayi (57′)
Cartons rouges : aucun
Bordeaux : Bernardoni – Contento, Pablo, Sané, Guilbert – Traoré (Malcom 90′), Chantôme, Vada (Malcom 84′) – Rolan (c), Diabaté, Jussiê (Arambarri 63′)
Ajaccio : Maury – Sylla, Toure (Martinez 63′), Mangane, Coeff, Ducourtioux (c), Larbi, Dokovic, Mayi (Le Moigne 84′), Boutaib, Chermiti (Zoua 56′)

 

 

Photo Icon Sport
Photo Icon Sport

 

 

Les notes Girondins4Ever

 

 

Bernardoni : 5
Guilbert : 6
Sané : 6
Pablo : 7
Contento : 8
Traoré : 6
Chantôme : 5
Vada : 8
Rolan : 6
Diabaté : 7
Jussiê : 3

 

Photo Icon Sport
Photo Icon Sport

 

 

Les stats d’après match

 

 

Bordeaux-Ajaccio
Possession : 48%-52%
Tirs : 12-4
Tirs cadrés : 3-2
Passes : 449-501
Passes réussies : 80%-79%
Hors-jeux : 3-2
Corners : 3-2
Duels gagnés : 63-53
Fautes : 13-13

 

Photos Icon Sport

Stats LFP