L’après-match. Bordeaux encore piégé à domicile, mais valeureux

Pour son retour au Matmut Atlantique, Bordeaux se devait de confirmer ses très bons résultats à l’extérieur en revenant affronter le SM Caen. Mais malheureusement, l’état de la pelouse s’est aggravé entre temps, ce qui risque de rendre les conditions de jeu très compliquées. Les joueurs étaient prévenus, ils devront faire preuve d’une justesse technique irréprochable pour tenter de déstabiliser un bloc caennais sûrement bien en place.

 

La composition bordelaise :

comp

 

La composition caennaise :

comp2

 

 

Le fil de la rencontre

 

44ème minute : Seule occasion de cette première mi-temps et elle est pour Ménez. Bien servi par Touré, l’ancien parisien décoche une frappe qui vient raser le poteau droit de Vercoutre, qui semblait battu.

60ème minute : Pas vraiment attaqué, Féret tente sa chance de loin et met à contribution le portier girondin pour la première fois.

68ème minute : Sur un coup franc bien tiré d’Ounas, Plasil est oublié au second poteau mais il n’arrive pas à cadrer sa tête.

90ème minute : Vercoutre réalise la parade de ce match en deux temps face à Lewczuk qui était une nouvelle fois monté plus haut que tout le monde, sur un centre de Malcom.

92ème minute : Après un cafouillage dans la défense bordelaise, Bessat est décalé et allume le but. Carrasso doit une nouvelle fois s’employer pour détourner la frappe normande.

 

Comme prévu, la pelouse et la défense caennaise ont déstabilisé des bordelais, sans solution. Ils n’ont jamais réussi à prendre de vitesse la défense adverse, que ce soit sur les cotés ou dans le domaine aérien plein centre. Analysons joueur par joueur, les points forts et les points faibles de ce système bordelais tenu en échec ce soir.

 

capture-decran-50

 

 

Les joueurs

 

Commençons par le portier bordelais Cédric Carrasso qui n’a pas eu besoin de beaucoup s’employer ce soir. Deux belles envolées à se mettre sous la dent, avec une frappe de Feret en dehors de la surface (60’) et une tentative de Bessat qui prenait le chemin de la lucarne (90+2). Mis à part ça, que des ballons facile à capter (64’ 76’). Second « clean sheet » d’affilée pour Carrass’ !

 

Sur la ligne défensive, Youssouf Sabaly tenait le coté droit. Moins tranchant qu’à son habitude en attaque, il a tout de même apporté le danger quelques fois par l’intermédiaire de centres (42’ 66’), ou d’une frappe contrée après un bon déboulé (57’). Il nous a montré au passage toute l’étendue de son potentiel technique avec un grand pont parfaitement réalisé (73’). En défense, il a été irréprochable (29’ 44’), mais tout est relatif vu la pauvreté offensive caennaise. Sur l’autre aile, Diego Contento réalise lui aussi un match correct. Par ses interventions défensives (19’ 47’) ainsi que ses montées vers le but (un centre au premier poteau 37’ et un centre première intention de volée 74’), il a montré une activité intéressante. On retrouve du mieux dans son jeu depuis deux matchs, en espérant que sa forme continue son ascension ! En défense centrale, on retrouve la même paire que sur ces derniers matchs. Nicolas Pallois s’est montré un peu brouillon dans ses relances en début de match (10’), ce qu’il a réussi à corriger au fil du temps (relance propre à ras de terre vers l’avant 66’). Sinon, il reste très bon dans l’engagement (contre sur frappe 49’ et de nombreuses interventions). Comme son homologue polonais à ses cotés Igor Lewczuk, qui n’en finit plus d’enchaîner les bonnes performances. Sur ce match très fermé, il ressort comme l’un des meilleurs bordelais ce soir, de par ses duels gagnés (27’ 71’) et sa qualité de relance sans risque et souvent très précise. Il a failli être le héros d’un soir, mais il loupe sa tête une première fois sur coup-franc (89’) et il bute par la suite sur un Vercoutre bien inspiré (90+1’).

 

Dans l’entre-jeu bordelais ce soir, on n’a que très peu vu notre capitaine Jaroslav Plasil. Souvent gêné dans ses transmissions par l’état de la pelouse, il a eu beaucoup de mal à poser son jeu. Du déchet dans son jeu qui n’a pas permis à son bloc-équipe de remonter le terrain comme il fallait. Néanmoins, il s’est battu avec ses armes (50’) et ça on ne pourra pas lui enlever. Il rate une occasion à vingt minutes du terme sur coup-franc (69’) où il voit sa tête fuir le cadre au second poteau. Quasiment le même constat pour Grégory Sertic, qui a compensé son déchet dans le jeu par une projection vers l’avant remarquable. A l’image de ce décalage créé grâce à un magnifique grand-pont (38’). Il a souvent récupéré des ballons très haut (20’ 24’ 72’), ce qui a permis d’accélérer le jeu de son équipe de temps à autre… Il tenta une frappe lointaine (85’) sans succès, la faute à un faux-rebond.

 

Malcom fait partie des grosses déceptions du soir. On l’a senti émoussé par cette semaine de matches rude au niveau de la forme physique. Il n’a qu’une seule occasion pour se montrer, et malheureusement pour lui, sa volée est contrée par la défense normande (59’). On ne l’a que très peu vu toucher le ballon en seconde période. Thomas Touré a, quant à lui, un peu plus tenté sa chance. De part sa tête qui est contrée par Yahia (42’) ou par des décalages réussis amenant des occasions (pour Ménez avant la pause 44’ ou un centre 59’). Remplacé par Ounas (60’).

 

En pointe, Gaëtan Laborde est aligné comme titulaire pour la deuxième fois cette semaine. Un match un peu plus compliqué que mercredi pour le jeune bordelais. Sevré de ballons (13 sur 60 minutes, qui est le plus petit total de l’équipe), il n’a pas eu l’occasion de s’exprimer ce soir. Remplacé Kiese Thelin (60’). A ses cotés, Jérémy Ménez a été un peu plus actif. Il a su changer le jeu quand il pouvait (8’) et il reste le joueur qui s’est créé le plus d’occasions (frappe juste à coté 44’ et une autre tentative contrée dans la surface 79’).

 

Au niveau des remplaçants, c’est très très pauvre offensivement. Isaac Kiese Thelin n’a touché que huit ballons en 40 minutes et il en a perdu la moitié. Il n’a pas réussi à se placer comme il fallait. Pourtant la solution d’un point d’appui était bonne pour la dernière demi-heure. Une entrée très compliquée aussi pour Adam Ounas qui n’a tout simplement rien apporté dans le jeu.

 

capture-decran-41

 

 

La feuille de match

 

Bordeaux-Caen
Samedi 24 septembre 2016 à 20h
Stade Matmut Atlantique, Bordeaux
7ème journée de Ligue 1
17 476 spectateurs
Arbitre : Karim ABED
Buts : aucun
Cartons jaunes : Caen : Karamoh (24’), Bessat (89’)
Cartons rouges : aucun

Bordeaux : Carrasso – Contento, Sabaly, Pallois, Lewczuk – Sertic, Plasil (c), Malcom, Touré (Ounas 60’) – Ménez, Laborde (Kiese Thelin 60).
Remplaçants : Prior, Gajic, Pablo, Traoré, Ounas, Kamano, Kiese Thelin.

Caen : Vercoutre – Yahia (Adéoti 75’), Imorou, Da Silva, Genevois, Diomande, Delaplace, Bazile (Bessat 75’), Feret (c), Karamoh (Rodelin 61’), Sané.
Remplaçants : Dreyer, Seube, Makengo, Adeoti, Bessat, Rodelin, Satini.

 

 

capture-decran-54

 

 

Les notes Girondins4Ever

 

Carrasso : 7
Sabaly : 6
Pallois : 7
Lewczuk : 8
Contento : 6
Plasil : 5
Sertic : 6
Malcom : 4
Touré : 5
Ménez : 6
Laborde : 5

 

 

 

capture-decran-37

 

 

Les stats d’après match

 

Bordeaux-Caen
Possession : 60%-40%
Tirs : 14-14
Tirs cadrés : 2-4
Passes : 507-300
Passes réussies : 80%-67%
Hors-jeux : 2-0
Corners : 4-5
Duels gagnés : 59-54
Centres : 21-19
Fautes : 7-16

 

Screens G4E

Stats LFP et L’Equipe