L’après-match. Bordeaux s’incline et continue de plonger

Bordeaux’s French head coach Jocelyn Gourvennec looks on during the French L1 football match between Rennes (SRFC) and Bordeaux (FCGB) on November 3, 2017, at the Roazhon Park in Rennes, western France. / AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD


En ouverture de la 12ème journée de Ligue 1, le Stade Rennais du père Gourcuff recevait Bordeaux au Roazhon Park. Les bretons ont relevé la tête dernièrement, en enchaînant trois succès de suite. C’est le cas inverse chez les Girondins, qui comptabilisent un point sur les quatre dernières rencontres. L’équation est simple sur ce match : déclic ou crise ? Tout est entre les mains du ballon rond désormais. Bienvenue das notre après-match.

 

La composition rennaise :

bandicam 2017-11-03 20-43-52-749

 

La composition bordelaise :

bandicam 2017-11-03 20-44-47-030

 

Les buts

 

12ème minute : BUT ! Sur un coup-franc très désaxé, quasiment au poteau de corner, Khazri frappe fort au premier poteau. Toulalan plonge et marque contre son camp, face à un Costil battu. 1-0.

 

Une piteuse défaite de nos joueurs face au Stade Rennais. Une quatrième en cinq matches. La ‘crise’ comme la presse aime le dire est donc déclarée. Zéro tir cadré dans cette rencontre, aucune envie, aucune stabilité dans le jeu, un Jocelyn Gourvennec complètement paumé avec trois systèmes testés en plein match, et c’est tout une équipe qui flanche. Comme une impression de déjà vu. Analysons tout ça joueur par joueur.

 

bandicam 2017-11-03 21-14-47-325

 

Les joueurs

 

Benoît Costil (4/10) : Son retour au Roazhon Park devait être beau, convivial et rempli de succès. Il n’y a rien eu de tout ça. Il encaisse un but contre son camp de son défenseur central (11’) et n’a par la suite aucune occasion de se rattraper mis à part une belle envolée devant Léa Siliki (62’). Retour gâché.

 

Youssouf Sabaly (3/10) : Pas vraiment de points positifs sont à traduire de sa performance. Aucune projection et pas vraiment de danger apporté dans le camp adverse. Très décevant, comme le reste de ses petits copains. En nette baisse de régime cette saison.

Milan Gajic (3/10) : Pour un retour à la compétition et une première titularisation cette saison, le latéral serbe n’a pas marqué de points. Beaucoup d’envie mais pas suffisamment canalisée pour en tirer profit dans le jeu. Des erreurs et un manque de justesse criant, en prenant en compte le fait qu’il n’a pas eu l’occasion de s’exprimer offensivement.

Jérémy Toulalan (4/10) : Il rentre mal dans son match en inscrivant ce malheureux but contre son camp (11’). Il se rattrape ensuite en colmatant tant bien que mal les nombreuses brèches dans sa défense (26’ 73’) mais avec de grandes difficultés. Il ressort en partie perdant de son duel direct face à Mubele.

Vukasin Jovanovic (2/10) : De grandes difficultés pour lui aussi, qui n’a jamais su prendre le dessus sur Mubele ou encore Khazri, et qui a souvent été pris au marquage sur els coups de pieds arrêtés (mal récurrent pour lui depuis de trop longs mois). Souvent pris de vitesse, il n’est que très peu intervenu dans les pieds rennais (1’ 57’). Pas vraiment en réussite non plus dans le secteur de la relance, où il n’a pas trouvé les bons espaces ni fait preuve de sérénité.

 

Otávio (5/10) : On le déclare comme le moins pire des girondins sur la pelouse, et le seul qui arrache la moyenne. De bonnes intentions dans les transmissions, du physique dans les duels et de la justesse technique, mais tout cela à demi-mesure. Il n’a pas vraiment eu de grand impact dans l’entre-jeu. C’est moyen, mais meilleur que le reste du troupeau (en rapport avec les chèvres, vous l’avez ?)

Valentin Vada (0/10) : Reconduit par Gourvennec après sa triste performance contre Monaco, Valé n’a pas vraiment fait mieux à Rennes. Si ce n’est pire, et c’est très logiquement qu’il est remplacé à la pause par Kamano. Il n’a rien apporté et a surtout mis en danger son équipe à cause de pertes de balle évitables. Il est loin le coup de rein dévastateur, les belles promesses aussi.

Son remplaçant, François Kamano (0/10) : C’est ce que l’on appelle un coaching perdant. Accrochez-vous, nous allons vous décrire ses huit premières minutes sur la pelouse : trois hors-jeu, deux fautes, un carton jaune (qui valait le rouge), et une grosse perte de balle. C’est du grand art, dans le mauvais sens pour le coup. On vous passe le reste de sa performance individuelle, qui est tout bonnement ridicule. Que dire, mis à part que c’est la plus grosse panne de confiance que l’on n’ait jamais vue dans le monde du football.

Jaroslav Plasil (1/10) : Le coach a ressorti le vieux briscard du placard, et ce n’est pas vraiment une réussite non plus. Pas juste dans ses transmissions, pas réactif, et tout simplement pas dans le tempo. Même envie de dire « plus » dans le tempo. C’est malheureux à dire, mais Jaro ne peut plus être titulaire. 22 ballons touchés, puis remplacé par Younousse Sankharé (46’).

Son remplaçant, Younousse Sankharé (0/10) : Mis à part s’embrouiller et suivre comme un gamin de 12 ans André en fin de match, le sénégalais n’a rien apporté dans cette seconde mi-temps. Bien triste situation pour un joueur qui avait commencé l’année sur les chapeaux de roues. Une grosse remise en question est nécessaire, comme pour toute l’équipe d’ailleurs.

 

Malcom (1/10) : L’habituel sauveur des bordelais est l’ombre de lui-même en ce moment. Il a absolument tout raté lui aussi : de mauvais choix, des mauvaises passes, et une envie qui est en train de chuter considérablement. Ce que l’on craint tous risque d’arriver : un départ dès cet hiver. Croisons les doigts pour que la pépite brésilienne retrouve de l’envie et que cette trêve internationale lui fasse du bien. Il y en a besoin. Et nous aussi au passage.

Nicolas De Préville (2/10) : Délocalisé sur l’aile gauche, l’ancien lillois a beaucoup souffert. A l’image de ses 32 ballons touchés en 70 minutes, soit un ballon toutes les 2 minutes voire plus. C’est beaucoup trop peu pour pouvoir s’exprimer comme il faut. Il s’est une nouvelle fois beaucoup donné, mais en vain. Un huitième match sans but, ça va commencer à tourner dans sa tête. Si ce n’est pas déjà le cas…

Son remplaçant, Jonathan Cafú (non noté) : Il a de la chance de ne pas recevoir de note, car elle n’aurait pas dépassé un point. 10 ballons perdus, 5 rendus à l’adversaire. Coût du transfert : 7,5 millions. Ça fait cher la perte de balle.

Alexandre Mendy (3/10) : Son match est la définition même de la frustration. Depuis cinq journées, c’est l’attaquant le plus dangereux et qui montre le plus de combativité. Une nouvelle fois ce soir, il se procure les meilleures occasions, dont cette balle de match qu’il gâche en frappant à coté (90’). A côté de ça, il a souvent fait les mauvais choix, et notamment en contres (16’ 64’). Il manque cruellement de finition et de justesse dans les derniers mètres. C’est très dommageable.

 

 

bandicam 2017-11-03 22-35-16-658

 

La feuille de match

 

Rennes-Bordeaux
Vendredi 3 novembre 2017 à 20h45
Roazhon Park, Rennes
24 547 spectateurs
12ème journée de Ligue1
Arbitre : Rudy Buquet
Buts : Rennes : Toulalan CSC (11’)
Cartons jaunes : Rennes : André (43’) et Bordeaux : Otávio (41’), Kamano (67’), De Préville (67’), Jovanovic (69’), Sankharé (89’)
Cartons rouges : aucun
Rennes : Koubek – Baal (Figueiredo 41’), Bensebaini (Gelin 46’), Gnagnon, Traoré (Danzé 54’) – Maouassa, Léa Siliki, André (c), Bourigeaud – Khazri, Mubele.
Remplaçants : Diallo, Figueiredo, Danze, Hunou, Gelin, Lamonge, Brandon.
Bordeaux : Costil - Sabaly, Toulalan (c), Jovanovic, Gajic - Vada (Kamano 46’), Otávio, Plasil (Sankharé 46’) - Malcom, Mendy, De Préville (Cafú 68’).
Remplaçants : Prior, Lewczuk, Pellenard, Sankharé, Pereira, Kamano, Cafú.

 

bandicam 2017-11-03 22-28-18-902

 

Les stats d’après match

 

Rennes-Bordeaux
Possession : 49%-51%
Tirs : 7-6
Tirs cadrés : 1-0
Passes réussies : 76%-77%
Hors-jeux : 1-6
Corners : 8-0
Centres : 22-5
Fautes : 14-25

 

Stats LFP et screens G4E