#Avantmatch. La descente aux enfers, stop ou encore ?

Aujourd’hui, de bien tristes Girondins rendent visitent à l’OGC Nice dans leur antre de l’Allianz Riviera. Des Aiglons qui reviennent fort depuis quelques semaines.

Mario Balotelli

Bordeaux, toujours plus bas

Une nouvelle défaite mardi dernier à Toulouse a confirmé la crise girondine. Se cachant derrière des excuses de malchance ou encore d’occasions mal négociées, les bordelais ont une nouvelle fois fait preuve d’individualisme plutôt que de collectif, avec des éléments comme Cafú, dignes d’une équipe mal classée de Nationale 3. Malgré de retour de Malcom, bien esseulé au milieu de ce marasme ambiant, les Girondins auront fort à faire contre une équipe qui retrouve des couleurs.7

 

Nice, de nouveau conquérant

Les noirs et rouges, Balotelli en tête, ont connu un bien pâle mois d’octobre avec 6 défaites de suite au compteur. Mais, depuis, les Niçois se sont -eux- fait violence, et restent sur une belle victoire devant le Nantes de Ranieri, pleine d’envie et solidarité. Un déplacement pour Bordeaux qui arrive au très mauvais moment. Où une noyade est plus probable qu’une sortie de l’eau.

 

Le dernier NiceBordeaux, ça donnait quoi ?

Les deux équipes s’étaient rencontrées le 2 avril dernier et la partie s’était jouée en 30 minutes. Balotelli et Eysseric avaient répondu à l’ouverture du score de Gaëtan Laborde, seul vrai numéro 9 des Girondins de Bordeaux. Lucien alignait cette équipe à l’époque:  Cardinale – Souquet, Dante, Le Marchand, Dalbert – Koziello, Seri – Ricardo Pereira, Belhanda, Eysseric  – Balotelli. Jocelyn Gourvennec, avait choisi ce 11: Carrasso – Sabaly, Lewczuk, Jovanovic, Contento – Vada, Toulalan, Sankharé – Malcom, Laborde, Kamano.

 

Une victoire est obligatoire. Une relégation peut arriver à n’importe quel club, comme l’a affirmé Vieira Jussiê au micro de Jérémy, interview que vous retrouverez très prochainement sur Girondins4Ever.com : « Une relégation vient d’une mauvaise gestion du club. C’est un tout. Ça arrive aussi avec des joueurs qui pensent au mercato prochain, ou à mettre plus de buts que le copain d’à-côté ».

 

Sauvez Bordeaux. La situation est plus grave que vous ne le pensez.