“Si j’étais Paulo Sousa”… (Retour sur Marseille et projection sur Brest)

Les joueurs ont semblé à bout de souffle à 15 minutes de la fin du match dimanche soir. Et pour cause, ils ont tout donné et confirmé la solidité du match à Nantes. Rien à dire sur l’état d’esprit, il a manqué peut-être un finisseur et un peu de variété, en seconde mi-temps, dans le jeu bordelais pour asseoir une domination sur les marseillais.

 

La tactique

Paulo Sousa voulait retrouver la rigueur de Nantes et sans la gêne musculaire de Benito le jour du match, l’équipe aurait été la même au coup d’envoi que contre Nantes.

Kwateng, même s’il doit parfaire sa condition physique, et Pablo sont les grands bénéficiaires du retour au 4-4-2. Notre entraineur semble avoir abandonné l’idée des pistons et de son 3-5-2 par la même occasion. Connaissant le côté opiniâtre de notre coach, il n’est pas encore certain qu’il faille ranger encore complètement ce système dans les expériences aux résultats en dents de scie.

 

L’élégance de Basic

Au milieu, au côté d’un Otavio sérieux, on a (presque) découvert un Basic au caractère extraverti sur le terrain. Sérieux, appliqué, il a endossé le costume du patron, lui trop souvent perdu dans le milieu Bordelais, traînant sa timidité depuis son arrivée en Gironde. Pardo vient de signer mais Basic avec sa technique, ses longs ballons et sa frappe de mule a marqué les esprits et des points pour la fin de saison.

Devant, Hwang, Briand et Oudin ont beaucoup couru et ont travaillé pour l’équipe tout au long du match. Mais De Préville avait quelque chose en plus que ses partenaires, une imprévisible envie d’avancer, de percuter encore et encore. Comme l’année dernière, il a subi de nombreuses fautes car comment arrêter un bulldozer qui ne se pose pas de questions, qui ne se demande pas s’il faut tenir un 0-0.

Et devant ce comportement d’exemplarité, cette conviction offensive de faire mal, on comprend ce qu’il manque à Bordeaux dans ce match comme dans le précédent à Nantes : le grain de folie.
Celui-là même qui nous amène au stade semaine après semaine, celui qui nous a fait vivre tellement de grands et inoubliables moments.
On en vient à regretter, comme pour le match à Lyon, de ne pas tenter notre serial buteur : Maja. On en vient à regretter une entrée plus rapide d’Adli alors que le valeureux Hwang tire la langue depuis déjà plus de 15 minutes.

 

Le match à Brest

Trois petits jours après avoir terminé sur les rotules, Bordeaux repart en croisade à Brest.

Pas le temps de souffler physiquement et mentalement, après une semaine toujours si particulière avec le Graal des 42 années (maintenant 43) à conserver et la décompression normale qui en découle.
Si nous voulons vivre une fin de saison à enjeu, Lille 4ème n’est qu’à 4 points, il faut conserver cette même concentration et progresser dans les 30 derniers mètres.

Kwateng et Sabaly peuvent-ils enchainer alors qu’ils sont sortis perclus de crampes ?

Paulo Sousa a indiqué qu’il ne comptait pas forcément changer de joueurs mais l’équipe n’a t-elle pas besoin d’un peu de fraîcheur ?

Maja va t-il avoir à nouveau la chance qu’il mérite, par rapport à ses statistiques impressionnantes et le besoin pour Briand de souffler ?

En l’absence d’Otavio, Pardo devrait connaître sa première titularisation et pourquoi pas quelques minutes pour Zerkane.

N’oublions pas que nous n’avions pas existé en Coupe de la ligue à Brest au début de l’hiver et que nous avions arraché un difficile 2-2 au match aller au Matmut.
Un nouveau combat attend les Girondins, plus le moment de perdre des points en route, cette équipe doit continuer à grandir malgré la tempête qui gronde sur l’extra sportif.

share_image_1580850769675