Les dessous du transfert de l’international togolais Thibault Klidje. Son agent « dit » légal témoigne

Thibault Klidjé, Souleymane Cissé et Kwaku Mawuli Avorgah

Des suites de notre article sur Thibault Klidje (Lire ICI), dernière recrue des Girondins de Bordeaux pour la réserve, nous avons voulu en savoir plus sur ces problèmes d’agents cités par la presse africaine, qui ont empêché de faire signer le joueur il y a quelques mois en Gironde. Ainsi, nous nous sommes mis en contact avec Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah de l’agence MiG Mak International Groupe, agent de joueurs licencié par la FTF Fédération Togolaise de Football, qui nous a livré sa version des faits.

 

Les premiers contacts entre les Girondins de Bordeaux et le FC Gomido Kpalime remontent à novembre 2018, avec une lettre d’intérêt signée de la main de Yannick Stopyra, souhaitant inviter Thibault Klidje à un essai au Haillan. Un essai qui aura lieu du 15 au 30 mai 2019. A l’époque, et à la suite de cet essai, aucune signature n’est intervenue et les premiers retours à l’agent du joueur, Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah, auraient été que celui-ci ne fut pas concluant. Précédemment à cette invitation, Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah a rencontré Monsieur Souleymane Cissé. Lors de cette même entrevue, étaient présents les agents de Sportback qui aujourd’hui se prémunissent d’être les agents du jeune bordelais Thibault Klidje. En août 2019, une démarche de justice est faite à l’encontre de Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah pour que le contrat avec Thibault Klidje soit déclaré « nul et de nul effet » du fait que le joueur soit mineur au 2 avril 2018, à la signature de son contrat « de médiation et de représentation ». En décembre 2019, Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah et Thibault Klidje sont convoqués par la commission de discipline de la Fédération Togolaise de Football.

 

En janvier 2020, la décision tombe (voir la décision en bas de page) : « Les juges de la commission de discipline de la FTF ont prononcé le maintien et la validation du contrat de médiation et de représentation entre Klidjé Thibault et moi. Je n’avais commis aucune faute professionnelle. Si Thibault Klidje avait voulu résilier son contrat avec moi, on devrait passer à la table des négociations et ils devraient me payer des indemnités, des dommages. C’est mon joueur, c’est mon protégé, c’est mon agence qui s’est investie en entier sur lui, de la tête jusqu’aux orteils, afin qu’il devienne ce qu’il est aujourd’hui. S’il souhaite travailler désormais avec l’agence Sportback il faudra que Sportback nous informe, on discute tranquillement, ils nous dédommagent et on souhaite le bonheur au petit » nous confie Kwaku Mawuli Avorgah.

 

Entretemps, il aurait été utilisé la technique du « transfert relais » selon Kwaku Mawuli Avorgah, qu’un spécialiste nous a expliqué. « L’idée d’un transfert relais, à la base, c’est de déplacer de l’argent vers un pays vers lequel la réglementation est moins stricte pour pouvoir se dispatcher ça entre toutes les personnes qui veulent le faire. Et pour déplacer de l’argent dans le sport, aujourd’hui, tu es obligé de déplacer le joueur. Donc quand on a de l’argent à envoyer quelque part pour se le dispatcher – en France c’est compliqué avec le DNCG et tout le reste, et même au niveau européen avec les nouveaux organismes – donc tu déplaces le joueur vers un pays où il y a moins de réglementations et moins de contrôles applicables, ce qui fait que là-bas, tu peux faire tout ce que tu veux, tout le monde te fichera la paix. Et deux semaines ou un mois après que tu aies finis ton histoire, tu ramènes le joueur dans quelque chose de plus réglementé, où il va véritablement jouer au football. En fait, c’est un transfert fictif, parfois le joueur ne se trouve même pas dans le club, on justifie juste le déplacement, on se partage l’argent, et on ramène le joueur dans l’autre sens. On utilise donc un club relais. Depuis la circulaire du 13 février 2020, ça a été interdit de déplacer un joueur, et de le re-déplacer dans l’autre sens avant 16 semaines ».

 

Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah nous confirme, nous explique et l’assure. « Ils ont finalement signé le petit à Mbila Sport en D3 amateur au Congo Brazzaville. D’abord pour pouvoir décaisser des centaines de milliers d’euros en guise de frais de transfert vers ce club, et pour se partager de cette somme en prenant le vrai agent du joueur que je suis pour un con […] Souleymane Cissé est le grand malhonnête, complice de pratiques mafieuses et illicites. Ils m’ont volé le joueur, ils l’ont placé à Bordeaux sans rien me dire. Ils ont poussé le joueur à saisir la FTF pour obtenir l’annulation du contrat […] Je n’ai rien reçu, même pas 1€ ».

 

Entretemps, un agent de la société de Sportback, qui était présent lorsque Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah a rencontré Souleymane Cissé au tout départ, Youcef Boudjemai, pose avec le joueur sur les réseaux sociaux et est probablement le représentant, au nom de Sportback, du jeune bordelais lors de sa signature (Sur Transfermarkt, Sportback est bien officiellement l’agence du joueur : voir ICI). « Youcef Boudjemai m’avait promis 50000€ dans le deal, mais depuis il ignore mes appels et messages et ce depuis qu’il soit passé dans mon dos avec le joueur » explique Kwaku Mawuli Avorgah, ajoutant qu’il a essayé de contacter les Girondins de Bordeaux pour leur en faire part mais qu’il n’a à ce jour toujours aucune réponse. « J’ai envoyé par deux fois des courriers-mails à Bordeaux pour qu’ils m’informent de leurs conclusions après les essais de Thibault Klidje passés en mai, mais également pour savoir s’ils n’étaient pas passés dans mon dos avec le transfert à Mbila Sport en D3 ; je n’ai toujours aucune réponse. Pour moi, c’est évident, dès le départ, l’affaire était biaisée. L’agence Sportback, avec laquelle travaille Youcef Boudjemai, un associé de Monsieur Nicolas Onisse, m’avait clairement signifié que le test à Bordeaux n’avait pas marché, qu’il n’était pas concluant. Puis on me rappela ensuite pour me dire qu’il y avait une possibilité d’intégrer mon joueur à Bordeaux, sous contrat avec l’agence, mais à une seule condition : que le joueur devait accepter de transiter par la Côte d’Ivoire ou le Congo Brazzaville par un club de D2 ou D3 d’abord, ce qui devait leur permettre d’envoyer 250000€ vers les comptes du nouveau club en guise de frais de transfert du joueur… En janvier, une demande de CIT dans le TMS en provenance de Congo Brazzaville a été validée par la Fédération Togolaise de Football, et fin janvier le transfert à Bordeaux a eu lieu. C’est une pure mafia ! Il s’agit d’un transfert relais, surement effectué avec la complicité des dirigeants du club. Il s’agit de pratiques illicites qui appauvrissent les clubs et agents africains… ».

Monsieur Kwaku Mawuli Avorgah s’est dit déterminé à aller beaucoup plus loin dans les démarches, avec une action en justice.

Ci-dessous, retrouvez tous les documents fournis par ce dernier, notamment les décisions de justice approuvant que Thibault Klidje soit bien sous contrat avec lui.

Bien sûr, si les Girondins de Bordeaux, Souleymane Cissé, ou l’agence Sportback souhaitent réagir, vous pouvez nous contacter pour un droit de réponse.

 

Le courrier de réponse à la saisine de la part de MiG, adressé à la FTF :

La lettre de convocation des parties de la part de la commission de discipline :

La décision prise par les juges de la commission de discipline de la FTF :