[Bilan de la saison 2019-2020] Episode 5 – Le Mercato à venir (by Guillaume)

Pas d’argent mais des idées ?

Bordeaux va devoir vendre et dégraisser un effectif pléthorique.
Attention, tout de même, de ne pas se débarrasser trop rapidement de joueurs dont la côté pourrait monter cette année ou de jeunes prometteurs.

Côté achat, les joueurs libres semblent être la cible prioritaire en évitant les salaires élevés et les durées de contrat trop longues.

1 – Les gardiens

La direction a tranché Paul Bernadoni, dont la côte ne cesse d’augmenter depuis plusieurs années, a été vendu à Angers. Avec une vente autour de 7,5 millions et des bonus, Bordeaux réalise une bonne affaire à court terme. Si il explose au plus haut niveau, il coûtera bientôt plus du double et avec le retour annoncé dans un futur plus ou moins proche de Benoit Costil en Bretagne, le club devra à nouveau investir dans ce secteur et avec le recul nous regarderons cette transaction avec un regard moins positif.

Dans ce cadre, le prêt de Gaëtan Poussin a un club de deuxième division nous permettrait de jauger sur son niveau et lui permettre, pourquoi pas, de revenir avec l’espoir de prendre une place vacante d’ici un ou deux ans.

La vente annoncée d’Over Mandanda, si elle se confirme, empêcherait le prêt de notre doublure actuelle (Bordeaux n’investira pas dans ce secteur cette année).

2 – La défense

Le travail d’Eduardo Macia sera important pour réduire le nombre de joueurs dans l’arrière garde girondine.

A droite, Youssouf Sabaly, souvent blessé et aux performances en dents de scie, devrait être vendu si les dirigeants ne sont pas trop gourmands. Autour de 10 millions, il y a encore un an, Bordeaux peut en espérer 5 à 6 millions si un club anglais s’intéresse à lui. Par contre, personne ne comprendrait la vente d’Enock Kwateng, véritable révélation à droite, venu libre de Nantes l’été dernier, et dont la valeur pourrait exploser si Paulo Sousa lui accorde un peu plus de confiance tout au long de la saison.
Dans la perspective d’amener les jeunes à maturité, Alexandre Lauray (de retour d’un prêt concluant à Dunkerque) ou Ismaël Sow (qui peut jouer à droite comme à gauche) pourraient être des doublures au nantais.

Sur le côté gauche, Maxime Poundjé comme Paul Baysse (en défense centrale) doivent être libérés de leur dernière année de contrat afin de faciliter leur transfert chez un promu par exemple, en quête d’expérience en Ligue 1. A moins qu’un nouvel entraineur leur fasse confiance ?

Loris Benito n’a pas convaincu à gauche et avec l’abandon du 3-5-2, c’est l’embouteillage en défense centrale. Avec un salaire important et devant l’intérêt d’un club italien (Rome ?), Bordeaux devrait peut peut-être se poser la question d’une vente raisonnable entre 3 et 5 millions d’euros. Ismaël Sow a une carte à jouer et Paulo Sousa un signal fort à envoyer dans une année sans Coupe d’Europe et où de nombreux contrats pros viennent d’être signés.

En défense centrale, nous avons 5 joueurs (6 joueurs si on rajoute Loris Benito) pour deux postes. Sans compétition européenne, Bordeaux pourrait partir avec 3 joueurs + 1 jeune. On a vu ci-dessus les cas Loris Benito et Paul Baysse.

A côté de l’indéboulonnable Laurent Koscielny, même si personne n’a encore compris les termes de son contrat, Pablo Castro et/ou Edson Mexer devraient faire leurs valises. Ce dernier en tout cas veut retrouver un véritable poste de défenseur central.

Pour le premier cité, il rentre dans sa dernière année de contrat et il vise désormais un club plus huppé ou un retour au Brésil. Seul problème, il revient de blessure. Bordeaux peut espérer autour de 5 millions et pas beaucoup plus si le joueur ne prolonge pas. Pour le second, un salaire important et une année moyenne risque de repousser les prétendants. Si Bordeaux a une proposition qui plait au joueur, il faudra peut-être oublier une indemnité de transfert. La réalité du marché, surtout après le Covid-19, nous pousse à croire qu’une défense centrale Laurent KoscielnyEdson Mexer est probable pour démarrer la nouvelle saison. Une défense expérimentée qui pourrait être accompagnée par le serbe Vukasin Jovanovic, irréprochable sur la mentalité et qui a progressé depuis l’arrivée de Paulo Sousa. Si la valeur marchande du joueur est un attrait pour la direction (autour de 5 millions), alors conserver Paul Baysse pour remplacer les deux titulaires du poste serait une décision de bon sens.

On peut voir que ce secteur peut ne pas être affaibli, au contraire moins de concurrence pourrait faciliter les problèmes de vestiaire, tout en diminuant la masse salariale, faire rentrer de l’argent dans les caisses et mettre en avant nos jeunes joueurs pour l’évolution du club et de leurs valeurs marchandes.

 3 – Le milieu de terrain

La manière d’aborder ce secteur sera révélateur des ambitions de nos dirigeants. Otávio vient de réussir sa meilleure saison, sa côte est estimée autour de 10 millions.

Le joueur clame au haut et fort son souhait de rejoindre la Seleçao et malgré un passage à vide, son volume de jeu commence à intéresser des clubs des grands championnats européens. Le vendre maintenant, c’est ne pas comprendre à mon avis, que sa côte ne cesse d’augmenter. Après l’avoir prolongé, il doit devenir le patron devant la défense et Bordeaux pourra espérer alors 2 à 3 fois plus que 10 millions quand la crise sera passée. La valeur marchande d’un club évolue positivement ou négativement dans sa capacité à vendre au bon moment. A son même poste Mauro Arrambarri a été cédé (gratuitement ?) pour faire la place à… Otávio. Deux ans après, plusieurs clubs sont prêts à lever sa clause libératoire de 25 millions.

A côté de lui, l’émergence du croate Toma Basic, avec le départ d’Aurélien Tchouaméni, doit se confirmer par une année pleine et avec la confiance de son coach. Faut-il acheter un nouveau joueur dans ce secteur ? Un joueur à bas coût qui n’aura pas forcément une valeur ajoutée pour l’équipe.

Pour les accompagner, Ruben Pardo par sa touche technique apporte une autre palette disponible au jeu bordelais et comme indiqué dans l’épisode 3 et dans le cadre du développement de l’académie, Albert Lottin peut être par son volume la bonne pioche de Paulo Sousa. Attention de ne pas le vendre ou de le libérer à un club qui le revendra beaucoup plus cher d’ici un à trois ans.

Yacine Adli doit être au cœur du projet Girondins comme Josh Maja, il représente l’avenir des Girondins tant sur le plan sportif que financier. Paulo Sousa doit lui donner les clés du jeu bordelais dès les matchs de préparation. Il va avoir le temps de travailler le foncier et se préparer au mieux ainsi au niveau athlétique, son principal défaut avec la concentration. Si Bordeaux le vend, même à 10 ou 15 millions, alors nous pourrons définitivement enterrer un projet américain qui bat déjà de l’aile !

Pour le remplacer ou l’accompagner dans sa progression, c’est peut-être le seul compartiment du jeu où un joueur expérimenté lui permettrait de souffler et de l’aider à gagner en expérience.
La piste Angelo Fulgini, meneur de jeu polyvalent (il a même joué arrière droit) et à qui il ne reste qu’un an de contrat serait la meilleure pioche du mercato bordelais.

4 – L’attaque

Dans ce secteur, Bordeaux peut vendre sur le côté gauche et droit sans risque car les joueurs ont été empilés. François Kamano devrait partir si Bordeaux n’est pas trop gourmand pour une somme entre 5 et 6 millions. Si Nicolas De Préville prolonge alors il devrait être en concurrence avec Rémi Oudin et Hwang Ui-Jo. S’il ne prolonge pas, il devra être vendu et Samuel Kalu conservé, encore un joueur qui n’a pu s’exprimer à son poste de prédilection cette année. Le vendre, à sa côte la plus faible, serait une nouvelle erreur de la direction. En même temps, nous avons bien bradé notre espoir Yassine Benrahou, au grand plaisir des crocodiles nîmois. Un prêt du nigérian avec une option d’achat autour des 13 millions nous permettrait d’attendre sereinement les performances du joueur. Si le joueur reste, un repositionnement en soutien de l’attaquant, comme à la grande époque de Sylvain Wiltord, redonnerait surement des couleurs à un joueur sous côté actuellement.

Pas de surprise pour ceux qui lisent mes articles, Josh Maja doit devenir le fer de lance de l’attaque girondine, la présence de Jimmy Briand doit peu à peu s’effacer devant l’insouciance et l’efficacité de l’attaquant anglais/nigerian.

Bordeaux prospecte, Bordeaux s’intéresse à des joueurs de plus de 30 ans. Que vont-ils apporter de plus que Jimmy Briand ? Surtout que les caisses sont vides et qu’un grand buteur est trop cher.

Enfin, Gabriel Lemoine pourrait apparaître par petites touches. La jeunesse au pouvoir, entourée par l’expérience. Sans argent, il reste toujours des idées.

 

Récapitulatif :

Ventes :

Paul Bernardoni – 7,5 millions

Youssouf Sabaly – 5 millions

Loris Benito – 4 millions

Pablo – 5 millions

François Kamano – 6 millions

Yassine Benrahou – 1,5 millions

Vukasin Jovanovic : 5 millions

Montant espéré avec ces ventes : autour de 35 millions d’euros

Prêt :

Samuel Kalu – Option d’achat (minimum 13 millions)

Albert Lottin – Prolongé puis prêté

Gaëtan Poussin

+ prêt de Boupendza, Logan Delaurier-Chaubet…

Achat :

Angelo Fulgini

 

Equipe type possible :

Benoit Costil – Enock Kwateng, Laurent Koscielny, Edson Mexer, Ismaël Sow – Otávio, Toma Basic – Yacine Adli – Remi Oudin, Josh Maja, Nicolas De Préville (Samuel Kalu ou Hwang Ui-Jo)

Remplaçants : Angelo Fulgini, Jimmy Briand, Paul Baysse, Hwang Ui-Jo, Ruben Pardo, Albert Lottin, Gabriel Lemoine, Over Mandanda.

 

Et vous, si vous deviez constituer le prochaine effectif des Girondins de Bordeaux avec l’obligation de vendre et sans pouvoir acheter, comment vous façonneriez le groupe pour la saison 2020 – 2021 ?