[J2] L’analyse complète d’Angers-Bordeaux (Tops, Flops, joueur par joueur)

(Photo by Eddy Lemaistre/Icon Sport)

On a souvent pointé l’année dernière le mental défaillant de l’équipe qui pouvait exploser au moindre pressing adverse. On se souvient du match à Reims, à Brest où menant au score et en supériorité numérique, l’équipe en déliquescence, était incapable de conserver un résultat.

Dimanche, que ce soit au début de la rencontre ou dans les 20 premières de la seconde période, Bordeaux a semblé serein malgré les vagues adverses. Le retour et l’apport de Yacine Adli dans les prochaines semaines au cœur du jeu devraient permettre également de faire remonter le bloc, comme demandé par Jean-Louis Gasset, d’une dizaine de mètres dans les moments compliqués.

Parole à la défense !

Benoit Costil (6) a finalement vécu une rencontre assez tranquille devant la difficulté adverse dans les frappes cadrées tout au long de la rencontre.

Youssouf Sabaly (6) à droite, a semblé plus en jambes que la semaine dernière, il a tenu 90 minutes à haute intensité avec de nombreuses courses vers l’avant. Attention tout de même à son positionnement, il est souvent pris à défaut dans son dos. Heureusement, il a été parfaitement secondé par Paul Baysse (7) qui est venu fermer son couloir. Quelle renaissance pour ce joueur qui rêvait de réussir et de s’épanouir dans son club formateur. Au côté de Laurent Koscielny (7), ils forment un mur, au sol et dans les airs ils ont été impériales, sans concéder quasiment de fautes pendant toute la rencontre. L’ancien joueur d’Arsenal a rajouté plusieurs tacles propres. Le nouveau capitaine des Girondins semble être le nouveau phare de l’équipe. Le calme et la sérénité de ces deux joueurs, aidés par notre gardien, doivent permettre de mieux voyager et de gérer les temps forts et faibles avec intelligence et recul. A gauche, Loris Benito (6) a connu une première mi-temps compliquée, manquant de rythme, il a semblé emprunté à l’instar de son pendant à droite Youssouf Sabaly, contre Nantes. Alors qu’on pensait le voir décliner encore un peu plus en seconde mi-temps, il est au contraire monté en puissance et il a été très solide à gauche lorsque l’équipe angevine a tenté d’accélérer. Dans une défense à 4, il a des repères et on pourrait voir un autre visage de l’international suisse cette saison.

Les travailleurs de l’ombre… et de la lumière

Otavio (7), travailleur infatigable, spécialiste du grattage de ballons (on devrait faire une statistique sur ce point juste pour lui), il est avec la défense centrale et Benoit Costil le garant de la fondation girondine indispensable pour exister dans ce championnat. L’année d’Otavio ? Pendant longtemps, après chaque rencontre la même question : le brésilien est-il complémentaire avec le croate Toma Basic (7) ? De nombreux observateurs et supporters en doutaient. La transformation de Toma Basic a mis tout le monde d’accord, on a compris après le départ d’Aurélien Tchouaméni qu’il valait mieux que son rôle de doublure, on peut même parler de placard pour ce joueur pendant de nombreux mois. Comme souvent à Bordeaux, on a failli découvrir son potentiel à l’occasion d’un transfert dans un autre club. Étincelant pendant 90 minutes, il a progressé dans le combat physique, il est capable de casser des lignes, son but vient confirmer une performance XXL. En espérant que les observateurs étrangers étaient absents des travées du stade Raymond Kopa ce dimanche car il pourrait vite fouler d’autres pelouses dans un autre pays.

Une ligne de 3 pour défendre et provoquer

Si on ne regarde le match de Rémi Oudin (6) et Hwang Ui-Jo (6) que par le prisme ou le diktat des occasions ou des décalages réussis, on peut penser que les deux excentrés sont passés à côté de leur rencontre. Mais si Bordeaux a franchi cette deuxième journée sans but encaissé, il le doit également à ces deux joueurs. Devant les difficultés de Loris Benito, il n’a eu de cesse de venir lui prêter main forte perdant de l’influx offensivement. De l’autre côté, Rémi Oudin par sa technique en mouvement, ses permutations avec le sud-coréen, ont gêné considérablement l’équipe de Stéphane Moulin. Ils auraient pu plier définitivement le match à l’heure du jeu, sur une merveille de centre de Rémi Oudin, la volée pas assez appuyée de Hwang Ui-Jo n’a pas permis de concrétiser une belle action des deux joueurs. Hwang Ui-Jo doit malgré tout lever un peu plus la tête lors de ses raids solitaires. Un défaut qu’il partage avec Nicolas De Préville (6,5), qui fonce encore parfois tête baissée. Mais on peut difficilement lui en vouloir car dans ce rôle au centre du terrain, il excelle avec des positions entre les lignes difficilement lisibles par les milieux adverses. Il avait du carburant dimanche, il n’a pas arrêté d’avancer, de provoquer, de faire des différences. Bien entendu, comme face à Nantes, il y a eu du déchet mais en jouant sans le frein, il use les défenses et oblige les blocs adverses à se méfier et reculer.

Enfin un buteur à Bordeaux ?

Depuis Pedro Miguel Pauleta et à un degré moindre Fernando Cavenaghi, Bordeaux recherche cet attaquant qui pourra mettre plus de 15 buts par saison (total de Diego Rolan en championnat lors de la saison 2014-2015). Anthony Modeste aurait pu être ce joueur mais son efficacité dans la surface de réparation a débuté en Allemagne. Josh Maja (6), auteur de 8 buts l’année dernière en 24 apparitions (souvent remplaçant), semble avoir la confiance de l’entraineur qui parle d’attaquant « racé ». Ses détracteurs diront qu’il est parfois un peu « tendre » au contact et qu’il disparaît parfois totalement de la rencontre. Il est vrai qu’il a encore besoin d’un peu de bouteille, que son jeu aérien est perfectible (il ne peut pas être utilisé comme un pivot ou en remise). Mais au sol et dos au but, il est capable par sa technique de conserver le ballon pour permettre la remontée du bloc. Par contre, il est toujours bien positionné devant le but, il rate une occasion 5 minutes avant d’ouvrir le score et pourtant il ne doute pas. Ses appels ne sont pas encore toujours compris par ses partenaires mais il y a du mieux et le retour de Yacine Adli devrait l’aider pour trouver la profondeur. Si Josh Maja se met à marquer, il commencera également à être surveillé de près par les adversaires laissant des espaces, des ouvertures pour Nicolas De Préville, Hwang Ui-Jo, Rémi Oudin ou Samuel Kalu.

Les remplacements

Jimmy Briand risque de moins jouer cette année avec l’éclosion de Josh Maja mais il sait que la saison est longue et qu’il aura l’occasion de jouer au minimum une vingtaine de rencontres (sans compter les blessures). Il est rentré hier avec beaucoup d’envie, apportant son expérience pour les 25 dernières minutes. Son rôle dans le vestiaire sera aussi déterminant dans les périodes où la confiance peut s’éteindre lentement à la suite de deux ou trois revers successifs. Son rôle de « grand frère » vis à vis de Josh Maja doit accélérer la maturité de ce dernier. Pas de retour ou d’avis sur Samuel Kalu et Ruben Pardo qui n’ont joué trop peu (une dizaine de minutes) et encore moins pour Maxime Poundjé entré pendant les arrêts de jeu. Remarquons tout de même qu’avec les prochains retours de Pablo Castro et Yacine Adli, Bordeaux possède pour le moment (attendons la fin du mercato) une belle profondeur de banc.

Les grands perdants

Alexandre Mendy qui n’avait pas démérité pendant la préparation, Edson Mexer et Vukasin Jovanovic (avec le retour de Paul Baysse et bientôt Pablo Castro) sont les joueurs qui ont le plus pâti du changement d’entraineur. Enock Kwateng semble également en retard par rapport à Youssouf Sabaly mais ce dernier pourrait quitter le club avant la fin de mercato.

Les axes de progression pour le prochain match contre Lyon

  • Un meilleur apport offensif des latéraux tout en conservant notre assise défensive
  • Un attaquant en soutien de Josh Maja
  • Une meilleure sortie et conservation de balle dans les phases de pressing adverse
  • Une position un peu plus haute sur le terrain pour ne pas trop subir

 

La feuille de match

J2 de L1 Uber Eats, dimanche 30 août 2020, stade Raymond-Kopa
Angers SCO 0-2 Girondins de Bordeaux
Buteurs : Josh Maja (25′) / Toma Basic (27′)
Avertissements : Santamaria (84′) // Oudin (37′), Sabaly (54′), Basic (65′)
Arbitre : Karim Abed
Angers SCO : Bernardoni | Doumbia – Thomas – Traoré – Bamba | Santamaria | Thioub (Cho 81′) – Mangani (Bobichon 80′) – Fulgini (Coulibaly 90’+1) – El Melali (Capelle 66′) | Kanga (Bahoken 66′)
Bordeaux : Costil | Benito – Koscielny – Baysse – Sabaly | Otavio – Basic | Oudin (Poundjé 90’+1) – de Préville (Pardo 78′) – Hwang (Kalu 78′) | Maja (Briand 66′)

 

Les Tops (pas de Flops)

  • Une charnière centrale pour voyager : Paul Baysse (7) et Laurent Koscielny (8) ont confirmé toutes les bonnes impressions du premier match contre Nantes. Ils ont apporté calme et sérénité dans les temps forts angevins. Propres dans la relance, ils n’ont laissé que des miettes dans les airs.
  • Une animation offensive en progrès : un bordeaux séduisant avec un Nicolas De Préville (6,5), replacé dans le cœur du jeu et toujours en percussion vers l’avant, Hwang Ui-Jo (6) et Rémi Oudin (6), intelligents dans leurs appels et Josh Maja (6,5), buteur intéressant dans son pressing et sa qualité technique dos au but.
  • La paire Otávio et Toma Basic : Travailler pour l’équipe. On connaissait le volume de jeu d’Otávio (7), on a découvert le coffre de Toma Basic (7). Impressionnant pendant ses 90 minutes sur la pelouse. Harcelant sans cesse les milieux angevins, il a marqué un but d’attaquant et a percé plusieurs fois la défense d’Angers sur des accélérations. Techniquement très fin, il alterne jeu court et jeu long avec facilité.
  • Le coach Jean-Louis Gasset : en 3 semaines, on voit déjà sa patte. Il a redonné une âme à son groupe. Solide et solidaire, Bordeaux peut voir loin avec cet état d’esprit. Le retour en 4-4-2, des attaquants libérés, un groupe concerné où même les remplaçants semblent pleinement impliqués.