[J6] L’analyse complète de Bordeaux-Dijon (Tops, Flops, joueur par joueur, tactique)

(Photo by Sandra Ruhaut/Icon Sport)

Comme dans l’analyse d’une défaite, il faut parfois rester mesuré au lendemain d’une victoire. Nous avons surement vu, avec Dijon, l’une des équipes les plus faibles de notre championnat au Matmut Atlantique ce dimanche. L’équipe de Jean-Louis Gasset a encore du travail mais plusieurs signes positifs ont été envoyés par l’entraineur et par ses joueurs. Dans 15 jours, un défi d’un autre calibre attendra notre équipe, avec une défense de fer (5 clean-sheets en 6 rencontres) et en espérant que nous n’oublierons pas de jouer (et non juste défendre comme nous en avons pris trop souvent l’habitude depuis plusieurs années contre Paris, Lyon et Marseille), nous pouvons espérer un résultat positif.

 

Les choix cohérents de Jean-Louis Gasset

Devant le néant offensif proposé face à Nice, beaucoup d’entraineurs auraient chamboulé le schéma et les hommes. Notre coach a un chemin. Tout d’abord, à part l’essai infructueux du 3-5-2, il a conservé sa base, sa défense à 4, il a remplacé Paul Baysse par Pablo presque naturellement et sans accroc, et il a conservé son soutien à ses deux latéraux malgré des productions en demi-teinte.

Contre Dijon, le premier rempart Benoit Costil (6) a vécu une après-midi des plus reposantes mais quand il a eu à se déployer (comme à la 40ème minute), il l’a fait avec classe et assurance.

Laurent Koscielny (7) a été l’homme du match (voir plus bas) et Pablo (6) fut impérial dans les airs à défaut d’être à l’aise dans la relance. La position à gauche ne lui convient pas pleinement mais comment intervertir alors que Laurent Koscielny marche sur l’eau depuis le début de la saison. Sur les côtés, Youssouf Sabaly (6) et Loris Benito (6) ont réalisé un match plein avec de nombreux centres de qualités (une nouveauté). Le premier cité doit tout de même faire attention à sa concentration et ses pertes de balle dans des zones dangereuses. Le suisse a réalisé (enfin) un match complet avec les Girondins. Comme pour son compère de l’autre côté, il a bénéficié il est vrai d’un manque d’adversité sur son côté mais il est apparu plus vif et affuté que jamais.

Devant son socle, notre coach a décidé de laisser sur la pelouse Yacine Adli (5,5), Josh Maja (4,5) et Samuel Kalu (6,5) alors que leurs complémentarités n’avaient pas sauté aux yeux une semaine plus tôt. Cette confiance de leur entraineur, la stabilité qu’il met en place, sa compréhension des manques et des ressorts indispensables de son effectif pour tenter d’effacer les stigmates d’une saison éprouvante où plusieurs joueurs ont notamment semblé perdre leur football dans des positionnements contre nature. Yacine Adli est repositionné plus haut (même s’il a dû descendre en pointe basse hier en l’absence d’Otávio), Samuel Kalu a retrouvé cette position plus haute à gauche pour dribbler et provoquer, ses deux grandes qualités. Bien entendu, tout n’a pas été parfait de la part de ces deux joueurs, le jeune français rate encore trop de passes faciles pour un joueur de sa qualité technique mais on a retrouvé un Yacine Adli plus mobile et dynamique, en net progrès par rapport à la semaine dernière. Pour Samuel Kalu, même constat, il avait été intéressant contre Nice, il a été virevoltant tout au long de la première mi-temps. Comme la semaine passée et souvent depuis son arrivée à Bordeaux. Il a un peu disparu en seconde mi-temps (problème physique ?) mais il pourrait s’installer durablement comme titulaire avec des prestations de cette qualité.

Pour Josh Maja (4,5) (voir plus bas), Jean-Louis Gasset semble patient et attendre le déclic afin de lui donner complétement les clés de notre attaque. Toujours bien placé et avec des appels de qualité, on peut penser que cela n’est qu’une question de temps.

Les indéboulonnables pour Jean-Louis Gasset

Nicolas de Préville (4) (voir plus bas) semble intouchable pour Jean-Louis Gasset malgré des performances décevantes. Là encore, il lui maintient sa confiance et parie sur le passage à vide qu’il ne veut pas sanctionner. Toma Basic (6) est presque devenu un cadre en quelques semaines. Malgré un match moyen, il a encore fait admirer sa frappe et sa patte gauche et il est récompensé de ses multiples tentatives depuis le début de saison par un deuxième but (après Angers). On est content de le conserver !

Le retour de Rémi Oudin

Un match catastrophique à Lens et on aurait pu imaginer le voir errer sur le banc pendant plusieurs semaines mais notre coach a pris également sa part de responsabilité. Il sait que ce poste de piston gauche n’était pas pour lui et l’a relancé dans une position plus offensive à droite, position parfaite qui lui permet de se remettre sur sa patte gauche et d’étaler une technique au-dessus de la moyenne. Encore un joueur qui reprend confiance et qui pourrait enfin démarrer son aventure bordelaise. A noter, un premier but sur coup franc, dans cette exercice l’omniprésence de Nicolas De Préville (pas toujours en réussite) commençait à devenir pesante, le rémois en plus du croate et du jeune Yacine Adli sont des alternatives à prendre en compte dans les prochaines semaines.

Les remplaçants et l’entrée sans complexe de Dilane Bakwa

Alors que les entrées poussives de Jimmy Briand, attention à l’année de trop, et Hwang Ui-Jo, l’ombre de lui même depuis le début de saison, ont coïncidé avec un moment de flottement de notre équipe, l’entrée du petit jeune Dilane Bakwa, sans complexe, a redynamisé l’ensemble. Il est d’ailleurs à l’origine du 3ème but de Toma Basic avec une belle frappe sèche du gauche repoussée par le gardien dijonnais dans les pieds du croate.

15 jours désormais pour continuer à travailler les automatismes, la justesse, un rythme soutenu pour garder une qualité sur 90 minutes. Les centres, les coups de pied arrêtés, la variation du jeu, les transversales sont encore des chantiers à approfondir pour enfin pouvoir dire et entendre dans les mois à venir : Bordeaux a une identité de jeu !

Les Tops

Laurent Koscielny (7) : Que dire de plus que lors des 5 premières rencontres ? Notre capitaine semble vivre une seconde jeunesse. Impérial et infranchissable, il a relancé proprement et a su également percer le premier rideau dijonnais pour prêter main forte à son milieu de terrain. Chapeau l’artiste !

Samuel Kalu (6,5) : Insaisissable en première mi-temps, il a donné le tournis à la défense de Dijon. Récompensé par un but, il aurait pu être l’homme du match s’il ne s’était pas éteint en seconde mi-temps

5ème Clean-Sheet : A part lors du déplacement à Lens où la défense – mais également l’ensemble de l’équipe – a semblé fragile dans un schéma en 3-5-2, la défense bordelaise est la grande satisfaction de ce début de championnat.

L’animation offensive : du mouvement, de la justesse et de la rapidité dans les transmissions (surtout en 1ère mi-temps) et 3 buts. Même si l’opposition était faible ce dimanche, Jean-Louis Gasset et ses joueurs connaissent désormais les ingrédients pour faire trembler les filets adverses.

Les Flops

Nicolas De Préville (4) : On ne peut pas lui reprocher de se battre, de provoquer mais depuis plusieurs semaines il n’arrive plus à faire les bons choix. Pour éviter de s’éparpiller, il a laissé sa place sur les coups de pieds arrêtés. Malgré tout, il l’a joue trop souvent solo et son manque d’altruisme dépeint avec un jeu bordelais plus simple et plus vertical. Il doit se ressaisir, même si nous n’oublions pas qu’il est tout de même passeur décisif lors de ce match.

Josh Maja (4,5) : Il a été très intéressant dans son jeu dos au but, décrochant pour aider son milieu de terrain à remonter, il est toujours bien placé et ses appels en profondeur de qualité montrent une meilleure compréhension du jeu de ses coéquipiers. Malgré tout sa maladresse devant le but vient entacher sa prestation. On sent qu’il lui manque un but pour éviter de tergiverser devant la cage adverse.

La seconde mi-temps : On aurait aimé que la seconde mi-temps ressemble à la première, surtout que les joueurs de Dijon semblaient perdus sur la pelouse. Mais le constat est implacable, quand nos joueurs n’exercent plus de pressing, quand ils ralentissent le jeu, alors nous redevenons une équipe friable et ennuyeuse. A méditer pour la suite de la saison.

La feuille de match

Bordeaux – Dijon : 3-0 (2-0 à la mi-temps) – 6ème journée de Ligue 1.
À Bordeaux (Matmut Atlantique), le 4 octobre, coup d’envoi à 15h
Entraîneur de Dijon : Stéphane Jobard
Composition de Dijon : Saturnin Allagbé (16), Fouad Chafik (26), Bruno Ecuele Manga (25), Anibal Chala (13), Jonathan Panzo (4), Didier Ndong (22), Mama Samba Baldé (17) (puis Aurélien Scheidler à la 74ème), Eric Junior Dina-Ebimbe (8), Pape Cheikh Diop (6) (puis Wesley Lautoa à la 82ème), Mounir Chouiar (21), Roger Assalé (15) (puis Bersant Celina à la 59ème)
Entraîneur de Bordeaux : Jean-Louis Gasset
Composition de Bordeaux : Benoît Costil (1), Loris Benito (23), Youssouf Sabaly (20), Laurent Koscielny (6), Pablo Nascimento Castro (3), Toma Bašić (26), Yacine Adli (19) (puis Paul Baysse à la 86ème), Rémi Oudin (28) (puis Ui-Jo Hwang à la 62ème), Nicolas de Préville (12) (puis Mehdi Zerkane à la 77ème), Samuel Kalu (10) (puis Dilane Bakwa à la 77ème), Josh Maja (9) (puis Jimmy Briand à la 62ème)
Buts : Oudin (12ème), Kalu (29ème), Bašić (89ème)
Avertissements : Pablo (71ème), Kalu (74ème) pour Bordeaux, Eric Ebimbe (38ème), Panzo (62ème), Chouiar (74ème) pour Dijon. Aucun joueur expulsé.