[J15] L’analyse complète de Bordeaux/Saint-Etienne (Tops, Flops, notes, joueur par joueur, tactique, feuille de match, vidéo)

Rechute ?

Même si Paul Baysse refuse l’idée d’une rechute, on a vu en seconde mi-temps à Lille et contre St-Etienne le retour d’une équipe défaillante techniquement.
Jean-Louis Gasset parle de fatigue, un discours un peu étonnant quand on voit par exemple les lillois enchaîner les victoires tous les 3 jours.

Une grosse difficulté contre les blocs bas 

Les lillois ont laissé le ballon au bordelais en deuxième mi-temps, jouant plus bas, Claude Puel a également proposé un bloc bas, explosif en contre.
On a pu malheureusement voir les difficultés que nous avons à contourner ou transpercer ces blocs.

Les raisons : 
Une difficulté à mettre du rythme, de la vitesse ce qui permet à l’adversaire d’être trop rarement acculé sur son but.
Des latéraux qui n’apportent pas assez offensivement avec une qualité de centre médiocre.
Pas assez d’appels de nos attaquants dans la profondeur et une habitude à tenter l’action individuelle plutôt que collective aux abords de la surface de réparation.
A Rennes ou à Paris, Bordeaux a eu moins de complexité dans ce domaine. Bien défendre en bloc et contrer avec une remontée rapide et souvent de l’espace, les consignes sont plus simples.
L’épisode des 4 changements mercredi résume bien ce postulat.
A Paris, les 3 changements avaient été un coup de poker réussi par Jean-Louis Gasset mais dans un contexte bien différent.
Un PSG fatigué, avec des lignes étirées, se jetait à l’attaque laissant des trous béants défensivement.
L’apport de Yacine Adli par sa technique ou Nicolas De Préville par sa vitesse fut tout de suite bénéfique dans ce contexte.
Contre une équipe plus compacte mercredi l’apport de Nicolas De Préville et Jimmy Briand notamment est plus discutable.

La vitesse de Samuel Kalu manque

Dans ces matchs avec peu d’espace, on a besoin de joueurs qui provoquent balle aux pieds, Hatem Ben Arfa (5) quand il est bien pris et sûrement un peu fatigué, aurait apprécié l’apport de Samuel Kalu pour le remplacer dans ce rôle.
Par sa vitesse, il apporte également le déséquilibre et avec un Hwang Ui-jo en forme et proposant de nombreux appels en profondeur, de nouvelles brèches se seraient sûrement ouvertes.

Un ensemble… moyen

Un Enock Kwateng (4) et un Youssouf Sabaly (4) inoffensifs et martyrisés par un Arnaud Nordin très remuant. Une défense centrale solide mais qui n’a pas pu apporter ni surnombre, ni le vent de la révolte. Un Otávio (5), trop lent dans ses transmissions et qui a tendance à ralentir un jeu déjà dans un tempo trop bas.
Trop de déchet technique et l’impression d’un ensemble sans maîtrise.
Bordeaux se déplace à Strasbourg, une équipe où nous avons souvent chuté ces dernières années et qui semble revigorée par sa victoire probante à Angers.
Mais nous n’avons pas le choix, une troisième défaite et la crise risque de réapparaître juste avant la trêve et un mercato qui risque d’affaiblir plus que de renforcer à nouveau notre effectif.
Et dire qu’il y a une semaine, Jean-Louis Gasset nous indiquait qu’il sentait que le groupe commençait à exister… tout va si vite en football.
A lui et son groupe de faire ( à nouveau) démentir les sceptiques et nous offrir deux victoires de suite avant la trêve.

Les Tops

Benoit Costil (6). Comme face à Lille, le score aurait pu être plus sévère sans le portier des Girondins. Il a empêché le 0-2 juste avant l’égalisation et plusieurs arrêts décisifs en seconde mi-temps. On peut juste regretter son placement un peu trop avancé (comme souvent) sur le 1er but même si la frappe est chirurgicale.

Hwang Ui-Jo (6). Une première mi-temps de haute volée avec de nombreux appels intéressants et un vrai but d’attaquant. Il a eu plus de difficultés à rentrer au début de la seconde période avec des mauvais choix et des erreurs techniques. Il ne méritait pas malgré tout d’être remplacé si rapidement. Son mécontentement visible lors de son changement est compréhensible.

Les Flops 

Josh Maja (2). Une accélération et une belle frappe du gauche en fin de première mi-temps, voilà le Josh Maja qu’on aime voir. Malheureusement cette spontanéité n’existe quasiment plus chez le nigérian. On le voit parfois revenir défendre jusqu’à 20 mètres de notre but, alors qu’on aimerait le voir faire plus de courses vers l’avant. Ce mois de décembre devait lui permettre de retrouver son instinct de buteur, il est devenu un joueur de pivot, en progrès, mais est ce-vraiment ce que l’on attend de ce joueur ?

Toma Basic, Yacine Adli (3). Ils devaient être les joueurs nous permettant une meilleure transition dans le jeu vers l’avant. Trop brouillons et souvent mal positionnés, ils ont été à l’image de l’équipe, désordonnée. Donnant une impression de maîtrise chez les stéphanois et le sentiment que notre équipe a joué par à-coups.

Jouer 45 minutes et gagner un match ? Contre Lille, Bordeaux a joué la première mi-temps puis s’est éteint. Contre Saint-Etienne, il a fallu 20 minutes en première mi-temps et 25 en seconde pour se mettre dans la rencontre. Comment gagner un match dans ces conditions ? L’équipe n’a malheureusement pas appris de ses erreurs. Nous avions parlé de match piège et d’ingrédients indispensables pour les éviter avant la rencontre. Nous avons fait tout le contraire et la punition est malheureusement méritée. Les 4 changements de Jean-Louis Gasset (d’un coup), ont fini de déstabiliser une équipe qui reste “malade”. Toujours incapable d’enchaîner au moins 2 victoires de suite, nous ne pouvons pas espérer un meilleur classement.

Les notes

Costil : 6
Sabaly : 5
Baysse : 6
Pablo : 6
Kwateng : 5
Otavio : 4
Basic : 3
Adli : 3
Ben Arfa : 4
Hwang : 6
Maja : 3

La feuille de match

Bordeaux – ASSE : 1-2 (1-1 à la mi-temps)
À Bordeaux (Matmut Atlantique), le 16 décembre, coup d’envoi à 21h
Buts : Nordin (15ème), Hwang (23ème), Neyou (75ème)
Avertissements : Kwateng (7ème), Otavio (30ème), Sabaly (53ème) pour Bordeaux, Boudebouz (35ème), Khazri (76ème) pour l’ASSE
Aucun joueur expulsé
Entraîneur de l’ASSE : Claude Puel
Composition de l’ASSE : Jessy Moulin (30), Mathieu Debuchy (26), Miguel Trauco (13), Thimothée Kolodziejczak (5) (puis Saidou Sow à la 93ème), Harold Moukoudi (2), Yvan Neyou (19), Adil Aouchiche (17) (puis Zaydou Youssouf à la 73ème), Mahdi Camara (8), Ryad Boudebouz (7) (puis Wahbi Khazri à la 64ème), Denis Bouanga (20) (puis Romain Hamouma à la 64ème), Arnaud Nordin (18) (puis Lucas Gourna-Douath à la 73ème)
Entraîneur de Bordeaux : Jean-Louis Gasset
Composition de Bordeaux : Benoît Costil (1), Enock Kwateng (25) (puis Maxime Poundjé à la 61ème), Paul Baysse (24), Youssouf Sabaly (20), Pablo Nascimento Castro (3), Toma Bašić (26) (puis Mehdi Zerkane à la 61ème), Yacine Adli (19), Hatem Ben Arfa (8), Otavio Henrique Passos Santos (5) (puis Rémi Oudin à la 81ème), Ui-Jo Hwang (18) (puis Nicolas de Préville à la 61ème), Josh Maja (9) (puis Jimmy Briand à la 61ème)

Le résumé vidéo