[J16] Dans la tête de Jean-Louis Gasset… avant Strasbourg-Bordeaux

Toma Basic « On va faire mieux »

Commençons sur une note positive avant le match de Strasbourg et la déception de mercredi. Le croate et l’entraineur bordelais nous affirment que le visage de l’équipe sera différent dimanche. Bonne nouvelle ! On a envie de les croire mais on attendra dimanche après-midi la confirmation d’un « accident » contre Saint-Etienne après plusieurs productions de qualité (exceptée la seconde mi-temps à Lille).

Première enseignement : Digérer plus vite, les aléas d’une saison, pour éviter de tomber à nouveau dans le doute. Techniquement, l’équipe doit être aussi plus stable. Assurer ses transmissions, sa concentration, son envie. Mettre le pied sur le ballon sans oublier un esprit créatif et plus conquérant et sur… 90 minutes.

Les trous d’airs

Dans les deux dernières rencontres et sans que l’on puisse déceler une baisse physique (malgré les propos de Jean-Louis Gasset), Bordeaux a eu trop de temps faibles (surtout au début de chaque mi-temps). Le coach et les joueurs connaissent ce mal récurrent bordelais depuis de nombreuses saisons mais n’arrivent pas à mettre en place les ressorts nécessaires pour faire disparaître complétement ce handicap qui coûte beaucoup de points et qui finit par atteindre la confiance de nos joueurs (sur un plan technique et mental).

D’un match sur l’autre, le tempo musical, la partition d’ensemble semblent mal maitrisés.

Contre Saint-Etienne, on avait l’impression de jouer au petit trot, un peu comme des sénateurs qui auraient le temps de faire circuler le ballon lentement en essayant de trouver une faille qui jamais ne pourrait s’ouvrir à cette vitesse.

Josh Maja et Jimmy Briand ont semblé avoir du plomb dans leurs chaussures, tellement leurs courses étaient lentes et lourdes.

Travailler sur la tonicité

L’équipe manque de tonicité au début du match ou au retour du vestiaire, démarre souvent comme une voiture diesel. Contre Strasbourg, qui a une équipe de guerriers, la technique, le mouvement, la créativité et bien entendu le combat seront indispensables pour l’emporter.

Souffrir ensemble, pas sur un match ou deux puis relâcher. Prendre du plaisir dans les difficultés. Contre Lille et Saint-Etienne, pas ou peu de révolte. Quand on parle d’état d’esprit, on parle également de cela. Le groupe vit bien et travaille bien, on attend le résultat de ce bien-être et de cette cohésion dans notre jeu. On commence à se demander si on ne préférerait pas que l’ambiance soit exécrable pour avoir des résultats.

Quelle équipe ce dimanche ?

Le test de Loris Benito est concluant, il devrait reprendre son poste d’arrière gauche même si Jean-Louis Gasset parle de caractéristiques plus proches d’un défenseur central lorsqu’il parle du suisse. A droite Youssouf Sabaly a toujours une longueur d’avance sur Enock Kwateng mais le premier aurait peut-être besoin de souffler, terminant difficilement sa rencontre contre les stéphanois. Otávio, forfait mercredi prochain, sera la sentinelle. On devrait retrouver Mehdi Zerkane aux côtés de Toma Basic, Yacine Adli reprenant son rôle de remplaçant si possible décisif lors de son entrée pour les 30 dernières minutes. Il pourrait malgré tout retrouver une place de titulaire contre Reims, en l’absence d’Otávio.

Devant, Hatem Ben Arfa est indispensable même si un coup de pompe n’est pas à exclure. Dans ce cas, Yacine Adli serait le meilleur second rôle pour une place de numéro dix à l’ancienne. Devant, Hwang Ui-Jo mérite une des deux places, Josh Maja malgré des prestations moyennes, semble avoir encore du crédit auprès de notre coach… à moins que Nicolas De Préville