[J22] Dans la tête de… Jean-Louis Gasset avant Lyon

Après l’enchainement contre Rennes et Paris (à l’extérieur) avec 4 points sur 6 en novembre 2020, les bordelais attaquent l’Everest avec Lyon puis Lille en 5 jours. Même si sur le papier, les deux rencontres à venir ne semblent pas plus compliquées que celles de fin novembre, il ne faut pas oublier que l’équipe rennaise était exténuée, en souffrance avec l’accumulation des matchs de championnat et la Ligue des Champions. En ce qui concerne le PSG, l’équipe semblait peu concernée par la Ligue 1. Attention, cela ne retire en rien la performance de nos joueurs sur ces deux rencontres.

Pas de cadeau ou de décompression à attendre de l’équipe Lyonnaise et Lilloise à 17 journées de la fin, elles rêvent secrètement de détrôner le Paris à la sauce Qatar. Dans cette année sans public, avec le retour proche du Graal (la Ligue des Champions), ces derniers laisseront peut-être des plumes dans les prochaines semaines. Lyon et Lille doivent enchainer, la victoire éclatante des premiers (0-5 contre St Etienne) et le succès solide (0-1 à Rennes) des seconds ce week-end confirment une implication et une concentration de tous les instants.

3 victoires de suite, des progrès mais une équipe encore sur courant alternatif

Bordeaux a enchainé trois succès consécutifs mais a semblé parfois poussif (à part la rencontre aboutie de la 1ère à la dernière minute à Nice). Bordeaux a des temps forts (les 20 premières minutes contre Angers ou 25 minutes contre Lorient) et des temps plus faibles (la fin de la première mi-temps et presque intégralement la seconde ce dimanche).
Heureusement, quand la justesse technique commence à faire défaut, l’état d’esprit prend le relais… mais jusqu’à quand. Quand on regarde froidement les rencontres contre Lorient et Angers, le match nul aurait été loin d’être volé dans les deux cas. La chance peut tourner et la frustration revenir aussi vite. Le chemin commence à être balisé, il faut continuer à travailler la justesse technique, ne pas se poser trop de questions mais ne jamais oublier d’être exigeant et à la hauteur de ce maillot.

Sur la seconde mi-temps contre Angers, l’équipe a reculé, on l’a sentie plus fébrile, l’absence d’Otavio s’est faite douloureusement ressentir même si Tom Lacoux n’a pas à rougir de son entrée. L’équipe ne doit pas se réfugier derrière l’absence du brésilien, Jean-Louis Gasset le sait.

Consistance et constance

Contre Lyon, tout d’abord, il faudra conserver la même rigueur que lors du match aller (0-0 au Matmut Atlantique) mais il faudra aussi penser à jouer. Dans notre stade, Bordeaux s’était interdit toutes velléités offensives, elle n’avait pas non plus les certitudes actuelles et la qualité de nos joueurs offensifs (Hatem Ben Arfa, Samuel Kalu, Yacine Adli ou Hwang Ui-Jo). Comme face à Rennes et Paris, la vigilance et l’audace seront indispensables et intimement liées si nous espérons faire un résultat. L’équipe messine a montré la voie, le chemin à suivre dans ce domaine mais Bordeaux aura face à elle une équipe revancharde qui perd rarement 2 matchs de suite à domicile.

Sans Otavio, Jean-Louis Gasset prendra t-il  le risque de jouer haut ?

Bien entendu, il y a beaucoup de chances (sauf blessures) de voir la même équipe débuter que contre Angers mais ne faut-il pas densifier un peu plus le milieu de terrain pour casser au maximum les transitions lyonnaises entre un milieu de terrain technique et une attaque de feu avec Tino Kadewere (qui n’en finit pas d’impressionner – 9 buts en 20 matchs) et le fantasque Memphis Depay. L’équipe du président Jean-Michel Aulas a plus de difficultés à faire le jeu, elle préfère contrer, un milieu fourni peut gêner ses plans. Avec Lucas Paqueta et Houssem Aouar notamment il faudra au maximum réduire les espaces dans toutes les lignes.

Tom Lacoux, par son calme entraperçu contre Angers et sa connaissance du poste, est une alternative à ne pas exclure. Pas certain que Jean-Louis Gasset ne prenne le risque sans savoir comment le jeune bordelais vivrait sa première titularisation contre un cador de notre championnat. Il doit tout de même se tenir prêt car 5 jours plus tard, Lille sera au Matmut Atlantique et 2 grands combats en aussi peu de temps obligeront surement notre entraineur à quelques changements ou retouches.

Bordeaux est-il capable d’élever encore son niveau sur la durée totale d’une rencontre et contre une équipe qui imprimera un tempo et une qualité technique supérieure ?

Accepter de courir dans le vide

Les joueurs créatifs bordelais, encore plus avec l’absence du brésilien, devront accepter de courir après le ballon, souvent même de longues minutes. Leurs qualités techniques et un bloc compact sont une des réponses attendues contre Lyon. Être capable de ressortir le ballon proprement, conserver ce dernier pour permettre de faire remonter l’équipe, casser des lignes en contre et agir plutôt que réagir. Un match pour montrer que le groupe a grandi.

Quel est votre 11 pour cette rencontre ?