[J24] L’analyse complète de Brest-Bordeaux (Tops, Flops, notes, joueur par joueur, tactique, feuille de match), résumé vidéo

Bordeaux retombe dans ses travers

1 – La suffisance

Déjà entr’aperçue contre Lille, le jeu bordelais a manqué de simplicité, trop de touches de balles, pas d’idée, avoir 60 ou 70% de possession sans changement rythme et sans mouvement ne sert malheureusement à rien.

2 – L’envie

Le but de Hwang Ui-Jo à l’heure de jeu est trompeur. Bordeaux est alors dominé par une équipe de Brest, peut-être limitée techniquement mais qui a tellement à nous apprendre sur l’envie. Comme l’année dernière, elle a accentué la pression dans le dernier quart d’heure et nous les avons vu nous marcher dessus presque sans rien dire.

3 – Le mental

Le flop de cette journée (voir ci-dessous), le flop de ce groupe depuis 2 ans. Une grande saison, une grande carrière ne se construit pas uniquement sur le talent mais aussi sur sa qualité de rebond, à digérer rapidement les échecs (sans les accepter), sa détermination et sa persévérance devant l’adversité.

Comment une même équipe peut aligner 11 clean sheets sur 24 rencontres et paraître parfois si faible et fragile (contre Marseille, Monaco, Reims, Brest, Lens…) ?

Sa difficulté à revenir au score, lorsqu’elle est menée, démontre en partie les failles d’une équipe dont les rouages se grippent malheureusement trop facilement. Jean-Louis Gasset pensait avoir fait grandir son groupe lors du premier mois de l’année et pourtant on se demande comment il va à nouveau relancer la machine. Les joueurs sont marqués par leur incapacité à enchainer les bonnes performances, cela semble désormais inscrit dans leur esprit comme une tâche impossible à éliminer.

4 – Les difficultés de l’un contaminent les autres

A part Yacine Adli (voir les Tops) ou Rémi Oudin qui a tenté et beaucoup travaillé sur son côté (nouvelle passe décisive à son actif), le reste de l’équipe a été en dessous de son niveau habituel. La charnière centrale Laurent Koscielny et Paul Baysse aurait pu être ajoutée aux deux noms ci-dessus s’ils n’avaient pas sombré avec le reste de l’équipe dans le dernier quart d’heure. Benoit Costil n’a pas grand-chose à se reprocher et Enock Kwateng n’est toujours pas dans le rythme. Loris Benito reste limité sur son côté gauche. Que dire de Toma Basic, si décevant depuis de nombreux mois. Pour Nicolas De Préville, le manque de confiance devant le but et un esprit surement déjà tourné vers son nouveau club (l’importance de ne pas se blesser) pose la question d’un intérêt de le faire encore jouer ? Peut-être le moment pour l’un de nos deux jeunes Amadou Traoré ou Dilane Bakwa ?

Le retour du placardisé Jimmy Briand après le départ de Josh Maja inquiète. Car Hwang Ui-Jo a été transparent (malgré son but), on se demande malgré tout si un joueur doit sortir juste après avoir marqué, la confiance qu’il vient d’accumuler peut lui servir dans le quart d’heure suivant, non ?

Sans solution pour remplacer le sud-coréen, nous continuons à nous demander s’il fallait prêter l’attaquant nigérian dans un secteur de jeu si pauvre.

Hatem Ben Arfa a raté son match, pas question de tomber sur lui comme la presse aime le faire pour démontrer que son bon retour n’était qu’un leurre. Il a eu tendance, il est vrai, à forcer son jeu, à lui de s’en rendre compte, de se servir de son expérience afin de remettre avec Yacine Adli, de l’ordre dans la maison.

Arrêter l’Hémorragie en coupe de France contre Toulouse, tout en jouant le jeu de la concurrence et du turnover pour aérer ce groupe qui a besoin d’un nouveau vent de fraicheur.

Le Top

Yacine Adli (7). Si tout le monde était resté à son niveau – comme Yacine Adli – du mois de janvier, cette semaine aurait été moins douloureuse. Le nouveau patron bordelais au milieu reste sur la lignée de ses dernières rencontres malgré une équipe, autour de lui, en déliquescence. Juste techniquement, il bonifie le jeu de l’équipe. Tellement seul…

Les Flops

La fragilité de cette équipe. Bien entendu, nous pourrions appuyer sur le match raté d’Hatem Ben Arfa (4) ou la prestation une nouvelle fois fantomatique de Toma Basic (4). Mais le plus gros fardeau de cette équipe réside dans sa fragilité. Nous avions pointé dans nos tops et flops après le match contre Lyon, la sensation que ce but à la 91ème minute avait pesé de tout son poids sur la fragilité de nos troupes contre Lille. Les 20 bonnes dernières minutes (à 0-2) avaient éclipsé un contenu timide jusqu’alors avec un bloc bas (signe qui ne trompe pas d’une confiance altérée).

Bordeaux a réussi un match plein à Lyon mais ce but dans les arrêts de jeu, ce grain de sable, a transformé (à nouveau) notre équipe conquérante en équipe sans âme. Quand ce groupe est dans la tourmente, il a tendance à avoir un passage à vide de 2 ou 3 semaines et repartir. Mais cette incapacité à se transcender sur plusieurs mois, ce mental défaillant est si frustrant.
On finit malheureusement par ne plus rien attendre alors qu’il y a 10 jours, l’espoir d’une année 2021 pleine de promesses venait réveiller le supporter endormi depuis trop longtemps.

A quand notre lustre d’antan ?

Les notes

Costil : 6
Benito : 4
Koscielny : 5.5
Baysse : 5,5
Kwateng : 5
Adli : 7
Basic : 4
Ben Arfa : 4
Oudin : 5
De Préville : 4
Hwang : 6

La feuille de match

Stade Brestois – Bordeaux : 2-1 (0-0 à la mi-temps)
À Brest (stade Francis-Le Blé), le 7 février, coup d’envoi à 13h
Entraîneur de Bordeaux : Jean-Louis Gasset
Composition de Bordeaux : Benoît Costil (1), Enock Kwateng (25) (puis Tom Lacoux à la 75ème), Paul Baysse (24), Loris Benito (23), Laurent Koscielny (6), Toma Bašić (26) (puis Jean Michael Seri à la 58ème), Yacine Adli (19) (puis Dilane Bakwa à la 87ème), Hatem Ben Arfa (8), Rémi Oudin (28), Ui-Jo Hwang (18) (puis Jimmy Briand à la 58ème), Nicolas de Préville (12) (puis Amadou Traore à la 87ème)
Entraîneur du Stade Brestois : Olivier Dall’Oglio
Composition du Stade Brestois : Sébastien Cibois (16), Christophe Hérelle (23), Julien Faussurier (22), Romain Perraud (18), Brendan Chardonnet (5), Romain Faivre (21), Paul Lasne (8), Haris Belkebla (7) (puis Franck Honorat à la 72ème), Jean Lucas de Souza Oliveira (6), Irvin Cardona (14) (puis Jérémy Le Douaron à la 81ème), Gaëtan Charbonnier (10) (puis Steve Mounie à la 75ème)
Buts : Hwang (55ème), Mounie (80ème), Faivre (85ème)
Avertissements : Honorat (93ème) pour le Stade Brestois, Ben Arfa (6ème), Koscielny (48ème), Bašić (51ème) pour Bordeaux
Aucun joueur expulsé

Le résumé vidéo