[J28] L’analyse complète de Bordeaux-Paris (Tops, Flops, notes, feuille de match, résumé vidéo)

Toujours la même histoire

On n’attendait pas grand-chose en termes comptable avant la rencontre. Mais avec les nombreuses absences parisiennes, on savait qu’il y aurait un coup à jouer. Après la purge contre Marseille et la difficulté à se créer des occasions depuis un mois, le match d’hier a malheureusement ressemblé à ce qu’on avait imaginé.
Une équipe bien en place avec une envie de bien faire et de courir mais un ensemble sans folie, sans dépassement de soi, les indispensables ingrédients pour emballer une telle rencontre.
L’équipe de Lorient, il y a quelques semaines, avait renversé ce PSG (3-2) en acceptant la domination technique parisienne mais en proposant en échange une fougue et un impact qui avaient gêné les parisiens.
Bordeaux a commencé la rencontre avec un bloc bas, donnant l’impression de regarder les parisiens qui comme des sénateurs n’ont pas eu besoin de pousser beaucoup leurs talents pour ouvrir le score et gérer ensuite les timides attaques de nos joueurs.

L’animation offensive inquiète…

Une grande difficulté à se créer des occasions, à cadrer des frappes, un jeu offensif trop prévisible ou trop lent, aucune combinaison ou presque, pas de ballon aux 6 mètres ou pas de joueur bien situé devant le but… la liste des lacunes de notre attaque est grande. Pas de solution de rechange non plus pour Jean-Louis Gasset, Nicolas De Préville ne marque plus depuis si longtemps, Jimmy Briand vit surement ses derniers mois de joueur professionnel et aucun jeune ne pointe le bout de son nez réellement.

Bordeaux joue le maintien

Une 15ème place et on ne voit pas cette équipe capable de réaliser une nouvelle série positive. Il ne faut pas se mentir, le seul objectif réalisable de cette fin de saison réside dans le maintien. Mais attention, le groupe est mentalement atteint et une paralysie totale dans le jeu n’est pas à exclure si la série négative continue.
Maintenant, nous n’attendons donc plus rien en termes de plaisir, juste le bleu de chauffe pour prendre les points suffisants afin de se sauver. Après seulement, nous pourrons penser au chantier titanesque qui nous attend, préparer l’été de tous les dangers, sans argent (si King Street ne vend pas) et avec de nombreux joueurs qui rêvent de prendre la poudre d’escampette.

La tristesse sur le terrain ressemble donc bien à la tristesse managériale de ce club.

Le Top

Samuel Kalu (6). Un « petit » top mais il était important de souligner l’envie du joueur de provoquer sans cesse balle aux pieds la défense parisienne et même s’il y a eu du déchet, il a semblé être le seul à pouvoir dérégler la machine parisienne. On ne comprend pas, dans cette optique, pourquoi il a été remplacé pour la fin de rencontre alors que le prochain match aura lieu dans 10 jours.

Les Flops

Hwang Ui-Jo (2). Il court beaucoup, il « mouille » le maillot mais malheureusement il est tellement maladroit devant le but en ce moment que sa prestation n’est pas satisfaisante.On continue à penser que par ses appels en profondeur, il doit ouvrir des brèches et des espaces pour un buteur à ses côtés. Malheureusement, il est tout seul sur le front de l’attaque et notre animation offensive est d’une tristesse absolue depuis plus d’un mois.

Jean Michaël Seri (3). Sa longue inactivité explique sa prestation d’hier. Son manque de temps de jeu depuis plusieurs mois a dû également le faire douter sur ses capacités. Sous pression, il a semblé terriblement fragile. Trop tôt pour le juger, on avait connu un problème similaire (à un poste différent) avec Guillaume Hoarau (de retour de Chine avec une longue inactivité), il lui avait fallu le temps de son prêt (6 mois) pour retrouver pleinement ses qualités. Espérons que ce temps sera moins long avec le joueur de Fulham.

Jean-Louis Gasset. Bordeaux est quinzième aujourd’hui et on peine toujours au bout de 8 mois à voir une identité de jeu dans cette équipe. Au début de l’automne et au début de l’année, on a cru qu’il avait trouvé « son équipe » et « son style » et pourtant le château de cartes s’est écroulé. Le pari Hatem Ben Arfa tourne au fiasco, il ne semble plus trouver les ressorts nécessaires et ses choix comme la sortie de Samuel Kalu ou la position esseulée de Hwang Ui-jo posent question. Bien entendu, le climat pourri et délétère ne l’aide pas et tous les entraineurs depuis 10 ans ont échoué. Malgré tout, il semble improbable dans l’état qu’il rempile pour une nouvelle année.

Les notes

Costil : 5
Sabaly : 5
Oudin : 4
Mexer : 5
Benito : 5
Koscielny : 5
Seri : 3
Adli : 5,5
Kalu : 6
Zerkane : 4
Hwang : 2

La feuille de match

Bordeaux – PSG : 0-1 (0-1 à la mi-temps)
À Bordeaux (Matmut Atlantique), le 3 mars, coup d’envoi à 21h
Entraîneur du PSG : Mauricio Pochettino
Composition du PSG : Keylor Navas (1), Colin Dagba (31) (puis Thilo Kehrer à la 78ème), Layvin Kurzawa (20), Aoás Corrêa (5), Presnel Kimpembe (3), Idrissa Gana Gueye (27), Julian Draxler (23) (puis Ander Herrera Agüera à la 74ème), Pablo Sarabia (19), Danilo Luis Pereira (15), Rafa Alcantara (12), Mauro Icardi (9)
Entraîneur de Bordeaux : Jean-Louis Gasset
Composition de Bordeaux : Benoît Costil (1), Loris Benito (23), Youssouf Sabaly (20), Laurent Koscielny (6), Edson André Sitoe (4), Yacine Adli (19), Mehdi Zerkane (17) (puis Tom Lacoux à la 78ème), Jean Michael Seri (15) (puis Amadou Traore à la 78ème), Rémi Oudin (28), Ui-Jo Hwang (18) (puis Nicolas de Préville à la 65ème), Samuel Kalu (10) (puis Hatem Ben Arfa à la 65ème)
Buts : Sarabia (20ème)
Avertissements : Seri (18ème), Adli (51ème), Oudin (90ème) pour Bordeaux, Sarabia (40ème), Danilo (45ème), Kurzawa (86ème) pour le PSG
Aucun joueur expulsé

Le résumé vidéo