[J35] L’analyse complète de Bordeaux-Rennes (Tops, Flops, notes, stats, résumé vidéo)

Les supporters et les jeunes au pouvoir

Merci tout d’abord à nos supporters qui ont accompagné les joueurs vers la victoire. Le supplément d’âme.

Merci à ces jeunes joueurs qui représentent tout ce que nos supporters portent depuis des mois, l’amour du maillot, juste être sur le terrain, se dépouiller pour une ville, une région sans penser où ils joueront l’année prochaine. Cette communion, cette jeunesse émergente, l’enracinement local, voilà les fondements du nouveau projet que tous les bordelais attendent. La joie de venir au stade, en famille, sans peur et sans guerre avec des technocrates invisibles et spéculateurs.

Sur le terrain, rien de parfait, la chance d’avoir eu aussi un arbitre bien généreux sur le carton rouge de Steven Nzonzi au bout de 10 minutes et qui change un peu le cours de cette rencontre, mais une équipe qui a des valeurs de résilience. Pas question de prendre des buts gags ou en cascade, le roseau plie mais ne rompt pas. La chance est parfois présente mais la communion d’avant-match avec les supporters semble apaiser le bloc bordelais dans les moments les plus tendus.

Qui a payé les pots cassés ?

Le coach avait prévenu que certains allaient sortir de l’équipe, que sa confiance avait des limites, nous n’attendions plus que la sentence. Toma Basic et Paul Baysse sont les deux grands perdants. Le premier semble plus intéressé par son pré-contrat (avec Naples ?) que par l’avenir de notre club. Son manque d’envie, d’impact depuis plusieurs semaines (en plus d’une qualité technique moyenne) étaient plus une épine dans le pied de notre équipe qu’un atout. Dommage après un bon début de saison, mais changement indispensable et demandé depuis plusieurs matchs. Pour Paul Baysse, le constat est un peu différent. Il a réalisé une très belle première partie de saison mais il semblait marquer le pas (fatigue physique ? Peur de la situation de son club de coeur ?) depuis plusieurs rencontres. La rentrée de Loris Benito, très actif vocalement, dans l’axe peut être considérée comme un bon coup de notre entraineur puisqu’on a enfin passé une journée sans prendre de buts.

Alors que les deux premiers cités ne sont pas apparus pendant la rencontre, Rémi Oudin a joué les 25 dernières minutes. Sa place sur le banc est également une sanction car son apport, autant offensivement que défensivement, était plus qu’insuffisant depuis début février.

Comme pour Hatem Ben Arfa, devenu un simple joker, ils doivent désormais apporter leur expérience quand l’entraineur fera appel à eux. Ce dernier espère peut-être les piquer dans leur orgueil pour qu’ils soient décisifs dans les 3 dernières journées.

Presque sauvé à 15h, c’est loin d’être fait à 17h

Avec 8 points d’avance sur Nantes, Nîmes et 4 points d’avance sur Lorient au coup de sifflet final de leur rencontre, les bordelais pensaient bien accroitre leur avance sur les poursuivants. Mais Nantes (vainqueur 4-1 à Brest) et Lorient (vainqueur 2-0 face à Angers) ne lâcheront rien. Seul Nîmes (nul face Reims) semble désormais loin des radars bordelais. Le match contre Nantes peut être décisif (Bordeaux sera mathématiquement sauvé en cas de victoire au stade de la Beaujoire). Une défaite et Nantes reviendrait à 2 points avec un calendrier idéal (déplacement à Dijon et réception de Montpellier (déjà quasiment en vacances). Pendant que Bordeaux devra jouer Lens (qui nous avait marché dessus à l’aller et qui jouera pour une place en coupe d’Europe) et Reims (qui n’aura rien à jouer). Le Strasbourg-Lorient de la 38ème journée pourrait également nous être favorable ou nous condamner définitivement.

Après cette victoire, nous nous rapprochons de notre but mais au vu du calendrier tout le monde comprendre que ce n’est surement pas le moment de lâcher ou de se croire arriver.

Les Tops

Sekou Mara (7). Une première réussie. Il va au contact, il percute. Il est là où plus personne n’était depuis des semaines (dans la surface de réparation) avec une frappe du gauche, franche et limpide (sans se poser de questions). Bien entendu, le plus dur sera de confirmer et il va devoir rester dans sa bulle pendant les prochaines semaines car il pourrait être encore décisif dans le maintien du club.

Mehdi Zerkane (6,5). Au four et au moulin, il représente avec la nouvelle génération et Yacine Adli l’avenir du club. Il a montré énormément d’envie dans l’effort et le don de soi. Avec Tom Lacoux (6) et Yacine Adli (6), ils ont parfaitement compris le message des supporters avant le match. A confirmer lors du match décisif à Nantes.

Les jeunes. A travers les propos ci-dessus, on comprend parfaitement que les jeunes ont parfaitement apporté le sang neuf que l’on attendait d’eux et réveillé un ensemble moribond. Issouf Cissokho et Amadou Traoré ont également apporté leur pierre à l’édifice avec une entrée tonique et dans l’impact.

Les Flops

Jean-Louis Gasset. Un petit flop tout de même pour notre coach car quand on voit cette jeunesse qui n’est peut-être pas complétement prête mais qui apporte autant d’envie, on se pose la même question que le journaliste Clément Carpentier “(…) Et les gamins pourquoi on les fait jouer à la 35ème ?”.

De même, Enock Kwateng mérite t-il d’être mis sur la touche pendant plus de 3 mois ? Avec les victoires de Nantes et Lorient dans l’après-midi, la lutte pour ne pas descendre est encore loin d’être terminée. On espère qu’au moment des comptes, nous ne regretterons pas d’avoir accepté d’être humilié semaine après semaine sans remettre en question des joueurs loin d’être irréprochables.

L’idée n’est pas de tomber dans la polémique, l’heure est à l’union sacrée mais le résultat de dimanche, qui est également son résultat, pose cette question puisqu’on nous indique depuis des mois que les jeunes ne sont pas prêts et que nous avions vu leurs limites contre Toulouse. La limite des professionnels qui compose ce groupe, notamment au niveau mental et technique, nous l’avons eue devant nos yeux pendant de nombreux mois et pas sur une rencontre.

A trop reculer, on s’expose…

Rien à dire sur l’état d’esprit. Par contre sur l’utilisation du ballon en seconde mi-temps à 11 contre 10, il sera important de faire des séances vidéo. Des dégagements précipités sans le moindre danger, une position trop basse, peu de mouvements intéressants en contre même en supériorité numérique.

Contre Nantes, il faudra conserver l’état d’esprit tout en gardant la tête froide afin de ne pas passer son temps acculé sur son but. Mehdi Zerkane, Yacine Adli, Samuel Kalu et le jeune Tom Lacoux sont capables de mettre le pied sur le ballon, Bordeaux doit se servir d’un début de confiance retrouvé pour progresser dans ce domaine.

Les notes

Costil : 6
Kwateng : 5
Mexer : 6
Benito : 5,5
Sabaly : 6
Lacoux : 6
Adli : 6
Zerkane : 6,5
Mara : 7
Kalu : 5
Hwang : 5

La feuille de match

FC GIRONDINS DE BORDEAUX 1 – 0 STADE RENNAIS FC (score à la mi-temps : 1-0)
Ligue 1, 35e journée
Dimanche 2 mai 2021 à 13 h
Stade Matmut-Atlantique
Affluence : Huis clos
Arbitre : Antony Gautier
But : Mara (11e) pour Bordeaux.
Avertissements : Tait (74e) à Rennes. Lacoux (69e), Benito (76e), I. Sissokho (82e), Mexer (90e+1) à Bordeaux.
Expulsion : Nzonzi (8e) à Rennes.
Stade Rennais FC : Gomis – H. Traoré (Soppy, 79e), Da Silva (cap.), Aguerd, Dalbert (Maouassa, 54e) – Camavinga, Nzonzi, Tait (Grenier, 79e) – Doku, Terrier (Del Castillo, 66e), Bourigeaud (Guirassy, 54e).
FC Girondins de Bordeaux : Costil – Kwateng, Mexer, Benito, Sabaly – Zerkane (Oudin, 60e), Lacoux (I. Sissokho, 71e), Adli – Kalu (Ben Arfa, 59e), Hwang (Briand, 84e), Mara (A. Traoré, 59e).

Le résumé vidéo