Mercato : qui conserver et qui vendre/prêter ? La revue d’effectif des Girondins de Bordeaux 2021-2022

(Photo by Eddy Lemaistre/Icon Sport)

Avec l’arrivée de Gérard Lopez, de nombreux mouvements devraient avoir lieu avec dans un premier temps, un nouvel entraîneur puis ensuite une large revue d’effectif. Dans cet article et compte tenu de moyens limités pour recruter, nous vous proposons de réfléchir sur les joueurs qui semblent important de conserver, ceux pour qui la question se pose et enfin ceux que nous devrions vendre. Enfin, la question des jeunes sera soulevée (à conserver dans l’effectif ou à prêter).

Les joueurs à conserver

Laurent Koscielny :
Bien entendu, une discussion sur son salaire est indispensable entre le club et le joueur.
Mais avec le départ de Pablo cet hiver, la fin de contrat de Vukasin Jovanovic cet été, la blessure de Paul Baysse et la méforme d’Edson Mexer, il reste le seul joueur d’expérience en défense centrale. Comme avec José Fontes à Lille, Gérard Lopez aura besoin d’un ou plusieurs joueurs de ce calibre pour entourer la jeune garde et les nombreux paris qu’ils devraient tenter. Les 3 premiers matchs amicaux confirment qu’il est indispensable pour ce nouveau projet.

Benoit Costil :
Bordeaux a toujours construit son palmarès autour d’un gardien du temple irréprochable. L’émergence de Dominique Dropsy dans les années 80, celle d’Ulrich Ramé à la fin des années 90 ne sont pas étrangers avec les titres et les épopées européennes de notre club. Si on ajoute Cédric Carrasso ou Gaëtan Huard, il y a une vraie tradition de gardiens compétitifs à Bordeaux.  Un nouvel entraîneur pourrait toutefois changer la donne. Si ce dernier considère que Gaëtan Poussin ou David Rouyard sont prêts à assumer de nouvelles responsabilités au plus haut niveau, il pourrait privilégier la rentrée de quelques millions d’euros et le départ d’un gros salaire. Faut-il prendre le risque alors que nous serons dans une année de transition, au moins au niveau de l’effectif ?

Yacine Adli :
Le joueur est enfin passé de joueur en devenir à un joueur indispensable dans l’entrejeu bordelais. Il a gagné en épaisseur et en constance et il est désormais une véritable plaque tournante de notre équipe. De plus, son salaire n’est pas important et le PSG détient encore 40% de son transfert. Pour toutes ces raisons, Gérard Lopez devrait le conserver et espérer le vendre beaucoup plus cher d’ici un ou deux ans.

Otávio :
Il revient de blessure et son transfert ne rapporterait donc rien aux finances du club. Il est surtout le seul réel milieu de terrain défensif de métier et dans l’impact il a énormément manqué en fin de saison. Tom Lacoux, absent plusieurs semaines, a encore besoin de découvrir le haut niveau même s’il est proche de s’installer à ce poste. Comme pour Yacine Adli, une saison pleine et il pourrait être vendu à un tarif plus proche de ses qualités l’année prochaine. Dans ce cadre, une prolongation de contrat semble indispensable.

Raoul Bellanova :
Il peut paraître étrange de retrouver l’italien dans cette liste des “indispensable” mais avec le départ de Youssouf Sabaly et les performances en demi-teinte d’Enock Kwateng sur le côté droit, il a une carte à jouer. Sa jeunesse, ses qualités offensives, notamment sur les centres, et ses bons matchs de préparation, jouent en sa faveur. Un arrière droit moderne. Une bonne saison du joueur et sa côte sur le marché des transferts pourrait s’envoler. Un pari comme les aime Gérard Lopez.

Ruben Pardo :
L’espagnol a été le joueur le plus en vue lors du tournoi en l’honneur d’Emiliano Sala. Sa qualité de passes (surtout longues) et son calme au milieu de terrain en font un joueur rare dans un effectif en mal d’expérience et de stabilité. Alors qu’il avait été mis au placard dès son arrivée par Jean-Louis Gasset, l’entraîneur (sûrement pour quelques jours encore) semble avoir changé d’avis sur sa première impression. Combien devrons-nous débourser pour avoir ce type de joueur et opérationnel tout de suite ? Qu’il soit titulaire ou comme joueur de complément, il nous fera sans aucun doute du bien dans la saison à un moment ou à un autre.

Les joueurs pour qui la question se posent

Samuel Kalu :
Le nigérien a un profil de percussion qui manquerait à notre nouvelle équipe. Ce type de profil coûte cher et c’est un pari risqué. Malheureusement, il est trop souvent blessé depuis 2 ans, ce qui l’empêche de franchir un cap. Un prêt avec une option d’achat importante (10 millions) est une option. Par contre, une toute petite vente représente un risque s’il explose dans son nouveau club. Une décision compliquée.

Josh Maja :
L’attaquant bordelais était attendu au tournant l’année dernière et il a déçu. A sa décharge, un jeu trop frileux et peu de ballons à exploiter devant pour un joueur qui a besoin de plus de percussions et de centres autour de lui pour faire parler ses talents de buteur. L’envie de se débarrasser d’un salaire de plus de 100000 euros est tentant comme celui d’attendre l’arrivée d’un nouvel entraîneur avec une philosophie de jeu qui correspondrait plus à son profil. Gérard Lopez sait qu’il faut parfois être patient (comme avec Luiz Araujo à Lille) et que l’épanouissement du joueur, surtout pour un buteur, entraîne souvent un retour exponentiel sur investissement.

Paul Baysse :
Rien à dire sur le comportement du joueur mais quelle place pour lui après une blessure aussi grave. Dans la réflexion, le discours positif, l’amour du club et du maillot qu’il continuera à distiller à l’ensemble du groupe. En tout cas, seule une résiliation à l’amiable est envisageable après sa prolongation de 3 ans. Un rôle dans l’encadrement pourrait également être envisagé. Mais attendons tout de même de voir s’il arrive à retrouver son niveau. C’est la moindre des choses et le moindre des respects.

Hwang Ui-Jo :
Comme la présence de Raoul Bellanova dans les joueurs à conserver, la présence du sud-coréen dans les questions à se poser peut surprendre. Premièrement, sa participation aux Jeux Olympiques et la qualité de ses performances peut changer la donne. En effet, sa valeur marchande suite à cette compétition et sa bonne saison entraîneraient surement des offres intéressantes pour un joueur qui aura 29 ans au mois d’août. Peut-être le bon moment pour le club comme pour lui de le transférer. Ensuite, le joueur, même s’il a marqué de nombreux buts, dans la seconde partie de saison, est encore contesté dans un rôle de véritable numéro 9. Il a connu d’ailleurs de nombreux passages à vide depuis son arrivée en Gironde. De plus, il risque de rentrer fatigué de cette nouvelle compétition et son rendement pourrait s’en faire ressentir. Un point devrait être réalisé à son retour.

Enock Kwateng :
Des performances inégales à droite et au centre (en 3-5-2) rendent difficile l’expertise de son véritable niveau. Le manque de compétition explique en partie ses performances mais ses difficultés techniques sont parfois criantes. Faut-il le conserver ? Le prêter (avec option d’achat ?) ? ou le vendre ? Si le club choisit cette dernière option, l’indemnité risque d’être faible et le joueur est jeune donc susceptible de prendre de la valeur… ailleurs. Admar Lopes tentera sûrement de se faire son idée lors du stage à La Baule.

Abdel Jalil Medioub :
Avec son profil atypique, ce globe-trotter du football a t-il une chance de rester dans le groupe ? Élégant et imposant avec sa grande taille (1m97), il propose une alternative différente à l’arrière garde bordelaise. Son prêt au Portugal n’a pas été complètement un échec avec une vingtaine de rencontres – et une sélection avec l’Algérie – il ne représente pas de plus un poids pour la masse salariale du club. Admar Lopes sera t-il du même avis ?

Les joueurs à vendre 

Toma Basic :
Une des plus grosses valeurs marchandes (10 millions environ) et un bilan décevant sur le terrain (malgré des qualités indéniables) sont deux facteurs qui poussent le jeune croate vers la sortie. On attend d’ailleurs avec impatience son transfert pour commencer notre mercato.

Rémi Oudin :
Une déception à la hauteur de l’investissement (10 millions), le joueur semble mentalement trop faible pour enchaîner les bonnes performances. Acheté à crédit, il faudra le vendre au minimum à 4 ou 5 millions pour payer les dernières traites à Reims. La lenteur du joueur ne cadre pas non plus avec une envie de transitions plus rapides entre le milieu de terrain et l’attaque. Gérard Lopez et Admar Lopes semblent vouloir le conserver et le relancer. Est-il capable comme Nicolas De Préville de connaître une renaissance dans notre club avec l’arrivée d’un nouvel entraîneur ?

Edson Mexer :
Un des plus gros flops de l’ère GACP/King Street. Le joueur est venu gratuitement mais avec un salaire imposant. Il ne s’est jamais imposé au club et il paraît invendable. Un prêt avec prise en charge d’une partie du salaire ou un arrangement à l’amiable avec la possibilité pour le joueur de rebondir dans un autre club reste la seule hypothèse viable actuellement.

Loris Benito :
Comme le mozambicain, il est arrivé libre avec un salaire imposant et comme lui il n’a pas convaincu. Trop lent à gauche, il n’a pas fait oublier, loin s’en faut, les joueurs qui ont marqué ce poste au club (Benoit Tremoulinas, Bixente Lizarazu). Dans une défense à trois, on ne peut pas dire que ses performances ont été également à la hauteur. Comme pour Edson Mexer, il ne va pas s’asseoir facilement sur son salaire. Des clubs italiens étaient intéressés il y a encore quelques mois. Il ne faudra pas être trop gourmand pour lui trouver une porte de sortie.

Jimmy Briand : 
C’est dur, car il n’a eu de cesse de marquer à chaque fois qu’on a fait appel à lui, ces dernières saisons. A tel point qu’il a effacé toute concurrence, alors qu’on ne l’attendait jamais en début d’exercice. Lors de la préparation, il est également le meilleur buteur. Sans oublier sa mentalité, lui qui n’a jamais fait de vague, et qui a toujours été professionnel. Oui mais voilà, entre Jean-Louis Gasset qui ne l’a pas aligné la saison dernière, son âge avançant, et les ambitions que doivent avoir les Girondins, il est désormais temps de passer le flambeau.

Les jeunes (que faire ?) :

Il y a deux catégories, ceux qui ont convaincu et ceux qui n’ont pas encore franchi le palier.

Ceux qui peuvent devenir titulaires… ou joueurs de complément

Mehdi Zerkane :
Jeune joueur prometteur, il n’a pas encore réussi à s’imposer pleinement comme un titulaire. Comme pour Yacine Adli, il faut surement lui laisser un peu de temps. Il n’a réalisé finalement que sa première saison en Ligue 1. A lui maintenant de mettre à profit cette première année dans l’élite. Un prêt pourrait également être à l’étude dans une équipe jouant pour le maintien par exemple. Une vente semble prématurée à part une offre avoisinant les 10 millions et qui pourrait ne provenir que de l’Angleterre.

Issouf Sissokho :
Apprécié par la nouvelle direction, il a impressionné par son volume de jeu lors des matchs amicaux. Il ne semble pas impressionné par son nouveau statut et il propose un nouveau profil, à la N’Golo Kante, dans ce groupe. Un combattant indispensable dans une saison longue où il faudra du caractère. Sans être un titulaire indiscutable dans un premier temps, il aura du temps de jeu s’il continue sa progression. L’idée étant de le conserver au moins jusqu’à l’hiver et le prêter ensuite si son temps de jeu se réduit.

Tom Lacoux :
Le remplaçant idéal d’Otávio. Un numéro 6 à l’ancienne comme le brésilien, il a réussi là où Jean-Michaël Seri a échoué, il a stabilisé le milieu de terrain bordelais et il est un des artisans de l’ombre de la survie sportive de notre club. Après sa blessure, il pourra permettre à Otávio de souffler ou par moment il pourrait constituer une doublette intéressante avec le brésilien. Calme et avec une qualité de relance au-dessus de la moyenne, il représente comme Issouf Sissokho l’avenir du club à moyen terme.

Les jeunes qui doivent s’aguerrir

Sekou Mara :
Longue hésitation avant de mettre ce joueur dans cette catégorie ou dans celle juste au-dessus. On peut le remercier car sa fin de saison – et notamment son but face à Rennes – nous a permis d’être encore en Ligue 1 cette saison. Mais on a pu voir également qu’il lui manque encore quelques étapes pour devenir un titulaire dans cette équipe, qui risque de plus de recruter dans ce secteur. Pour continuer sa progression, un prêt dans une équipe de Ligue 2, où il pourrait jouer toute la saison, lui permettrait de revenir plus fort et de s’inscrire dans la durée dans notre effectif.

Dilane Bakwa et Amadou Traoré :
Pour ces deux joueurs, la question de la prolongation est primordiale avant même de parler de leur place dans le groupe. Amadou Traoré est souvent rentré mais pour le moment, il n’a jamais vraiment été décisif. De la vitesse mais un jeu et des dribbles parfois un peu trop stéréotypés et un manque de lucidité dans le dernier geste. Ce type de joueur a besoin d’enchainer les matchs afin que l’on puisse définir clairement sa progression. Dilane Bakwa a moins joué mais le gaucher semble avoir, pour le moment, une palette plus large. Il peut jouer à différents postes comme piston, ailier ou dans le cœur du jeu. Si le nouvel entraîneur décide de faire appel à lui épisodiquement, alors un prêt devrait être la meilleure solution.

Loïc Bessilé :
Le solide défenseur pouvant jouer arrière gauche ou défenseur central (en 4-4-2 ou 3-5-2) a la chance de voir partir bon nombre de joueurs dans son secteur de jeu. Défensivement, il commet peu d’erreurs, par contre balle aux pieds il est encore trop timide (comme nous avons pu le voir dans les matchs amicaux) : une limite qui doit dépasser. Dans ce cadre le prêter a un sens.

Alexandre Lauray et Thomas Carrique ne semblent pas avoir d’avenir au club, bien que leur mentalité soit bonne. Le premier n’a jamais démérité mais il est le 3ème ou 4ème joueur (au minimum) à son poste. Pour Thomas Carrique, ses performances au club et en prêt n’ont pas forcément convaincu, mais il a su attirer l’intérêt du Celta Vigo, avec qui il doit s’engager.

Quid d’Ismaël Sow, capable de jouer arrière droit et arrière gauche, grand espoir du club et qui a disparu depuis l’arrivée de Jean-Louis Gasset ?

Cette revue d’effectif montre également tous les postes à combler ou à enrichir. Des arrières droits et gauches, au moins un défenseur central supplémentaire, un joueur créatif, un ou deux joueurs dans la percussion sur les côtés, un avant-centre… Le chantier est grand mais il ne semble pas faire peur à Gérard Lopez et Admar Lopes. Le plus difficile commence, il va falloir dégraisser.