Retour sur Montpellier (Analyse) et projection sur Rennes

Intéressant ou inquiétant ?

En terme de football, la 1ère mi-temps nous a réconcilié avec notre équipe.
Autant nous avions appuyé sur le travail du collectif plus que sur la qualité du jeu contre Saint-Etienne, autant le curseur est monté d’un cran dans ce domaine en première période.

Encore une fois, l’équipe a su revenir en étant menée 2 fois au score ( 1-0 puis 3-2), des valeurs que nous ne connaissions plus depuis de nombreuses années ( l’équipe se délitait complètement après avoir concédé l’ouverture du score).

Malheureusement, si Bordeaux a 6 pts en 7 rencontres, cela ne doit en rien au hasard.
Oui, nous venons de prendre 4 pts en 2 matches et en déplacements. Oui, un groupe, une ossature commence à se créer petit à petit. Mais le constat est tout de même inquiétant. Bordeaux, dans ces deux dernières rencontres, à encaissé encore 4 buts de plus. Plus de 2 buts par match dans les 7 premières rencontres ( 16 buts en 7 matchs).

Et puis un mal récurrent touche notre équipe, l’incapacité à garder un résultat.
Contre Angers et Montpellier ( 2 points sur 6) alors que Bordeaux menait à chaque fois au score.
Contre Lens, une défaite (2-3) alors que Bordeaux était revenu de 0-2 à 2-2.
Résultat : 2 points seulement sur 9 possibles alors que 7 points sur 9 semblaient accessibles sans des largesses défensives relançant inlassablement l’adversaire dans la rencontre.

Contre Montpellier, on ne peut pas revenir des vestiaires et arrêter de jouer en espérant qu’un “miracle” ou une série de maladresses de la part des montpelliérains nous permettent de ramener les 3 points

Et cette question qui revient avec insistance :
Le vrai visage de notre équipe, c’est celle de la première ou de la seconde période ?

Si Samuel Kalu n’avait pas égalisé sur une série de contres un peu chanceux, l’analyse aurait pointée du doigt la rechute des girondins, le malade loin d’être encore guéri.

Quand on lit entre les lignes la déclaration d’après-match du coach, on comprend qu’il n’a pas aimé les montagnes russes entre le nirvana et la sécheresse du jeu proposé. Certains diront que la sortie de Jean Onana à changé complètement notre visage.
Même si l’ancien lillois a réalisé une prestation XXL en 1ère mi-temps, cette analyse semble trop facile ou rapide.
Il a semblé que le curseur d’exigences de chacun a baissé d’un coup au retour des vestiaires, position trop basse, dégagements hasardeux, rien plus rien comme si le mental avait à nouveau lâcher pendant 30 minutes.

Une autre explication est plausible, le coup de fatigue.
3 jours après avoir joué 45 minutes sur un terrain gorgé d’eau, les jambes étaient peut-être redevenues lourdes après la pause à la Mosson.
Vladimir Petkovic avait décidé et pris le risque d’aligner le même 11 que 3 jours plutôt.
La blessure de Jean Onana et la baisse de régime de Yacine Adli et Hwang Ui-jo pourraient confirmer cette hypothèse.
Vladimir Petkovic devra peut-être envisager une plus large revue d’effectifs face à Rennes avec le risque de casser cette nouvelle dynamique positive.
De cet équilibre dépend la guérison ou la rechute du malade bordelais.

Voici les notes Girondins4Ever de la rencontre entre Montpellier et les Girondins de Bordeaux (3-3).

Costil : 5.5
Pembelé : 6
Mexer : 3
Gregersen : 3
Kwateng : 3.5
Mangas : 4
Otavio : 5.5
Dilrosun : 5.5
Onana : 8
Adli : 7
Hwang : 8
Fransérgio : 2
Kalu : 6

Après les notes, voici les Tops-Flops Girondins4Ever après la rencontre entre Montpellier et les Girondins de Bordeaux.

Les tops (Les mêmes qu’à Saint-Étienne)

Hwang Ui-Jo. 8/10 – Il marchait sur l’eau

Et dire que Bordeaux cherche un nouvel avant-centre depuis la fin du mercato. Les deux buts du coréen ont complétement lancé sa saison. Un but magnifique, des appels incessants et dans le bon tempo, un travail dos au but efficace, un coup de rein qui a mis au supplice la défense de Montpellier. Le match presque parfait même si en seconde période, il a été un peu plus en difficulté, peut-être un peu émoussé.

Jean Onana. 8/10 –  La bonne pioche

En deux rencontres, il a définitivement convaincu : son impact, son envie d’aller de l’avant, une technique assez fine. On a enfin trouvé le remplaçant d’Aurélien Tchouaméni à Bordeaux. A côté, Otávio ressemble parfois au petit jeune en manque d’expérience dans ces deux dernières rencontres. Son but exceptionnel montre qu’il s’est parfaitement acclimaté et qu’il est en pleine confiance. Attention, le plus dur est maintenant de confirmer sur la durée. Son absence (pour alerte musculaire) en seconde période a été préjudiciable à notre équilibre. On espère maintenant qu’il pourra revenir très vite.

Yacine Adli. 7/10 – Le régulateur

Une première mi-temps sur la lignée de sa rentrée face à Lens et de son match dans le Chaudron. Facile techniquement, il bonifie le jeu bordelais. Des choix toujours intelligent et toujours vers l’avant. Une seconde mi-temps plus compliquée, comme le reste de l’équipe, où il a eu tendance alors à trop porter le ballon. En espérant qu’il lui reste un peu de carburant pour le 3ème match de la semaine face à Rennes, dimanche.

Les Flops

Fransergio. 2/10 – La comparaison avec Onana

Il est venu à Bordeaux pour apporter son expérience au milieu de terrain bordelais alors que le jeune Jean Onana arrivait pour emmagasiner de l’expérience avec l’espoir de glaner un peu de temps de jeu. Et pourtant… Une entrée, à son poste, catastrophique avec un jeu systématiquement vers l’arrière, des erreurs de placement et un manque d’impact dans le jeu qui nous coûte d’ailleurs le 3ème but montpelliérain. On commence à douter sur son adaptation…

La défense – 16 buts en 7 matchs

On ne pourra pas enchainer plusieurs victoires de suite avec une défense qui prend autant de buts. Et encore, quand on regarde l’ensemble des rencontres, nous aurions pu être à 20 buts dans la besace sans la maladresse des équipes adverses. Hier, nous avons eu l’impression d’être toujours en danger, même en menant au score, car il suffit de voir la facilité avec laquelle Valère Germain a pu placer sa tête pour égaliser à 2-2 pour comprendre qu’on manque d’un peu de tout. De l’engagement dans les duels, un manque de communication et trop d’espaces laissés à l’adversaire dans notre dos. Maintenant que nous arrivons enfin (à nouveau) à avoir une véritable animation offensive, il est indispensable de redevenir imperméable défensivement.

Feuille de match

Montpellier – Bordeaux : 3-3 (1-2 à la mi-temps)

À Montpellier (stade de la Mosson), le 22 septembre, coup d’envoi à 19h

Entraîneur de Bordeaux : Vladimir Petkovic

Composition de Bordeaux : Benoît Costil (1), Enock Kwateng (25), Timothée Pembélé (22) [puis Sékou Mara à la 77ème], Ricardo Luís Chaby Mangas (12), Edson André Sitoe (4), Stian Gregersen (2), Javairo Dilrosun (21) [puis Samuel Kalu à la 45ème], Yacine Adli (19) [puis Rémi Oudin à la 70ème], Jean Onana (8) [puis Fransergio Rodrigues Barbosa à la 45ème], Otavio Henrique Passos Santos (5), Ui-Jo Hwang (18) [puis Mehdi Zerkane à la 90ème]

Entraîneur de Montpellier : Olivier Dall’Oglio

Composition de Montpellier : Jonas Omlin (1), Nicolas Cozza (31), Mihailo Ristić (7), Arnaud Souquet (2) [puis Salomon Sambia à la 70ème], Maxime Esteve (34), Florent Mollet (25), Leo Leroy (18) [puis Joris Chotard à la 70ème], Jordan Ferri (12) [puis Elye Wahi à la 82ème], Téji Savanier (11), Stephy Alvaro Mavididi (10) [puis Béni Makouana à la 90ème], Valère Germain (9) [puis Nicholas Gioacchini à la 82ème]

Buts : Germain (11ème), Hwang (18ème), Onana (30ème), Germain (51ème), Mollet (72ème), Kalu (85ème)

Avertissements : Gregersen (90ème), Mara (92ème) pour Bordeaux

L’équipe contre Rennes ?