[J9] Dans la tête de… Vladimir Petkovic avant Monaco-Bordeaux

(Photo by Sebastien Bozon/Icon Sport)

La passe de 4 ?

Bordeaux jouera son 3ème déplacement sur les 4 dernières rencontres avec l’ambition de prolonger son invincibilité depuis la rencontre à Saint-Étienne, il y a 15 jours. Loin de ses bases, l’équipe semble plus à l’aise, laissant les clés du jeu à l’adversaire avec un bloc plus bas et qui profite de pleinement des montées et contres de ses deux pistons.

Contre Monaco, la marche sera tout de même plus haute. L’année dernière, Monaco avait balayé nos girondins, chaque accélération ressemblant encore un peu plus à un supplice sans fin. Pas très rassurant alors que notre arrière garde n’a connu encore aucun clean-sheet depuis le début de saison.

Il faudra éviter de commencer la rencontre à 1-0 ou à 2-0 comme face à Marseille car les monégasques ne nous feront surement pas profiter des mêmes largesses défensives que les olympiens, comme il parait indispensable d’être plus rigoureux que face à Nice et sans oublier d’attaquer (agir et non réagir, toujours le mêmes maux).

Un 11 se dessine mais tout reste ouvert

Derrière, avec l’absence de Laurent Koscielny et Paul Baysse, pas beaucoup de choix. Edson Mexer, même diminué, devrait tenir sa place. Si au dernier moment, il devait renoncer, alors le norvégien prendrait naturellement le rôle de leader en défense centrale et Ricardo Mangas, une position à gauche de la défense (Gideon Mensah en rôle de piston gauche).

Jean Onana, toujours absent, Fransérgio devrait encore avoir sa chance. Pour le moment, son intégration tourne au cauchemar et Tom Lacoux finira bien par avoir sa chance (avant le retour des blessés) si le brésilien continue d’être un fantôme sur le terrain. Une grande rencontre contre un adversaire européen, rien de mieux pour se remettre en selle.

A moins de basculer en 3-4-3 afin de profiter du retour d’Alberth Elis pour dynamiter le côté gauche (Javairô Dilrosun ou Samuel Kalu à droite).

Dans cette optique, Yacine Adli viendrait se positionner aux côtés d’Otávio à la récupération. Pas de surprise en numéro 9 puisque M’Baye Niang est encore trop juste physiquement, Hwang Ui-Jo reste donc le titulaire indiscutable à ce poste.

Un dispositif qui indiquerait clairement notre intention de jouer et pas juste subir en attendant des “miracles” de Benoit Costil.