« Avec deux attaquants »

Le site officiel des Girondins de Bordeaux met en ligne ligne la conférence de presse écrite de Jean Tigana. Ce dernier aborde les sujets tels que le système tactique que Bordeaux adoptera samedi, ou encore le futur déplacement à Lille.

 

 

Jean, il fait beau, tout va bien ?


Oui (rires). Tout va bien mis à part que nous avons quelques blessés. Je ne sais pas si je récupérerai Wendel, Fernando et Matthieu Chalmé pour le prochain match. J’espère qu’Henrique va pouvoir reprendre avec la réserve.

 
Peut-on s’attendre à un renouveau pour les 9 derniers matches ?

 

Je l’espère. La semaine dernière, vous me parliez des 10 matches mais il faut prendre match après match. Nous devons nous concentrer sur Arles-Avignon et prendre 3 points importants. Il ne faut pas sous-estimer cette équipe. J’ai beaucoup de respect pour leur entraîneur qui a pris l’équipe dans une situation difficile et cela ne doit pas être simple à gérer tous les jours.

 
C’est important de prendre les 3 points pour assurer le maintien le plus rapidement possible.

 

Oui. Avec 3 points de plus, nous en aurions 42. Nous gagnerons d’autres matches, ne vous faites pas de souci. Je vois beaucoup de pessimistes.

 

En tant qu’observateurs, trouvez-vous que nous nous faisons trop de soucis ?


C’est votre droit. Il y a aussi des joueurs qui se font du souci, il n’y a pas que les observateurs.

 
Est-ce un match difficile à préparer du fait que vous affrontiez le dernier du championnat, qui n’a gagné qu’un match ?


Non. Je le prépare exactement de la même manière que si c’était Marseille ou Paris. Nous partirons au vert demain soir (vendredi, ndrl). Il n’y a aucune négligence dans la préparation de cette rencontre. Samedi matin, nous ferons un entraînement au Haillan et nous ferons une mise en place comme lors de la préparation des autres matches.

 
Y a-t-il besoin d’insister encore plus que pour un adversaire plus prestigieux ?


Non mais nous ne les sous-estimerons pas et il y aura les débuts d’André.

 
Cela veut-il dire que vous pouvez aligner 2 attaquants ?


Oui, même trois mais il ne m’en reste pas beaucoup sur le banc (rires).

 
Allez-vous changer votre manière de jouer ?


Nous avons déjà joué avec 2 attaquants, au match aller par exemple.

 

Vous disiez récemment qu’André n’était pas prêt. Qu’est-ce qui a changé ?


Je pense qu’il n’est pas prêt à 100% mais à un moment donné, il faut essayer. Il faut qu’il puisse tenir et que les gens le voient aussi.

 
Vous lui donnez sa chance pour qu’on ne vous le reproche peut être pas après ?


Non. On me reprochera toujours quelque chose. C’est normal, c’est dû à ma position d’entraîneur. Ici ou dans les autres pays, c’est pareil. Cela ne me dérange pas.

 
A Lille, il vous manquera Lamine Sané et Michaël Ciani. Cela peut-il jouer dans la composition contre Arles-Avignon ?


Non. Nous aurons une semaine pour préparer le déplacement à Lille.

 
La 6ème place pourrait être qualificative pour une Coupe d’Europe…


Je me concentre sur le match contre Arles-Avignon. Ne faisons pas de plan sur la comète. Seule la rencontre de samedi m’intéresse. La semaine prochaine, nous parlerons du match face à Lille.

 
Il y a quand même des objectifs fixés par le Club…


Jean Tigana : Les objectifs ont été fixés dès le début de la saison. Nous ferons le bilan après. C’est comme dans une entreprise. On fera le bilan et on regardera les points positifs et les points négatifs. Ai-je tiré le maximum de l’effectif qui est à ma disposition ? C’est le genre de questions qu’il faudra se poser à la fin. En fonction des points faibles et des points forts, il faudra essayer de rectifier le tir pour que le bilan soit meilleur les années d’après. En tant qu’entraîneur, c’est comme cela que j’ai toujours raisonné.

 
Il y a eu beaucoup de buts dans les matches de Ligue des Champions cette semaine. Ligue des Champions et Ligue 1, est-ce le même sport ?


Ces équipes possèdent des joueurs de très haut niveau. Elles en ont d’autres sur le banc que je prendrais volontiers ici. Tous les postes sont doublés par des joueurs de grande qualité.

 
Y a-t-il quelque chose à travailler du côté de la mentalité ? Au niveau de la formation ?


Si on n’a pas de résultat au haut niveau, il faut se remettre en question. Au niveau de la formation, des entraîneurs… Il ne faut pas tout détruire non plus parce que nous sommes en avance sur certains points mais je pense qu’il y a des choses à revoir, notamment au niveau technique.

 
Les éducateurs ont beaucoup insisté sur l’aspect physique pendant de nombreuses années…


Oui parce que nous gagnions. Il ne faut pas négliger l’aspect physique. Avec le style de jeu de l’Espagne, de Barcelone, surtout basé sur la technique, cela perturbe un petit peu les habitudes.

 
En Ligue 1, on a l’impression que les équipes jouent plus pour ne pas perdre que pour gagner.


Nous n’avons pas les moyens de conserver les meilleurs joueurs. Si Lyon avait encore Benzema dans ses rangs, il marquerait des buts.

 
Vous avez souvent dit cette année que vous étiez venu à Bordeaux sans rien exiger. Cela va-t-il changer pour la saison prochaine ?


Après le bilan, nous allons être obligés d’imposer des choses. Nous ferons le point avec Jean-Louis Triaud. Maintenant que je connais mieux le Club, je pourrais imposer certaines choses en termes de joueurs, encadrement, collaboration. Il faut que tout le monde aille dans le même sens.

 
Etes-vous en train de préparer un projet pour l’année prochaine ?

 

J’attends encore 2-3 semaines. Nous préparons les matches amicaux et les stages. Tout est en train de se mettre en place tranquillement.

 

Pouvez-vous nous donner des nouvelles de Dominique Dropsy ?

 

J’y suis allé il y a 2 jours. Il était bien. J’y retourne cet après-midi (vendredi, ndrl).

 
Malgré des résultats sportifs différents de ceux que vous souhaitiez, cela ne permet-il pas de relativiser ?

 

Nous sommes partis avec des suspendus, des blessés, des joueurs qui revenaient de la Coupe du Monde et qui ne voulaient pas reprendre. J’ai eu une saison humainement assez compliqué. Le plus grave est le cas de Domi. C’est le plus délicat pour moi. Je vais le voir assez souvent. Domi marche. Ça va. Son moral va bien mais bien sûr, il y a des hauts et des bas.