[ITW] Wendel (suite)

 

Dans la 2 ème partie de son interview sur le site du club girondins.com, Geraldo Wendel évoque la ligue 1, ses perf’s, ses plus beaux buts, le projet du nouveau stade, les pays qu’il a visité ou encore son plat favori mais également sa reconversion professionnelle.

 

 

Qui souhaites-tu voir gagner la Ligue des Champions cette année ? De Léa

 

Geraldo Wendel : Barcelone ou le Real de Madrid. Ce sont les 2 meilleures équipes au monde à mes yeux.

 

 

Comment se fait-il que tu es tant de mal à retrouver ton niveau en sachant que tu as largement prouvé que tu pouvais être vraiment décisif ? De Benjamin

 

Geraldo Wendel : Je me suis un peu dispersé les 6 premiers mois. Je pensais à la possible prolongation de mon contrat. Cela m’a énormément perturbé. Je ne cherche pas d’excuses. Je sais que c’est de ma faute. L’effectif n’est peut-être pas à son meilleur niveau non plus, à part 2 ou 3 joueurs. Nous pouvons prendre comme exemple Kakà. Il était très bon à Milan. Lorsqu’il est arrivé au Real, il est devenu moins performant. Lorsqu’une équipe va mal et enchaîne les contre-performances, il est difficile pour un joueur d’être à son meilleur niveau.

 

 

Comment trouves tu le championnat français ? De Léa

 

Geraldo Wendel : C’est un championnat particulier. Il n’y pas une équipe qui se démarque. Les équipes sont dans un mouchoir de poche. Je trouve que le championnat est plus difficile que l’année dernière. Il y a aussi moins de qualité cette année.

 

 

Que vous manque-t-il pour être plus efficace lors des matches ? Allez les Girondins de Bordeaux ! Les supporters sont toujours là ! De Fabien

 

Geraldo Wendel : La confiance. C’est difficile de l’avoir surtout lorsque nous enchaînons les contre-performances.

 

 

Quel est, pour toi, le plus beau but que tu aies mis aux Girondins ? De Valentin

 

Geraldo Wendel : Il n’y en a pas un en particulier. Si je devais faire un choix, j’en sélectionnerais 3. Le 3ème but que j’ai inscrit face au PSG lors de la saison 2008/2009. Sur un centre tendu de Alejandro Alonso, je me suis jeté la tête en avant et le ballon a été catapulté dans les filets de Landreau. Je pense aussi au coup franc en pleine lucarne contre Marseille lors de la même saison. Enfin, durant cette année, le coup franc contre Brest.

 

 

Quel plat brésilien aimez-vous faire connaitre aux Français ? De Jean-Claude

 

Geraldo Wendel : La feijoada. C’est un plat très apprécié au Brésil. Il est fait à base d’haricots noirs et de riz, auxquels on ajoute de la viande de bœuf, des saucisses, la langue, les oreilles et la queue d’un cochon. Le tout est relevé par une sauce piquante. C’est un plat que j’aime beaucoup manger.

 

 

Est-ce que vous croyez encore à une qualification européenne pour l’année prochaine ? D’Yves

 

Geraldo Wendel : Cela va être compliqué. Nous ne sommes pas très loin de la 6ème place, qui peut être qualificative. Mais je ne vois pas l’équipe jouer des clubs européens la saison prochaine. C’est dommage mais c’est la réalité. Il ne faut pas se mentir.

 

 

Que penses-tu du projet du nouveau stade ? De Valentin

 

Geraldo Wendel : Pour la ville de Bordeaux, c’est nécessaire et bénéfique. Surtout pour l’accueil de l’Euro 2016 en France. Mais ce stade est encore en projet. Il n’est pas encore fait. Au vu des maquettes qui seront proposées dans les mois à venir, nous pourrons plus certainement en débattre. Mais je pense que c’est important pour la ville de Bordeaux.

 

 

Ta famille et toi aimez Bordeaux. Comptes-tu y rester après ta carrière et peut-être travailler pour les Girondins ? De Nathalie

 

Geraldo Wendel : Je n’ai que 29 ans. J’espère ne pas arrêter ma carrière tout de suite (rires). Je n’y ai pas encore réfléchi sérieusement. Il faut que j’en discute avec ma famille aussi. Je ne suis pas tout seul.

 

 

Comment fais-tu pour allier puissance et précision sur tes coups de pied arrêtés ? Quels exercices spécifiques fais-tu à l’entraînement dans ce domaine ? D’Alexandre

 

Geraldo Wendel : Je pense que c’est un don. C’est une qualité que j’ai depuis petit. Mais il faut travailler en s’entraînant régulièrement pour s’améliorer. Il faut être appliqué et travailleur pour ne pas perdre ce don.

 

 

Sais-tu cuisiner ? Si oui, le fais-tu souvent ? De Valentin

 

Geraldo Wendel : Je cuisine très peu. Je préfère manger et mettre les pieds sous la table (rires).

 

 

Quels pays as tu visités ? Dans quels pays aimerais-tu aller ? De Rose

 

Geraldo Wendel : Les 2 pays qui m’ont le plus marqué sont les Etats-Unis et l’Italie. Ce sont 2 destinations que je conseille. J’aimerais beaucoup découvrir l’Espagne. C’est un pays festif, un peu comme le Brésil.