Triaud: « Une saison à finir »

Le site officiel a retranscrit les propos tenus par Jean-Louis Triaud en conférence de presse ce matin, débutant sans attendre son discours en évoquant en détail la situation du club après la démission de Jean Tigana.

 

 

« Vous étiez-là pour la plupart hier soir, vous savez que Jean Tigana a pris la décision de démissionner. Quand on voit ce qui se passe dans sa vie privée, on peut comprendre sa décision. Le public du football est en général assez respectueux. Il y a toujours des cas particuliers, c’est difficilement tolérable. […] J’ai enregistré avec déception de Jean puisque nous travaillons sur la saison prochaine. Je la respecte. Aujourd’hui, il faut terminer notre saison. Nous avons 4 matches à jouer qui sont tous des matches importants. Il n’y a jamais de matches inutiles qu’on ne doit pas jouer ou lâcher. Nous devons jouer les 4 derniers matches avec détermination et envie. […] Pour animer les séances d’entraînement, Eric Bedouet va assumer la direction de l’équipe. Au niveau des gardiens, Franck Mantaux qui était là malheureusement, je dis malheureusement non pas parce qu’il n’est pas à la hauteur de sa tâche bien au contraire mais en raison de la maladie de Dominique Dropsy. Il continuera de l’assister. Nous sommes convenus avec Eric que lui et moi, nous allions proposer à un cadre déjà présent au club et au centre de formation de l’accompagner jusqu’à la fin de la saison. Il est important de disposer d’atout supplémentaire et être plus de deux pour préparer les matches. »

 

 

 

 

La suite de la conférence s’est articulée autour de questions posées par les journalistes, auxquelles le président bordelais a tenté d’apporter des réponses.

 

 

Avez-vous un nom à donner ?

Jean-Louis Triaud : Le nom de cette personne n’est pas encore connu. Nous allons en discuter avec Eric dans la mesure où c’est lui qui va travailler avec cette personne. Je lui laisse un peu le choix. Il a quelques heures pour réfléchir car mercredi nous avons un match à Lens.

 

Avez-vous de pistes pour la saison prochaine ?

Pour l’instant, nous allons nous concentrer sur la saison à finir. Il reste 4 matches à jouer. Le dernier étant le 29 mai. Nous avons appris la nouvelle hier soir, donc il est un peu tôt pour prospecter en vue de la saison prochaine. Je ne sais pas si j’ai reçu des candidatures car j’ai éteint mon téléphone face aux sollicitations médiatiques et des agents qui ont justement l’entraîneur qu’il nous faut à Bordeaux. On n’attendra pas d’avoir des appels pour faire notre choix, nous sommes assez grands pour avoir de l’imagination.

 

Dans quel état d’esprit sont les joueurs ?

Les joueurs sont surpris comme tout le monde. Ils ne s’attendaient pas à une telle décision à 4 matches de la fin. On sait que l’on va aller au bout avec le staff en place. Il y a eu des circonstances extérieures qui ont fait que.

 

Avez-vous eu Jean Tigana au téléphone ?

Non. J’avais prévu de l’appeler dans la journée. Je le ferai tout à l’heure. On se verra rapidement. Ca va être un moment difficile pour lui donc c’est normal qu’on soit à ses côtés. C’est une situation regrettable dans la forme et dans le fond aussi puisque nous travaillions sur la saison prochaine.

 

Que s’est-il dit et comment s’est déroulée la réunion de ce matin dans le vestiaire ?

Il me semble que j’ai pas mal parlé. Le match d’hier est quand même un modèle du genre. On ne peut pas rester sans analyse et sans commentaire. Je ne crois pas que l’entraîneur ait été lâché par les joueurs. Pourquoi, ne l’auraient-il pas lâché sur le match de Rennes ou de St-Etienne ? Les joueurs préfèrent jouer la Coupe d’Europe la saison prochaine que de la regarder à la télévision. Non, ce n’est pas imaginable ! Les explications à posteriori peuvent refaire faire l’histoire. Ce qui m’intéresse aujourd’hui, ce n’est pas ce qui s’est passé mais ce qui va se passer.

 

Les joueurs se sentent-ils responsables ?

Oui ils peuvent se sentir responsable dans la mesure où si le résultat avait été meilleur, la fille de Jean Tigana n’aurait pas été agressée. Dans ce sens, ils peuvent se sentir responsable. Dans la mesure qu’ils n’ont pas eu, contrairement à ce que vous pensez, d’action négative volontaire pour le faire virer, il n’y a pas de raison qu’ils se sentent responsables.

 

Les joueurs ont-ils eu des rapports avec les supporters ?

Ils ont déjà eu des échanges avec les supporters et plus particulièrement les Ultramarines qui sont les plus fidèles et probablement les plus remarquables dans le football français. Ils ont eu une réaction intelligente. Les joueurs sont conscients que leurs performances ne sont pas à la hauteur ni de leur potentiel ni des attentes du club et des supporters.

 

Pensez-vous qu’un ménage sera nécessaire à l’intersaison ?

Il n’est pas question de faire le ménage. Il y a des lieux communs dans le football qui sont répétés à l’envie. Je suis intéressé par le potentiel d’un joueur et son talent. Que je sache, ces joueurs étaient là à une équipe où tout le monde admirait le jeu de Bordeaux. Il n’y a pas de raison de ne pas faire confiance. Il y a des joueurs qui nous ont rejoints en début de saison comme Modeste. Il est très jeune et qui est déjà très satisfaisant, vous l’avez pour la plupart écrit ou dit dans vos commentaires. Le public est un peu sévère car il montre des choses intéressantes. Seul contre 7 défenseurs, il n’est pas facile de marquer. Il y a des garçons qui vont épanouir. Je ne pars pas du principe qu’il faille pratiquer la politique de la terre brûlée pour repartir.

 

Pensez-vous le groupe est à sa place comme certains joueurs le pensent ?

J’estime que ce groupe n’est pas à sa place aujourd’hui ! Nous sommes neuvièmes. Je ne peux pas imaginer que nous n’ayons pas les talents suffisants en nombre et en qualité pour finir à une meilleure place que celle qu’on occupe actuellement.