Réactions II

Marc Planus (défenseur de Bordeaux):

«Quand vous dominez autant votre adversaire, que vous vous créez autant d’occasions et qu’à la fin du match l’équipe adverse a frappé une fois au but mais que vous perdez un à zéro, il y a beaucoup de remords. Malgré tout, on s’est éclaté. Il y a eu une animation offensive intéressante, et on a été pas trop mal défensivement. On est toujours reparti balle au pied, on a créé beaucoup de mouvement, il y avait beaucoup d’envie. On n’est pas récompensé. Mais on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. Avoir autant d’occasions et ne pas mettre de but, c’est résumer notre saison. C’est le fait de ne pas tuer l’équipe adverse dans un premier temps. On est toujours l’équipe qui fournit le plus d’efforts. Et ensuite on prend des contres. Or, c’est sur un contre qu’on prend ce coup-franc. C’est malheureux parce qu’il y avait ce soir un bon Bordeaux»

 

 

 

 

Lazlo Bölöni (entraîneur de Lens):

«Ce match a été disputé dans un contexte difficile, spécial. Durant toute la durée de la rencontre, on a senti une fébrilité de la part de mon équipe mais je sais comment on a vécu les derniers jours dans le vestiaire… Sincèrement je suis déçu parce qu’on n’a pas fait un grand match mais j’ai une pensée pour ces matches où on a été meilleurs, sans gagner. Concernant le public, je comprends parfaitement leur détresse, mais je veux leur dire qu’elle n’est pas plus grande que la nôtre. Encore une fois, je comprends leurs désillusions, mais il y a eu certains comportements qui n’ont pas fait honneur au public lensois»

 

Gervais Martel (président du RC Lens):

« Le contexte était compliqué mais pour une fois qu’on gagne un match qu’on ne devait pa remporter . Le penalty nous remet dans le coup. Ca va nous donner un match passionnant à Monaco. Une rencontre à « plus trois ou à moins trois »

 

Serge Aurier (joueur du RC Lens):

« Tant qu’on est pas officiellement en Ligue 2, on va se battre. Le président nous a dit d’y croire jusqu’au bout. On espère faire mentir ceux qui nous voient morts. On savait que le public allait réagir. On le comprend. On s’était préparé à être forts dans nos têtes car c’était une ambiance particulière. Maintenant, c’est tout un club qui est dans la difficulté et on a besoin de tout le monde jusqu’à la fin »

 

 

Source: France Football et La Voix du Nord