Tresh’ « Difficile à accepter »

Utilisé à un poste plus offensif devant mettre en avant ses qualités, Benoit Tremoulinas s’est confié au site officiel sur cette défaite à Lens. Il revient également sur la préparation de la réception du PSG à Chaban-Delmas.

 

 

 

 

Bonjour Benoît. Quelle analyse fais-tu du match de Lens avec un peu de recul ?

Benoît Trémoulinas : Nous avons plutôt fait un bon match mais nous n’avons pas été récompensés. Malheureusement, nous encaissons un but sur une des premières occasions de Lens. C’est difficile à accepter. Bien sûr, ce n’était pas un match parfait. Il y a eu beaucoup de déchets. Néanmoins, nous nous sommes créés des occasions, élément essentiel pour marquer. Nous n’avons pas saisi notre chance et nous avons perdu.

 

Le bon état d’esprit du groupe est l’élément positif de la soirée même si l’équipe a perdu ce match sur un coup du sort ?

Oui, bien sûr. Nous avons eu beaucoup d’occasions. A contrario, Lens n’en a pratiquement pas eues mais ils ont marqué. C’est assez cruel de vivre cela en fin de match. Encore une fois, nous n’avons pas fait une prestation extraordinaire mais nous avons eu pas mal d’opportunités.

 

Tu étais positionné en milieu gauche face à Lens. Ce n’était pas une première pour toi mais cela reste assez rare. Comment t’es-tu senti à ce poste ?

J’ai du prendre mes marques en début de match. J’étais un peu perdu. Au fil de la rencontre, cela s’est plutôt bien passé. Je me suis créé quelques occasions. J’ai réussi à faire quelques centres et, même si il y a eu un peu de déchet, c’est encourageant.

 

Florian (Marange) était derrière toi sur le flanc gauche. Avez-vous réussi à rapidement vous entendre ?

Oui, cela s’est plutôt bien passé.

 

 

 

 

Le groupe a désormais une semaine de préparation avant la rencontre face à Paris. Cela reste une grosse affiche à domicile…

Bien sûr. C’est un grand match. Nous devons absolument le gagner devant nos supporters.

 

Il y aura certainement pas mal de monde pour cette affiche. C’est aussi une occasion de montrer une autre image que celle du dernier match à domicile ?

Oui, il faut absolument montrer autre chose. C’est un bon match à jouer où nous pouvons nous régaler, prendre du plaisir.

 

A cette occasion, tu pourrais disputer ton 100ème match de L1. Est-ce que ce chiffre compte à tes yeux ?

Cela fait toujours plaisir de passer un cap, de jouer son 100ème match en L1. Plusieurs personnes m’ont dit qu’on est vraiment un joueur professionnel une fois que l’on a passé la barre des 100 matches. On est reconnu comme un vrai pro à partir de ce moment-là. Je suis plutôt content d’afficher 100 matches en L1.

 

Face à Paris, tu seras certainement en face à face avec des joueurs rapides comme Ludovic Giuly. Comment comptes-tu stopper le flanc droit du PSG ?

Je ne sais pas trop. Si ça se trouve, je serais une nouvelle fois milieu gauche. Si c’est le cas, il faudra bien se parler avec « Flo » (Florian Marange, NDLR), comme nous l’avons fait à Lens. Nous avons été rarement débordés ou pris en défaut. Il fallait une bonne communication et cela a bien fonctionné.