Jallet « Le club de ma jeunesse »

S’inclinant en finale de Coupe de France face au Losc, Christophe Jallet et les parisiens doivent se replonger dans la Ligue 1 dès ce mercredi à Bordeaux. Le latéral droit parisien évoque rapidement cette défaite, et revient ensuite sur ce déplacement en Gironde, dans un stade qu’il connait très bien, et ses retrouvailles avec Michael Ciani.

 

 

 

 

Christophe, tu étais suspendu pour la finale de la Coupe de France. En tribune, comment as-tu vécu ce match ?

« C’était assez difficile. Je pensais que j’arriverais à mieux gérer cela. Avant le match, il était un peu difficile de voir mes coéquipiers sur la pelouse, étant en tribune. Après, il faut se servir de ces moments-là pour rebondir et être plus fort. Nous avons réalisé un match solide, en ne laissant aux Lillois que très peu d’espaces. Cela s’est joué sur un coup de dé. C’était envisageable car deux équipes qui aiment jouer s’affrontaient. C’était une belle finale, assez tendue. C’est dommage, mais Lille a aussi réalisé un bon match. Il n’est pas étonnant de retrouver cette équipe à ce niveau là car elle est solide. »

 

La déception est-elle toujours présente au sein du groupe ?

« Il faut essayer d’évacuer. On ne peut pas effacer la déception comme ça, mais on a une grosse échéance qui arrive dans deux jours. Nous partons mardi au vert et aurons le temps de nous concentrer sur la rencontre à Bordeaux, très importante en vue de la troisième place. »

 

 

 

 

Comment le groupe aborde-t-il ce match ?

« Avec confiance. Si l’on veut pousser Lyon à la faute, on doit être costaud et prendre trois points là-bas. Cela va être un match compliqué car les Bordelais sont en difficulté et pas encore sauvés mathématiquement. Les déplacements à Bordeaux ne nous réussissent pas trop. A nous de faire pencher la balance de notre côté pour nous rapprocher de Lyon. Bordeaux a de très bons éléments et peut se réveiller à n’importe quel moment. Il faudra être méfiants, solides défensivement et retrouver notre réalisme offensif pour l’emporter. »

 

Tu es originaire de Cognac, situé à une centaine de kilomètres de Bordeaux. Est-ce un match particulier pour toi ?

« A chaque fois, c’est avec grand plaisir que j’y vais. C’est le club de ma jeunesse. Quand j’étais en effet plus jeune, c’est à Bordeaux que j’allais voir les matches de première division et de Coupes d’Europe, avec la belle épopée lors de laquelle Bordeaux avait éliminé l’AC Milan notamment (0-2, 3-0 en Coupe UEFA 1995-96). C’est un match particulier pour moi. Dans l’équipe bordelaise, je connais bien Michaël Ciani avec qui j’ai évolué à Lorient et je le retrouverai avec grand plaisir. »

 

Estimes-tu ta deuxième saison au PSG comme étant la plus accomplie de ta carrière en Ligue 1 ?

« En tout cas, c’est la plus longue et la plus complète ! Je n’avais pas l’habitude de jouer autant de matches lors d’une saison (49 matches toutes compétitions confondues). J’étais venu ici pour cela. J’espère qu’il y aura une belle issue. Pour l’instant, nous réalisons une belle saison avec une finale de Coupe de France, une demi-finale de Coupe de la Ligue et un huitième de finale d’Europa League, mais nous n’avons rien gagné. Une qualification pour la Champions League serait comme un trophée. A nous d’aller la chercher. »

 

 

Source: Psg.fr