Le Guen, ça coince…

 

Alors qu’on pouvait légitimement espérer que le club retienne les leçons de cette saison catastrophique où l’image des Girondins a été plus qu’égratignée tant sur le plan sportif que sur le plan de l’image, et ne refasse pas les mêmes erreurs, ce n’est visiblement pas le cas à Bordeaux où le copinage et les petits arrangements minent le club de l’intérieur.

 

Le Parisien nous apprend ainsi que si les négociations avec Paul Le Guen ont bien débutées, l’issue n’en est pas moins incertaine. Le club Girondin aurait ainsi fait une première proposition à l’entraîneur breton afin qu’il arrive seul, sans son staff. Proposition refusée par Le Guen, qui bien qu’intéressé par le projet soumis, souhaite venir avec son fidèle adjoint, Yves Colleu. On a l’impression que l’histoire se répète. Après Tigana, arrivé sans son staff pour permettre de placer Michel Pavon à un poste d’ajoint, le club semble décider à faire de même avec le prochain entraîneur.

 

On apprend également que Jean-Louis Garcia, une des priorité de l’inter saison, souhaitait venir avec tout son staff mais les dirigeants Girondins n’ont pas donné suite. Au final, l’entraîneur angevin devrait poser ses valises dans le nord.

 

Quand à Ricardo, qui à l’avantage de connaître le club ainsi que la plupart des joueurs présents, sa venue semble plus que compromise. En effet le club Girondin, dans un soucis d’économie, ne semble pas décidé à payer le montant de la clause libératoire demandée par son club, le Vasco Gama, …300 000 euros.

 

Alors que les discussions avec Le Guen s’enlisent, la piste Jean Fernandez pourrait reprendre de la consistance, selon son entourage, même si le club semble échaudé par la saison plus que moyenne d’Auxerre et par le refus de Fernandez de venir l’été dernier.

 

En fait c’est peut être Carrasso qui a vu juste, les dirigeants veulent un gentil entraîneur qui vienne seul, qui ne demande aucun moyen pour la saison prochaine, qui coûte pas cher et s’il peut venir bénévolement ce sera encore mieux. On savait que le club recrutait des bénévoles, on ne pensait pas que ce profil valait également pour le futur entraîneur.

 

Champion de France en 2009, quart de finaliste de la Ligue des Champions en 2010, le club des Girondins est en train de sombrer doucement mais surement vers les profondeurs de la Ligue 1 et de l’anonymat. Que ce soit Le Guen, Fernandez ou autre, le futur entraîneur des Girondins devra reconstruire sur des fondations qui sont loin d’être saines. Attention messieurs les dirigeants, le club n’est pas passé loin de la relégation cette saison mais la saison prochaine risque d’être encore plus difficile. Quand on voit que le club refuse de mettre 300 000 euros pour trouver un entraîneur, faut pas s’attendre à un mercato de qualité… Nul doute que cette ambition débordante du club permettra de conserver les cadres fidèles que sont Plasil ou Carrasso.

 

Source : Le Parisien