Planus : « Pas de brebis galeuse »

Voici les moments clés de la conférence de presse de Marc Planus hier.

 

 

Un groupe sain :


« C’est quand même une fierté d’entraîner Bordeaux, c’est un beau club, il y aura beaucoup de candidats qui voudront venir ici parce qu’en plus c’est un groupe sain. J’ai vécu six mois à ne pas jouer en étant blessé avec un groupe en difficulté au classement et je n’ai jamais vu aucun joueur lâcher donc il n’y a pas de brebis galeuses dans ce groupe. Donc, pour un entraîneur, le cadre de Bordeaux plus ce groupe-là, ce n’est pas ultra compliqué à gérer je pense »

 

Il défend sa défense :

 

« Physiquement, cela a été un petit peu dur dans la mesure où j’ai été blessé six mois, j’ai rejoué puis je n’ai plus joué… Quand vous essayez de revenir à un bon niveau physique, c’est compliqué avec toutes ces coupures. Je suis ravi de rejouer mais je suis déçu d’avoir perdu à Toulouse. Contre Lens et Paris, nous avions fait de bons matches. Sur les trois dernières rencontres, les trois buts que nous encaissons le sont sur coups de pied arrêtés, et jamais quand nous avons été dépassés. Je suis satisfait de jouer mais j’espère pouvoir apporter plus »

 

Le dernier match d’Ulrich Ramé :

 

 » Ce sera un moment triste pour moi. J’ai eu la chance de le côtoyer pendant 9 ans. C’est un symbole de professionnalisme. Il est gentil, réfléchi et a été ultra-performant. De par son calme et son envie de gagner, il a su transmettre un message, même s’il est un peu introverti. Ce sera un moment important pour moi aussi dimanche parce que c’était le plus vieux dans le vestiaire avant moi. Il a été un de mes modèles de par son attachement au club et sa gentillesse « .