La reprise de Gouffran

De retour sur la pelouse face à Montpellier, Yoan Gouffran est revenu en détails sur cette longue absence qui l’a éloigné des terrains.

 

 

 

 

Bonjour Yoan. Tu as repris l’entraînement avant la fin de championnat. Comment te sens-tu ?

Yoan Gouffran : Tout se passe bien, ça va. Lors de mes premiers entraînements, je ne faisais pas les jeux en entier. J’arrêtais avant les autres afin de rejoindre le kiné pour des exercices spécifiques. Il faut dégourdir ma cheville car elle n’a pas encore retrouvé toute sa mobilité. J’allais déjà mieux dans la semaine précédent le match de Montpellier. J’ai pu faire l’intégralité des séances. Tout s’est bien passé même si je ressens encore des douleurs. C’est logique, elles vont passer avec le temps.

 

Ressens-tu des douleurs pendant les courses ou sur certains appuis ?

Je n’ai pas de douleurs sur certaines actions. Elles sont présentes lors des échauffements. Lors du premier quart d’heure des entraînements, j’ai un peu mal. Je dois aller m’échauffer en salle pour réaliser certains exercices avant de commencer. J’ai du mal à me lancer mais, une fois que c’est chaud, je n’ai plus de problème.

 

Tu devrais avoir des vacances actives avec un gros travail de reprise ?

Oui. Eric Bedouet et David Das Neves (kinésithérapeute du Club, NDLR) doivent me préparer un programme spécifique de reprise. Il est adapté à ma blessure car je ne peux pas revenir à l’entraînement fin juin sans avoir rien fait. A moi de le suivre sérieusement et c’est ce que je vais faire car je n’ai pas le choix (rires, NDLR). Cela me permettra de revenir à 100% la saison prochaine.

 

C’est la 1ère fois de ta carrière que tu es immobilisé si longtemps. Comment as-tu vécu cette période ?

Le 1er mois a été le plus difficile. J’étais chez moi sans pouvoir bouger. Ma jambe était tendue, je ne pouvais même pas me lever. C’était un peu galère. Le fait de revenir au Haillan m’a fait du bien. Au début, je faisais quelques exercices ou ma rééducation mais ça allait mieux. Le simple fait de sortir de chez moi, de revoir mes coéquipiers tous les jours et de reprendre le travail m’a aidé. Ensuite, tout s’est rapidement enchaîné. Les 2 ou 3 dernières semaines avant mon retour sur le terrain m’ont paru longues mais globalement, j’ai bien géré cette période compliquée.

 

 

 

 

Est-ce que Damien Marcq, qui t’a involontairement blessé lors de Bordeaux-Caen, a pris de tes nouvelles lors de ta période d’indisponibilité ?

Oui, il m’a téléphoné alors que je venais juste de rentrer chez moi. Il m’a laissé un message vocal assez long car je n’avais pas pu prendre son appel. Il était vraiment désolé et je pense qu’il était sincère. Je ne pense pas qu’il l’ait fait exprès. Il n’y a pas de souci. C’est arrivé, c’est simplement un coup de malchance.

 

Depuis que tu es à Bordeaux, les matches face à Caen ne sont jamais anodins…

Oui, c’est sûr (sourire, NDLR). Il y a toujours un dénouement un peu spécial. J’espère que ce ne sera plus le cas, surtout si ce dénouement est une blessure.

 

De l’extérieur, comment as-tu vécu la fin de saison de l’équipe ?

Au début, j’ai pris pas mal de recul. J’ai un peu coupé avec le football. Je préférais penser à autre chose. Pour être honnête, j’avais un peu la tête dans le sac. En revenant au Haillan, j’ai essayé de donner quelques conseils aux joueurs. Je les ai surtout encouragés car ce n’était pas une période facile. Je ne pouvais pas les aider. J’ai fait de mon mieux pour apporter quelque chose mais nous n’avons pas obtenu les résultats que le Club attendait. Ce fut une année difficile. Maintenant, il faut aller de l’avant et penser à l’année prochaine.

 

Tu dois avoir très envie d’y être à cette année prochaine ?

Oui, j’ai vraiment envie de rejouer sur la durée. J’ai été arrêté 3 mois et c’est vraiment très long. Je pense surtout à bien me préparer pour que la blessure ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

 

 

Source: Girondins.com