Ducasse parle de Bordeaux

 

La Voix des Sports publie sur son édition du jour des propos de Pierre Ducasse. Il y a parle de ses débuts dans le football jusqu’à aujourd’hui. Propos.

 

 

Première licence.- « C’était à l’âge de cinq ans à Marcheprime, la ville où j’ai grandi en Gironde. C’est à une demi-heure de Bordeaux en voiture. J’ai joué là-bas jusqu’en benjamins (10-11 ans). Je faisais aussi du judo à un très bon niveau. A l’époque où les Girondins ont voulu me recruter, j’ai dû faire un choix. »

 

Premier maillot acheté.- « Celui des Girondins naturellement. J’ai acheté ensuite le maillot du Milan AC et de l’OM. »

 

Première idole.- « Zinédine Zidane. »

 

Premier match en tribunes.- « Je devais avoir six ou sept ans. C’était France-République tchèque au parc Lescure (Chaban-Delmas à Bordeaux). C’était surtout la première sélection de Zidane chez les Bleus (1994). Ce soir-là, il a marqué deux buts en deux minutes. »

 

Premier poste.- « Attaquant jusqu’à mon arrivée chez les Girondins. Après, je suis descendu d’un cran tous les deux ans je crois (rires), pour me fixer au poste de milieu défensif. C’est un parcours classique. Jeune, quand on est un peu meilleur que les autres techniquement, l’entraîneur vous met devant pour être décisif. C’est au centre de formation que les éducateurs cernent plus finement les caractéristiques des joueurs et les replacent si besoin. » > Premier club pro.- « Les Girondins de Bordeaux. J’ai dit oui tout de suite quand il m’ont demandé de rejoindre le centre de formation. Mes parents ont consenti beaucoup de sacrifices pour m’amener aux entraînements, tout en conciliant leur travail respectif (son père travaille à la SNCF et sa mère est comptable). »

 

Première apparition en pro.- « C’est au début de la saison 2005-2006, sous l’ère Ricardo, contre Marseille au Vélodrome. Je suis entré en cours de match. »

 

Premier but chez les pros.- « C’était le même soir ! Darcheville déborde côté droit en contre, centre pour Laslandes. Le ballon m’arrive au deuxième poteau et je marque face à Cédric Carrasso que j’ai retrouvé quelques années plus tard à Bordeaux. On gagne 2-0. »

 

Premiers doutes.- « Quand j’ai commencé à ne plus jouer avec les Girondins. J’étais alors naturellement plus fébrile. C’était la saison 2007-2008 sous les ordres de Laurent Blanc avec qui du reste j’entretenais de bons rapports. L’année suivante, j’ai rebondi à Lorient en prêt. J’en garde de très bons souvenirs. Lorient fait cette année-là sa plus belle saison en Ligue 1 (7e). J’évoluais dans une équipe qui prenait énormément de plaisir à jouer ensemble. »

 

Premier virage.- « Mon arrivée à Lens. J’étais en fin de contrat en juin avec Bordeaux. J’avais quelques touches avec des clubs de Ligue 1 comme Evian, Toulouse, ainsi qu’en Allemagne mais je me suis finalement engagé assez tôt avec le RC Lens. Les dirigeants avaient un oeil sur moi depuis quelques temps. C’est un club qui m’a aussi toujours plu par rapport à sa popularité et le fait que le coach (Jean-Louis Garcia) m’appelle directement pour me présenter le projet sportif a pesé dans la balance. »

 

Première attente.- « Mon premier match à Bollaert sous le maillot lensois ! J’ai hâte d’y être. Ce stade ne demande qu’à s’enflammer. On ne peut avoir qu’envie de le faire vibrer. »

 

Premier objectif.- « La montée en Ligue 1, il ne faut pas se cacher. » •