Triaud, agacé par le fumigène bleu, craint le huis-clos du Virage Sud

fumigènes Nantes

 

Jean-Louis Triaud, dans Sud Ouest (l’interview complète ICI), a avoué son agacement après l’affaire du fumigène bleu contre Nantes : “Et le mot est faible.” Le club passera ce soir en commission de discipline pour savoir si le huis-clos du Virage Sud (et uniquement de cette tribune) sera appliqué ou non.

 

Il précise à propos des Ultras : “On a de bons rapports avec les responsables du Virage. Ils m’ont dit qu’ils n’étaient pour rien dans cette affaire de fumigène. Bon, ils ne vont pas aller jusqu’à dénoncer les auteurs. […] Visiblement, les utilisateurs ne connaissaient pas bien leur produit.”

 

Il avoue se montrer désarmé face à l’entrée des engins pyrotechniques dans l’enceinte du Matmut Atlantique : “On nous demande de jouer un rôle de policier que nous ne pouvons tenir. Il y a des lois. À la police de les faire appliquer […]. On porte plainte contre X quand on ne connaît pas les auteurs. Quand on le sait, on porte nommément plainte contre eux.”

 

Et d’ajouter : “[…] Malheureusement, il y aura toujours des convaincus, persuadés que les fumigènes font partie du jeu et rendent le spectacle plus joli. Mais quand il n’y a pas de vent dans une enceinte fermée, ça stagne, ça pue. Pour des gens qui ont des problèmes respiratoires, cela peut être dangereux. Il y a mieux. J’aime mieux leurs tifo, j’aime leurs chants, leur enthousiasme.”