Sagnol : “J’ai revu le match dans la nuit, plusieurs fois, il faut être maso”

Willy Sagnol conférence de presse (3)

 

En conférence de presse d’avant Troyes, c’est un Willy Sagnol calme que les médias ont retrouvé et pour cause, il n’a pas beaucoup dormi la nuit après la défaite face à Sion. “On ne le cherche pas le sommeil, de toute façon. On cherche des solutions, elles ne sont pas forcément dans le sommeil. J’ai revu le match dans la nuit, plusieurs fois. Il faut être un peu… Il y a des entraineurs qui utilisaient cette expression, je n’y croyais pas, je me disais qu’ils exagéraient un peu… Mais il faut être un peu maso aussi, parfois, pour trouver des solutions après”.

 

Et au niveau des solutions, donc ? “Les conclusions de cette nuit ? (rires) Les raisons de la défaite d’hier sont multiples, après elles ont toutes un degré d’importance différent. Je dirais qu’on a quelques joueurs qui jouent un peu avec le frein à main actuellement, je pense par peur de mal faire. Pour d’autres peut-être, la situation actuelle difficile, fait que c’est une situation compliquée à gérer. Mais la situation est difficile pour tout le monde donc c’est à nous de trouver les solutions ensemble par le travail. Retrouver un peu de joie aussi parce que je pense qu’elle est un peu partie ces dernières semaines. Retrouver un peu des sourires. C’est la joie qui amène l’engagement et c’est l’engagement qui amène la performance“.

 

Les journalistes ont alors interpellé l’entraineur bordelais sur le niveau du match face à Sion, ce dernier trouvant qu’il y avait du mieux par rapport à Montpellier. “Je ne suis pas forcément d’accord sur le même contenu entre Montpellier et Sion. Je trouve qu’il y avait plus de contenu que face à Montpellier où là c’était extrêmement pauvre. Sans avoir fait mal à Sion, on a quand même eu des situations favorables. Sion n’en a quasiment pas eu. On revient toujours à ce problème d’efficacité mais le salut ne passera que par le jeu. Il faut donc retrouver du jeu, de l’envie dans les courses vers l’avant, essayer de faire mal à des défenses en les percutant, sans arrêt. Pour ça, on a besoin de se situer un petit peu plus haut sur le terrain, d’avoir une défense qui accompagne un petit peu plus le reste du bloc pour éviter de trop s’étirer. Pour aussi donner un peu moins de distance à parcourir à nos joueurs offensifs”.

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4ever